ET LA FIN DU MONDE?

Le Journal de Quebec - Weekend - - TOURISME -

La fin du monde vend bien. Parce qu’ils l’au­raient jus­te­ment an­non­cée, pour dé­cembre 2012, les Mayas sus­citent, plus que ja­mais, de­puis quelques an­nées, un in­té­rêt mar­qué à tra­vers le monde. Et la cu­rio­si­té au­rait ame­né ré­cem­ment, se­lon Willy Po­sa­das, guide gua­té­mal­tèque, une re­cru­des­cence du nombre de tou­ristes au pays.

Pour­tant, même s’ils ne l’ébruitent pas pour ne pas perdre des vi­si­teurs, tous les Gua­té­mal­tèques savent bien que les Mayas n’ont ja­mais an­non­cé of­fi­ciel­le­ment la fin du monde.

« Cette ru­meur part sim­ple­ment du fait que le ca­len­drier maya se ter­mine en dé­cembre 2012. C’est un peu l’équi­valent du pas­sage à l’an 2000 sur notre ca­len­drier à nous », ex­plique, sou­rire en coin, Willy Po­sa­das. « Un livre ou une bro­chure tou­ris­tique por­tant le titre Fin du monde est plus ven­deur que ce­lui af­fi­chant Fin du ca­len­drier, alors, nous lais­sons les gens croire ce qu’ils veulent bien... »

5. Les mar­chands de fleurs s'ins­tallent sur les marches de l'église San­to Tomás, en plein coeur du mar­ché de Chi­chi­cas­te­nan­go.

6. Les alen­tours du mar­ché de Chi­chi­cas­te­nan­go ont des airs de quar­tier ré­si­den­tiel.

7. L'ar­ti­sa­nat gua­té­mal­tèque est fait par les ha­bi­tants d'ori­gine maya et il est très po­pu­laire au­près des tou­ristes.

5

6

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.