LE MAÎTRE DE L’HU­MOUR SO­NORE EST DE RE­TOUR

Les an­nées passent -21 pour être pré­cis - et Fran­çois Pé­russe est tou­jours là. Le Al­bum du peuple -tome 8, tou­jours tr1es at­ten­du par une horde fans. << Je suis un peu comme le Beau­jo­lais nou­veau. Ça sort et le monde se dit: on va al­ler en ache­ter une bou

Le Journal de Quebec - Weekend - - MARIE-LISEPILOTE - Ra­phaël Gen­dron-mar­tin AGENCE QMI

Se­rait-ce parce qu’il passe ses jour­nées seul en­fer­mé dans son stu­dio que Fran­çois Pé­russe est si ba­vard en en­tre­vue ? Tou­jours est-il que le co­mique avait le verbe fa­cile, et les confi­dences nom­breuses, lorsque le Jour­nal est al­lé le ren­con­trer, dans les bu­reaux de Zé­ro Mu­sique, sa mai­son de disque.

En plus d’une heure d’en­tre­tien, il a par­lé d’ac­tua­li­té (« avec la crise fi­nan­cière, l’élas­tique a pé­té aux États-unis et en Eu­rope »), de la France (« si je re­com­mence une sé­rie là-bas, j’irai peut-être y pas­ser un an avec ma fa­mille »), de l’in­dus­trie mu­si­cale (« avec le té­lé­char­ge­ment, on fait moins d’ar­gent qu’avant, mais il faut faire avec »), d’un rêve d’al­bum mu­si­cal (« c’est un fan­tasme que j’ai, je de­man­de­rais à mon frère de le faire avec moi »), du spec­tacle Love, du Cirque du So­leil (« ç’a été une ex­pé­rience ex­tra­or­di­naire, un ca­deau que j’ai eu de Do­mi­nic Cham­pagne ») et de ses deux en­fants (« je suis gaga com­plè­te­ment d’eux, je sais que ça peut être très fa­ti­gant pour les autres, mais si on m’ouvre la porte, j’en parle ! »).

PÉ­RUSSE CI­TÉ

Fran­çois Pé­russe a un très bel au­tomne qui se pro­file à l’ho­ri­zon, car en plus de son nou­vel al­bum, il est en train de mettre la touche fi­nale à une nou­velle émis­sion d’ani­ma­tion co­mique, Pé­russe Ci­té, qui se­ra dif­fu­sée à Ra­dio-ca­na­da, en jan­vier pro­chain.

« Les 13 épi­sodes sont ter­mi­nés et on m’a dé­jà com­man­dé une deuxième sai­son. J’en suis ren­du à l’écri­ture du qua­trième épi­sode de la sai­son 2. C’est dire à quel point j’ai hâte de voir ce que les gens en pensent ! »

Cette émis­sion pro­po­se­ra des his­toires avec des per­son­nages ré­cur­rents qui gra­vitent au­tour d’un mi­nistre. Ap­pro­ché par Oa­sis Ani­ma­tion, Pé­russe a tout concep­tua­li­sé de l’émis­sion. Il a écrit les textes seul et fait toutes les voix. « C’est dans la conti­nui­té du tra­vail seul que je fais pour Les deux mi­nutes du peuple », re­marque-t-il.

Ces fa­meuses cap­sules des Deux mi­nutes du peuple, qu’il concocte de­puis deux dé­cen­nies, se re­trouvent de nou­veau re­grou­pées dans un nou­vel Al­bum du peuple. Pour faire ce tome 8, l’hu­mo­riste a gar­dé les meilleures cap­sules des quatre der­nières an­nées, dont le to­tal s’éle­vait à 500.

« J’en ai je­té 250 la pre­mière se­maine, et un autre 100 par la suite. Je me suis ra­mas­sé avec une qua­ran­taine de cap­sules et j’ai joué là-de­dans. Je les ai écou­tées en­vi­ron 70 fois et j’en­le­vais celles qui ne me fai­saient plus rire à la fin. J’ai es­sayé de prendre les cap­sules qui ont une du­rée de vie. »

Car Fran­çois Pé­russe s’est fait dire que ses pre­miers al­bums, pa­rus au dé­but des an­nées 1990, étaient en­core sou­vent écou­tés par ses fans. « Je trouve ça fan­tas­tique, mais ça fait une pres­sion sup­plé­men­taire en sor­tant un nou­vel al­bum. »

GÉ­NÉ­RA­TION PÉ­RUSSE

Sur ce tome 8, il parle beau­coup d’ac­tua­li­té, de la crise fi­nan­cière, aux blind dates sur In­ter­net, en pas­sant par le té­lé­char­ge­ment lé­gal et Youtube.

« Pour la chan­son Tout le monde a des ko­daks, je me suis ins­pi­ré d’un disque des an­nées 1970 du groupe bri­tan­nique Brand X. J’y ai joué de la basse. C’était un trip mu­si­cal et il a bien fal­lu que j’y ajoute des pa­roles à un mo­ment don­né ! »

Les fans de longue date du co­mique se­ront heu­reux de voir que les vieux per­son­nages du gars qui magasine et de l’ani­ma­teur de ra­dio com­mu­nau­taire sont de re­tour sur le tome 8. « J’au­rais trou­vé qu’il man­quait quelque chose s’ils n’avaient pas été là. »

Faut-il être un peu schi­zo­phrène pour pen­ser à tous ces per­son­nages et les in­ter­pré­ter ? « Dé­fi­ni­ti­ve­ment. Il faut être un peu cra­qué, ré­pond-il. J’ai tou­jours été un peu fou, un peu ab­surde dans mon ima­gi­na­tion. »

Alors que cer­tains parlent de la gé­né­ra­tion Passe-par­tout, on peut aus­si dire qu’il y a une gé­né­ra­tion Pé­russe. « Il y a bien des gens qui me disent que le lan­gage qué­bé­cois a chan­gé de­puis 1990. Je le prends comme une fleur. Il y a des pho­nèmes et des ex­pres­sions que j’ai in­ven­tés qui sont en­core là. Avec ça, je me dis que lorsque je se­rai mort, il y a des choses qui vont res­ter ! » √ L’al­bum du peuple — tome 8 pa­raî­tra sur le mar­ché mar­di.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.