LES COU­LISSE DU POU­VOIR

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Maxime De­mers

MON­TRÉAL | C’est dans l’air du temps. Après George Cloo­ney et son th­riller po­li­tique Les marches du pou­voir, un film fran­çais, L’exer­cice de l’état, s’at­tarde éga­le­ment aux cou­lisses du pou­voir.

Se­cond long mé­trage de Pierre Schoel­ler (après Ver­sailles), L’exer­cice de l’état ra­conte le dif­fi­cile quo­ti­dien d’un mi­nistre des Trans­ports (cam­pé par Oli­vier Gour­met) et son en­tou­rage (Mi­chel Blanc, Za­bou Breit­man…).

Très bien ac­cueilli en France où il est sor­ti il y a quelques se­maines, le film vient d’être sé­lec­tion­né par­mi les fi­na­listes du prix Louis-del­luc, au même titre que The Ar­tist, La guerre est dé­cla­rée et Po­lisse.

En en­tre­vue de­puis Pa­ris plus tôt cette se­maine, Pierre Schoel­ler di­sait être en­core sur­pris du suc­cès cri­tique et po­pu­laire de son film en France.

« Je suis d’au­tant plus content qu’il y a beau­coup de films sur la po­li­tique qui n’ont pas très bien mar­ché dans le pas­sé en France, ob­serve le ci­néaste.

« Il y avait une cer­taine ma­lé­dic­tion au­tour des films po­li­tiques. Mais cette an­née, ce­la a été ren­ver­sé. »

Schoel­ler a tra­vaillé sur ce film près de huit ans. Il en a eu l’idée avant même de réa­li­ser Ver­sailles.

« L’idée était de mon­trer ce que peut éprou­ver un mi­nistre sur le plan émo­tion­nel, af­fec­tif et phy­sique ; la ten­sion, le stress, tout ce qui vient avec le man­dat exi­geant et as­ser­vis­sant de mi­nistre en fonc­tion dans un gou­ver­ne­ment en France ou dans une dé­mo­cra­tique eu­ro­péenne », ex­plique-t-il.

LI­BER­TÉ

« Je vou­lais que le film soit ri­gou­reu­se­ment fi­dèle à la vie d’un mi­nistre en fonc­tion, mais je vou­lais aus­si qu’il soit écrit de ma­nière libre. Au fil de mes re­cherches sur le su­jet, je suis donc al­lé cher­cher des in­for­ma­tions sur le mode d’usage, mais j’ai te­nu à gar­der une cer­taine li­ber­té au mo­ment de ré­di­ger le scé­na­rio.

« Tous les per­son­nages sont donc fic­tifs. Je ne vou­lais pas qu’il y ait des ré­fé­rences à des si­tua­tions ou des hommes po­li­tiques connus. Je ne vou­lais pas de­man­der au spec­ta­teur de re­vivre ce qu’il voit tous les jours à la Une des jour­naux et les bul­le­tins té­lé­vi­sés. Ce n’est pas la peine. Le ci­né­ma doit pro­po­ser autre chose. »

Aus­si, plus le film pro­gresse, plus il adopte la forme d’un th­riller.

« Ce n’est pas un film tran­quille, consent le ci­néaste fran­çais. Au­jourd’hui, on vit des temps très cha­hu­tés, durs et exi­geants et les hommes po­li­tiques sont les pre­miers ex­po­sés à cette at­tente que les gens ont en­vers le sys­tème. Il y a aus­si le rap­port de force avec l’éco­no­mie qui est très dur et très violent. »

Pour Schoel­ler, L’exer­cice de l’état est le se­cond vo­let d’une tri­lo­gie amor­cée avec son pre­mier long mé­trage, Ver­sailles.

« Ce se­ra une tri­lo­gie qui parle de la France, du rap­port de la li­ber­té et de la gran­deur fran­çaise, sou­ligne-t-il.

« Ver­sailles par­lait d’une pau­vre­té et d’u- ne mi­sère qu’on ne veut pas voir. Dans

L’exer­cice de l’état, je mets en scène des hommes de pou­voir tels qu’ils sont et qu’on n’a peut-être pas en­vie de les voir ain­si. Et le troi­sième — qui n’est pas en­core écrit — se­ra un film sur la ter­reur ré­vo­lu­tion­naire. »

√ L’exer­cice de l’état prend l’af­fiche

ven­dre­di.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.