>> Il est ex­tra­or­di­naire « - Lyn­da Lemay

Le Journal de Quebec - Weekend - - MAXIME LANDRY - Va­nes­sa Gui­mond Agence QMI

Mal­gré son rôle de mère et la car­rière qu’elle mène sur deux conti­nents, Lyn­da Lemay s’est fait un plai­sir d’écrire des chan­sons pour Maxime Lan­dry, ar­tiste dont elle est tom­bée sous le charme à l’époque où il était en­core can­di­dat à Star Aca­dé­mie.

« Quand on m’a ap­pro­chée et qu’on m’a de­man­dé de m’im­pli­quer à ce point dans la créa­tion du nou­vel al­bum de Maxime, je vou­lais le faire. Il faut dire que je ca­pote sur ce gars-là. »

Jointe alors qu’elle se trou­vait en Eu­rope, où elle don­nait une sé­rie de spec­tacles, Lyn­da Lemay, à qui l’on doit Ca

che-cache, pièce qui se re­trouve sur le pre­mier al­bum de Maxime Lan­dry, se di­sait heu­reuse d’avoir pu tra­vailler à nou­veau avec le chan­teur.

« Il est ex­tra­or­di­naire. C’est un in­ter­prète comme il y en a très peu. Il a une fa­çon d’in­ter­pré­ter les chan­sons qui est tel­le­ment tou­chante, tel­le­ment juste, a af­fir­mé celle qui a dé­ve­lop­pé une réelle re­la­tion d’ami­tié avec Maxime. Nous nous re­con­nais­sons beau­coup, dans l’émo­tion. Nous sommes comme frère et soeur au ni­veau de la sen­si­bi­li­té. Ça clique vrai­ment, entre nous. »

DES CONVER­SA­TIONS

Même si elle ad­met qu’elle n’avait pas le temps de se consa­crer à un tel pro­jet, l’au­teure-com­po­si­trice-in­ter­prète ra­conte avoir fait des pieds et des mains pour pou­voir l’épau­ler.

« J’ai tra­vaillé de nuit. Par­fois, je m’iso­lais quelques jours au cha­let. Dans ces mo­ments-là, j’écri­vais comme une folle, a-t-elle dé­cla­ré avant d’écla­ter de rire. De sa­voir que l’al­bum va être dis­po­nible bien­tôt, ça me fait vrai­ment plai­sir. C’est une grande fier­té, pour moi, d’avoir pu col­la­bo­rer avec le grand ar­tiste qu’il est. »

Lors­qu’est ve­nu le temps d’écrire pour le jeune chan­teur, Lyn­da Lemay dit s’être ins­pi­rée de conver­sa­tions ami­cales qu’elle avait eues avec lui.

« Nous n’avons pas par­lé du tra­vail. Nous avons dis­cu­té comme des amis. C’est dans les confi­dences et les conver­sa­tions ba­nales que j’ai ap­pris à le connaître. C’est pour cette rai­son que l’al­bum ne sonne pas comme du Lyn­da Lemay. Je n’ai pas écrit comme je l’au­rais fait pour moi. »

Sur L’ave­nir entre nous, on re­trouve la pièce Des soleils par mil­lions, duo in­ter­pré­té avec la grande Gi­nette Re­no.

« C’est vrai­ment quelque chose. Ce duo, je l’écoute à ré­pé­ti­tion. D’en­tendre Gi­nette Re­no chan­ter quelque chose que j’ai écrit, vous ne pou­vez pas sa­voir le bon­heur et la fier­té que ça me pro­cure. »

Lyn­da Lemay ex­plique que la chan­son a été créée dans une dy­na­mique « mère-fils », qu’il fal­lait donc que l’autre moi­tié du duo soit in­ter­pré­tée par une ar­tiste ayant un im­por­tant ba­gage ar­tis­tique.

UNE GRANDE AR­TISTE

« Gi­nette est une grande in­ter­prète, et elle s’adresse à un jeune ar­tiste en dé­but de car­rière. Elle lui dit qu’il y au­ra des beaux comme des moins beaux mo­ments. Je pense que Maxime et Gi­nette étaient les in­ter­prètes par­faits pour ce duo-là. » √ Maxime Lan­dry ac­com­pa­gne­ra Lyn­da Lemay en France, cet hi­ver, puis­qu’il as­su­re­ra la pre­mière par­tie de son spec­tacle à l’olym­pia de Pa­ris les 30 et 31 jan­vier.

PHO­TO LES AR­CHIVES

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.