Mon­nom.com

Le Journal de Quebec - Weekend - - PLANÈTE WEB -

Pour­quoi au­tant de per­son­na­li­tés qué­bé­coises ne prennent pas le soin d’ache­ter leur nom de do­maine, ne se­raitce que par me­sure de sé­cu­ri­té, pour em­pê­cher quel­qu’un d’uti­li­ser leur nom en ligne?

C’est la ques­tion que je me suis po­sée après que l’adresse Li­ne­beau­champ.com ait été « prise en otage » par un étu­diant la se­maine der­nière. La page Web a été créée en ré­ponse à l’ini­tia­tive du gou­ver­ne­ment du Qué­bec qui, dans le dos­sier de la hausse des frais de sco­la­ri­té, a ache­té de la pu­bli­ci­té ci­blée sur Google, fâ­chant bon nombre d’in­ter­nautes. Pour ra­voir Li­ne­beau­champ.com, l’étu­diant de­mande au mi­nis­tère de l’édu­ca­tion (par l’en­tre­mise d’un billet sur le site) de li­bé­rer « les in­for­ma­tions par­tielles et biai­sées conte­nues sur Droit­des­co­la­ri­té.com ». Au­da­cieux chan­tage.

Mais qu’en est-il des autres per­son­na­li­tés qué­bé­coises, du mi­lieu po­li­tique, cul­tu­rel et jour­na­lis­tique: ont-ils pen­sé à pro­té­ger leur marque per­son­nelle en ligne? Il sem­ble­rait que non.

Faites le test avec le­nom­de­vo­tre­chef­dan­ten­ne­pré­fé­ré.com ou le­nom­dun­chro­ni­queur­qui­vou­sé­narve.com. Vous al­lez voir que les adresses sont, pour la plu­part, lais­sées pour compte, prêtes à être ache­tées par le pre­mier ve­nu qui pour­ra, à sa guise, re­vendre le nom de do­maine, ou, y hé­ber­ger du conte­nu qui pour­rait for­te­ment dé­plaire au prin­ci­pal in­té­res­sé. Au Qué­bec, le jour­na­liste et ani­ma­teur de la Course Éva­sion au­tour du Monde, Fran­çois Bu­gin­go, se pré­pare à lan­cer son site. « Je crois que ça va don­ner le ton. Le pro­blème au Qué­bec, c’est la per­cep­tion. Les jour­na­listes ne pensent pas qu’ils sont des pro­duits, alors qu’ils le sont. Ils ont une va­leur mar- chande. Ils doivent in­ves­tir dans leur marque per­son­nelle. Nous avons ra­che­té bu­gin­go.com qui était dé­jà pris, et avons aus­si ache­té fran­cois­bu­gin­go.com pour évi­ter qu’on l’uti­lise », af­firme Mar­tine StVic­tor, agente et stra­tège de com­mu­ni­ca­tions et branding du jour­na­liste.

Au pif, j’ai ef­fec­tué des re­cherches pour Ber­nard­lan­dry.com et Pa­trick­huard.com. Dans les deux cas, les sites ont été ache­tés par des in­ter­nautes. Si Mon­sieur Lan­dry re­veut son nom de do­maine, il de­vra dé­bour­ser $849. Chez les co­mé­diens et per­son­na­li­tés de té­lé­vi­sion, même constat. Peu d’entre eux achètent leur adresse. Des ex­cep­tions à sou­li­gner : Vé­ro­nique Cloutier, Mit­sou et Éric Sal­vail qui ont tous les trois créé de vé­ri­tables port­fo­lios en ligne. Et vous, avez-vous ache­té votre nom de do­maine ? Vous pou­vez le faire pour quelques di­zaines de dol­lars sur go­dad­dy.com.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.