UN AL­BUM BRUT ET EN FRAN­ÇAIS

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Va­nes­sa Gui­mond

MON­TRÉAL | État brute, c’est le titre du nou­vel al­bum d’anonymus, fier re­pré­sen­tant du Qué­bec sur la pla­nète hea­vy mé­tal. Après 23 ans de vie com­mune et une fruc­tueuse col­la­bo­ra­tion avec Mo­nonc’ Serge, le groupe, qui en est à son sixième al­bum stu­dio, est de re­tour avec un disque bru­tal, fu­rieux et en­ga­gé… en fran­çais.

La der­nière fois qu’ils ont en­re­gis­tré un disque dans la langue de Mo­lière, c’était en 1997, à l’époque de Stress. Par la suite, Anonymus a pré­sen­té des disques ma­jo­ri­tai­re­ment an­glo­phones. Nous n’avons qu’à pen­ser à Ins­tinct, Dea­mo­nium et Chap­ter Chaos Be­gins.

« Nous avons choi­si le fran­çais, parce que nous sa­vons que notre pu­blic est fran­co­phone. Nos fans nous disent sou­vent que Stress est leur al­bum pré­fé­ré, parce qu’il re­pré­sente bien le Qué­bec, a af­fir­mé Os­car Sou­to, chan­teur et bas­siste du groupe. Pour nous, c’était une fa­çon de prou­ver que le mé­tal peut être tout aus­si des­truc­teur en fran­çais qu’en an­glais. »

Ce re­tour aux sources était éga­le­ment une fa­çon de dire mer­ci à leur bas­sin d’ad­mi­ra­teurs fi­dèles, ce­lui qui fait en sorte qu’anonymus, qua­tuor com­plé­té par Da­niel Sou­to, Jef For­tin (rem­pla­çant de Mar- co Cal­lia­ri) et Car­los Araya, compte tou­jours par­mi les rares groupes mé­tal de re­nom, au Qué­bec.

« Sans ces mé­ta­leux, nous ne fe­rions plus d’al­bums », a af­fir­mé le bas­siste.

UNE PAS­SION

In­té­gri­té et pas­sion, voi­là deux qua­li­tés ci­tées par Os­car pour qua­li­fier les membres d’anonymus. Se­lon lui, ce sont à elles que la for­ma­tion doit sa lon­gé­vi­té.

« Nous pre­nons le temps de par­ler aux fans. Nous ne sommes pas des rock stars, at-il af­fir­mé. Ce n’est pas un tra­vail fa­cile. Nous don­nons tout ce que nous avons, sur scène, même si nous de­vons al­ler au tra­vail, le len­de­main, pour ga­gner notre vie. Ce sont les fans qui nous donnent la force de conti­nuer. »

Mal­gré tout, le groupe trouve le moyen de don­ner des spec­tacles au Qué­bec et en Eu­rope, où ils ont des ad­mi­ra­teurs en France, en Suisse et en Bel­gique. D’ailleurs, il of­fri­ra une sé­rie de concerts sur le Vieux-conti­nent, du 30 no­vembre au 12 dé­cembre, en com­pa­gnie de la for­ma­tion Loud­blast.

« Je pense que ce se­ra notre 15e tour­née en Eu­rope. Chose cer­taine, c’est un tra­vail à long terme, car il faut avoir les res­sources pour s’y rendre ré­gu­liè­re­ment, ce qui n’est pas évident. »

EN­GA­GÉ

C’est à Os­car que l’on doit les textes d’anonymus. Pour la créa­tion de cet al­bum, le mu­si­cien dit s’être lais­sé ins­pi­rer par ce qui l’in­digne, de la consom­ma­tion ex­ces­sive à la destruction de l’en­vi­ron­ne­ment. On y trouve même un hom­mage à une amie dis­pa­rue, sur la pièce Rage de vivre.

« J’ai l’im­pres­sion que les gens sont tel­le­ment pris dans leurs rou­tines qu’ils ne réa­lisent pas que nous avons des pro­blèmes, en tant que so­cié­té, a-t-il ex­pli­qué. Je ne veux pas tout chan­ger seul, je veux juste que tout le monde donne du sien. Je suis là pour pro­vo­quer des ré­ac­tions. Si je peux in­ci­ter les gens à agir, c’est tant mieux. » √ État brute, d’anonymus, est en vente main­te­nant. Le groupe se­ra en concert au Club So­da, le 29 dé­cembre.

PHO­TO COURTOISIE

Anonymus pré­sen­te­ra ses nou­velles chan­sons le 29 dé­cembre, au Club So­da, à Mon­tréal.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.