LE CI­NÉ­MA DU TEMPS DES FÊTES

Par tra­di­tion, le temps des Fêtes est la sai­son de l’abon­dance pour les ci­né­philes qué­bé­cois, qui peuvent se ga­ver des prin­ci­paux pré­ten­dants dans la course aux os­cars. 2011 ne fe­ra pas ex­cep­tion et on pour­ra voir les nou­veau­tés de plu­sieurs ci­néastes de

Le Journal de Quebec - Weekend - - LA UNE - Cé­dric Bé­lan­ger Le Jour­nal de Qué­bec

Ste­ven Spiel­berg mo­no­po­li­se­ra quelques salles de ci­né­ma puis­qu’il pré­sen­te­ra non pas un, mais bien deux nou­veaux longs-mé­trages. Les Qué­bé­cois pour­ront voir avant le reste du Ca­na­da les très at­ten­dues aven­tures de Tin­tin, tan­dis que Che

val de guerre, dont on dit beau­coup de bien, se­ra dé­bal­lé le jour de Noël.

Le même jour, le réa­li­sa­teur des Heures et du Li­seur, l’an­glais Ste­phen Dal­dry, dé­voi­le­ra un autre sé­rieux can­di­dat à un os­car, Ex­tre­me­ly Loud and In­cre­di­bly Close, drame qui met en ve­dette Tom Hanks et San­dra Bul­lock.

Après avoir fait un ta­bac avec

son film sur Fa­ce­book, Le

ré­seau so­cial, l’an­née der­nière, Da­vid Fin­cher est dé­jà de re­tour avec son adap­ta­tion du pre­mier ro­man de la sé­rie Mille­nium, The Girl With the

Dra­gon Tat­too. Sa Lis­beth Sa­lan­der (Roo­ney Ma­ra) fe­ra-telle comme celle per­son­ni­fiée avec convic­tion par Noo­mi Ra­pace dans la tri­lo­gie de films sué­dois, ba­sés sur les écrits de l’au­teur Stieg Lars­son?

Fin­cher pour­rait fort bien s’as­su­rer d’un siège dans le Ko­dak Thea­ter avec cet opus, tout comme Alexan­der Payne ( The Des

cen­dants), Steve Mc­queen ( Shame) et le Fran­çais Mi­chel Ha­za­na­vi­cius ( The Ar­tist), dont les films, qui pa­raî­tront tous dans les pro­chaines se­maines, ont une chance lé­gi­time d’ob­te­nir une ou plu­sieurs no­mi­na- tions en vue de la cé­ré­mo­nie des os­cars.

Il y a aus­si les films qui ne re­tien­dront pro­ba­ble­ment pas l’at­ten­tion des membres de l’aca­dé­mie, mais qui fe­ront rem­plir plu­sieurs sacs de pop-corn, comme les suites de Mis­sion :

im­pos­sible et Sher­lock Holmes, de même que le grand re­tour à l’écran des Muppets.

Mais le cham­pion toutes ca­té­go­ries pour­rait bien être le pre­mier vo­let de la fin de la sa­ga

Twi­light, qui mise sur une horde de fi­dèles ado­les­centes par­mi sa clien­tèle. Même s’il pa­raît ce week-end, Ré­vé­la­tion de­vrait faire le plein au box-of­fice jus­qu’au pas­sage du père Noël.

TRAN­QUILLE DANS LE CI­NÉ­MA QUÉ­BÉ­COIS

Ça s’an­nonce plus tran­quille du cô­té du ci­né­ma qué­bé­cois. Seul le très beau pre­mier film d’anne Émond, Nuit #1, pren­dra l’af­fiche en dé­cembre. Mal­gré ses qua­li­tés, on ne parle pas ici d’une oeuvre pou­vant ri­va­li­ser avec les gros ca­nons amé­ri­cains.

Cette ac­cal­mie per­met­tra peu­têtre à deux des meilleurs long­smé­trages du Qué­bec sor­tis ré­cem­ment, Mon­sieur Laz­har et

Le ven­deur, de pour­suivre sur leur lan­cée. Ils ont jus­qu’à main­te­nant connu des dé­buts in­té­res­sants au box-of­fice.

L’an­née der­nière, la pro­duc­tion qué­bé­coise du temps des Fêtes était consti­tuée de Lance

et compte et L’ap­pât, deux films des­ti­nés au grand pu­blic qui ont ob­te­nu un cer­tain suc­cès aux gui­chets mal­gré des cri­tiques dé­vas­ta­trices.

Mil­lé­nium – Les hommes qui n’ai­maient pas les femmes

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.