GEORGE CLOO­NEY, IN­QUIET, EN CO­LÈRE ET SA­VOU­REUX

Dans Les des­cen­dants, film d’alexan­der Payne ti­ré d’un ro­man de Kaui Hart Hem­mings, la pres­ta­tion de George Cloo­ney est une fois de plus im­pec­cable.

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Isa­belle Hontebeyrie Agence QMI

Les des­cen­dants vaut la peine d’être vu ne se­rait-ce que pour la réa­li­sa­tion d’alexan­der Payne, le jeu de George Cloo­ney et les pay­sages d’ha­waï.

Matt King (George Cloo­ney), avo­cat de for­ma­tion, est aus­si un riche pro­prié­taire fon­cier. Sa fa­mille, des­cen­dante d’une prin­cesse ha­waïenne et d’un mis­sion­naire, pos­sède des hec­tares de terres vierges dans l’ar­chi­pel. Il se trouve au beau mi­lieu de trac­ta­tions avec ses in­nom­brables cou­sins pour dé­ci­der à qui les hé­ri­tiers King pour­ront vendre leur part du gâ­teau.

Par ailleurs, sa vie per­son­nelle est loin d’être simple. Sa femme, Eli­za­beth (Pa­tri­cia Has­tie), est plon­gée dans un co­ma de­puis un ac­ci­dent de ba­teau. Ses deux filles, Scot­tie (Ama­ra Miller) et Alexan­dra (Shai­lene Woo­dley), envoyée dans un pen­sion­nat éloi­gné par Eli­za­beth, sont à sa charge.

Si Matt a tou­jours ai­mé ses filles, il a sou­vent brillé par son ab­sence, son tra- vail exi­geant de nom­breux dé­pla­ce­ments dans les îles alen­tour. Matt peine à se rap­pro­cher de Scot­tie, consi­dé­ra­ble­ment af­fec­tée par l’ac­ci­dent de sa mère. Alexan­dra, en pleine crise d’ado­les­cence, se re­belle.

À l’ap­proche de la mort d’eli­za­beth, dont les in­fi­dé­li­tés ont été dé­voi­lées, père et filles se rap­prochent et ap­prennent à se connaître.

L’his­toire est tout ce qu’il y a de plus ba­nal. Or, comme dans Mon­sieur Sch­midt, Alexan­der Payne sait mon­trer toutes les nuances de ses per­son­nages, leurs com­bats in­té­rieurs, leurs doutes et leurs émo­tions.

George Cloo­ney est sa­vou­reux en père in­quiet, en ma­ri fu­rieux et en homme qui as­sume ses res­pon­sa­bi­li­tés. Son per­son­nage est beau­coup plus hu­main que dans

Les marches du pou­voir et res­semble par­fois à ce­lui qu’il in­ter­prète dans Haut

dans les airs.

Les su­perbes dé­cors d’ha­waï servent ad­mi­ra­ble­ment le film, parce qu’ils ancrent les per­son­nages à la fois dans le cours de l’his­toire — dont on dé­couvre les grandes lignes avec beau­coup d’in­té­rêt — et dans ce­lui des évé­ne­ments qu’ils vivent. En bref, Les des­cen­dants est un film à voir en ce dé­but de sai­son des Os­cars.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.