En toute confi­dence

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE -

(DM) Trente ans de car­rière, 30 ans de sou­ve­nirs et d’évé­ne­ments mar­quants...

DE BEAUX SOU­VE­NIRS

Quand j’ai te­nu mon pre­mier 45 tours dans mes mains, j’étais comme un en­fant qui vit son pre­mier Noël. Je me re­vois pla­cer mi­nu­tieu­se­ment le bras de la table tour­nante sur les sillons du disque. » La pre­mière fois que je me suis en­ten­du à la ra­dio, j’étais en au­to avec Jean Pi­lote, le pro­prio du Ca­pi­tole, qui était mon agent de pro­mo­tion à l’époque; on par­tait de Saint-georges de Beauce. » Quand Cé­line Dion est ve­nue me re­joindre pour en­re­gis­trer End­less Love; je rê­vais d’en­re­gis­trer une chan­son d’amour avec elle, mais, à notre grande sur­prise, So­ny nous avait pro­po­sé une chan­son ryth­mée. » Quand j’ai fait la pre­mière par­tie de Ma­don­na au Stade olym­pique; c’était ex­tra­or­di­naire de voir au­tant de paires de yeux me re­gar­der. Je n’ai pas par­lé à Ma­don­na, mais je me sou­viens d’avoir en­tre­vu sa main me sa­luer à tra­vers la vitre de sa li­mou­sine. » Les spec­tacles au Li­ban; quand j’ai at­ter­ri là-bas, je n’en re­ve­nais pas, les doua­niers me de­man­daient des au­to­graphes. À la sor­tie de l’aé­ro­port, il y avait plein de jeunes filles avec des ap­pa­reils pho­to qui m’at­ten­daient. C’était to­ta­le­ment in­at­ten­du. Des Li­ba­nais vi­vant ici avaient ap­por­té de mes disques là-bas et les jouaient à la ra­dio. Le pro­prié­taire des sta­tions m’avait ap­pe­lé pour que j’aille au Li­ban. C’était en 1996 et j’y suis re­tour­né en 1997 et en 2001. » Ma ren­contre avec le réa­li­sa­teur et met­teur en scène Ro­bert Hos­sein; il était pa­reil comme mon père, qui avait pour lui une ad­mi­ra­tion sans borne. Il m’a ap­pris le théâtre chan­té et, après Pi­cas­so, j’ai joué dans trois autres co­mé­dies mu­si­cales. Ça a été un belle école. » La ren­contre aus­si avec Mi­chel Le­grand. Grâce à lui, j’ai pu chan­ter avec Dionne War­wick, aux États-unis, en France et bien­tôt en Rus­sie. »

UNE DÉ­CEP­TION

J’ai été ex­ces­si­ve­ment dé­çu de ne pas avoir connu une vraie car­rière en France. Au­jourd’hui, je me dis que les choses ar­rivent comme elles doivent ar­ri­ver et que, si ça ne s’est pas pro­duit à l’époque, c’est parce que ça n’avait pas à ar­ri­ver. Ac­tuel­le­ment, je vais quand même faire quelques spec­tacles en France et même en Rus­sie, mais je peux me pro­me­ner dans la rue sans pro­blème. »

DE GRANDES AMI­TIÉS

Joe Bo­can, que j’ai connue au tout dé­but de ma car­rière, et son ma­ri, Charles Biddle Jr. Mar­tine Chevrier, avec qui j’ai ani­mé 7e ciel à TQS. » Mouffe, qui a si­gné la mise en scène de ma pre­mière tour­née. » Ed­die Mar­nay, qui m’a écrit de ma­gni­fiques chan­sons jus­qu’à sa mort. » Mi­chel Le­grand, Ro­bert Hos­sein, Jean-fran­çois Brault et Ma­rie-ève Jan­vier, Boom Des­jar­dins, Éric La­pointe... »

DES ANEC­DOTES

Pen­dant la tour­née Cou­leur pas­sion, il y a un en­droit où le pont d’éclai­rage ne pou­vait mon­ter aus­si haut qu’ailleurs. J’étais ac­crou­pi der­rière et, quand est ve­nu le temps de sau­ter pour ap­pa­raître dans la fu­mée, je me suis frap­pé la tête contre le pont d’éclai­rage. Le sang s’était mis à me cou­ler dans le vi­sage pen­dant que je chan­tais Rouge pas­sion. » Plu­sieurs pannes d’élec­tri­ci­té mé­mo­rables, dont une lors de la pre­mière du spec­tacle avec Mi­chel Le­grand au Ca­pi­tole. On est res­tés sur scène à la lueur de l’éclai­rage d’ur­gence et on a chan­té uni­que­ment pia­no et voix. Même chose au D’AU­teuil en 1989; j’avais fi­ni le spec­tacle seul sur scène avec le gui­ta­riste. »

DES PRO­JETS

Un mois de va­cances à comp­ter du 15 dé­cembre. D’autres pro­jets de pro­duc­tion avec Nad­ja, qui passe tout le mois de dé­cembre au Ca­ba­ret du Ca­pi­tole. Elle a tout pour faire une car­rière in­ter­na­tio­nale. On tra­vaille dé­jà sur un autre disque en an­glais et pos­si­ble­ment un en fran­çais. » De­puis 2009, je suis pro­prié­taire d’un vi­gnoble à Saint-jo­seph-du-lac avec ma femme. On a eu notre pre­mière ré­colte cette an­née. On re­plante des vignes l’an pro­chain et en 2013. Notre vin por­te­ra le nom de Clos Pel­chat Le­maî­treAu­ger. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.