NOU­VEAU PÉRIPLESURDISQUE

MON­TRÉAL | Il a beau ne pas as­su­mer en­tiè­re­ment son titre d’au­teur-com­po­si­teur, ce n’est pas ce qui em­pêche Fred Pel­le­rin, conteur éta­bli, de pré­sen­ter un deuxième al­bum fort réus­si. Après Si­lence, sur le­quel on pou­vait en­tendre des pièces de Le­clerc, Reg

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Va­nes­sa Gui­mond Agence QMI

Il n’y a pas à dire, Fred Pel­le­rin a de la suite dans les idées. C’est un peu pour cette rai­son que l’ar­tiste a l’ha­bi­tude de voir ses pro­jets se mul­ti­plier constam­ment, puis­qu’une créa­tion peut fa­ci­le­ment en ins­pi­rer une autre, et ain­si de suite.

C’est d’ailleurs ce qui s’est pro­duit avec C’est un monde, puisque c’est le pri­mé spec­tacle Saint-élie-de-chan­sons, pré­sen­té dans la mu­ni­ci­pa­li­té de Saint-élie-de-cax­ton, à l’été 2010, qui a me­né à sa créa­tion.

« Lorsque nous avons sor­ti Si­lence, en 2009, l’al­bum ne de­vait pas être ac­com­pa­gné d’un spec­tacle. Par contre, j’ai dé­ci­dé de me lan­cer dans l’aven­ture quand même en mon­tant Saint-élie-de-chan­sons, a ra­con­té Fred Pel­le­rin, joint alors qu’il ve­nait à peine de conclure la tour­née fran­çaise de son spec­tacle L’arracheuse de temps. Comme il n’y avait que 12 chan­sons sur l’al­bum, il fal­lait en mon­ter une autre dou­zaine pour faire un spec­tacle. Ce n’est qu’après avoir of­fert ces shows que nous avons réa­li­sé que nous pour­rions faire un al­bum. »

AVEN­TURE PA­RI­SIENNE

À l’au­tomne 2010, ac­com­pa­gné de son fi­dèle com­plice Jeannot Bour­ni­val, Fred se lance dans l’éla­bo­ra­tion de C’est un monde. En­core en tour­née pour L’arracheuse de temps, le conteur pro­pose à Jeannot de l’ac­com­pa­gner à Pa­ris pen­dant trois se­maines, ques­tion de pour­suivre leur pro­jet. C’est d’ailleurs de ce pé­riple prin­ci­pa­le­ment noc­turne, en rai­son du dé­ca­lage ho­raire, qu’est née la struc­ture des 13 chan­sons qui se re­trouvent sur le disque, pièces qui n’ont pas toutes été pré­sen­tées lors du spec­tacle Saint-élie-de-chan­sons. Ce n’est qu’en juin 2011, après plu­sieurs mois de pré-pro­duc­tion, que les ver­sions fi­nales des mor­ceaux ont été en­re­gis­trées.

« Jeannot et moi avons loué un cha­let-stu­dio dans le bois. Nous nous sommes re­ti­rés là quelques jours, et c’est à ce mo­ment que nous avons en­re­gis­tré les voix. On se cou­chait tard, on tra­vaillait la nuit. Bref, nous avons re­pris le rythme que nous avions à Pa­ris. C’est ain­si que nous avons bou­clé la boucle, d’une cer­taine fa­çon. »

SUR­PAS­SER SI­LENCE

À quelques jours de son lan­ce­ment, Fred ne cache pas sa ner­vo­si­té. Il faut dire que le suc­cès de Si­lence, écou­lé à 140 000 exem­plaires et cou­ron­né al­bum folk de l’an­née au Ga­la de L’ADISQ, en 2010, a pla­cé la barre haute. Très haute.

« Ce disque, il a tou­ché beau­coup de monde. Je pense qu’il est en­core dans le pal­ma­rès Ar­cham­bault, a-t-il dé­cla­ré, à la blague. Chose cer­taine, il y a des at­tentes. Par contre, je dois dire que nous sommes heu­reux des ar­ran­ge­ments, qui sont plus pous­sés que ceux de Si­lence. Nous sommes aus­si contents de la qua­li­té du son. Nous avons vrai­ment l’im­pres­sion d’avoir mon­té d’une coche. »

Là où il est plus in­quiet, c’est au ni­veau de la ré­cep­tion, puisque con­trai­re­ment à son pre­mier ef­fort so­lo, ce nou­vel opus ne com­prend au­cune re­prise.

« J’es­père que les gens, même s’ils ne re­con­naissent pas les chan­sons, vont tout de même les ai­mer, a-t-il af­fir­mé, un brin d’in­ter­ro­ga­tion dans la voix. Cette fois-ci, c’est du neuf, et ça re­pré­sente un dé­fi, pour moi. »

L’HIS­TOIRE D’UNE CHAN­SON

Outre la pièce-titre de l’al­bum et Pe­tite mi­sère, ins­pi­rée d’une image à la fois belle et dou­lou­reuse à la Tim Bur­ton, Fred signe éga­le­ment les pa­roles et la mu­sique de Y en a qui partent, hom­mage aux « par­teux » qu’il en­vie, par­fois, ain­si que celles de La Mère-chan­son, « pe­tite com­po­si­tion de­ve­nue gran­diose » grâce à Jeannot Bour­ni­val.

« À la base, La Mère-chan­son parle de l’ori­gine des chan­sons à ré­pondre, d’une lé­gende qui veut qu’une mère, qui ber­çait ses en­fants avec une chan­son, se soit per­due avec eux dans une im­mense fo­rêt. Le seul moyen, pour eux, de pou­voir se re­trou­ver, c’était de chan­ter en se ré­pon­dant grâce à l’écho des bois. Fi­na­le­ment, c’est une chan­son qui les au­rait sau­vés. »

Sur ce disque, on re­trouve éga­le­ment des pièces de Da­vid Por­te­lance, Ma­thieu Lip­pé, Ma­nu Trudel, De­nis Mas­sé, Ray­mond La­fond et Re­né Ri­chard Cyr. Chaque mor­ceau a son his­toire, que Fred se fait d’ailleurs un plai­sir de ra­con­ter dans le livret qui ac­com­pagne C’est un monde.

« Si­lence était très mé­lan­co­lique, mais cet al­bum est plus nuan­cé, il y a des chan­sons plus ryth­mées. Je suis content. Ça amène vrai­ment quelque chose de nou­veau, a-t-il af­fir­mé. On ne se dé­na­ture pas, mais en même temps, nous avons osé de nou­veaux grooves. » √ C’est un monde, de Fred Pel­le­rin, se­ra en vente à comp­ter du 22 no­vembre.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.