Fu­turs en­tre­pre­neurs à l’oeuvre

MON­TRÉAL | L’en­tre­pre­neu­riat qué­bé­cois se porte bien. Il n’y avait qu’à al­ler faire un tour à l’hô­tel So­fi­tel, à Mon­tréal, où se te­nait ré­cem­ment l’ul­time ronde d’au­di­tions des can­di­dats de l’émis­sion La fran­chise, pour consta­ter que la pro­vince four­mil

Le Journal de Quebec - Weekend - - TÉLÉVISION - Ma­rie-jo­sée Roy Agence QMI

Ani­mée par Isa­belle Ma­ré­chal, La fran

chise op­po­se­ra des hommes et des femmes de tous âges et de tous les mi­lieux, cet hi­ver, sur les ondes de V.

Pen­dant 10 se­maines, les par­ti­ci­pants se sou­met­tront à des dé­fis vi­sant à mettre en va­leur leur lea­der­ship et leur sens des af­faires. Un joueur se­ra éli­mi­né à chaque épi­sode et le grand vain­queur rem­por­te­ra une fran­chise des res­tau­rants St-hu­bert Ex­press de la ré­gion mé­tro­po­li­taine.

Si­tôt le pro­jet an­non­cé, au dé­but du mois d’oc­tobre der­nier, plus de 4300 per­sonnes se sont ins­crites pour prendre part à cette nou­velle té­lé­réa­li­té.

De ce nombre, entre 250 et 300 ont été ren­con­trées à Mon­tréal et à Qué­bec, sur la base de leur cur­ri­cu­lum vitæ, et les 25 fi­na­listes re­te­nus ser­raient la pince des juges pour une der­nière fois sa­me­di ma­tin der­nier. Au to­tal, 12 as­pi­rants en­tre­pre­neurs se­ront de l’ou­ver­ture de l’émis­sion, et deux se­ront éli­mi­nés dès le dé­part.

« On ne cherche pas un pro­fil clair et dé­fi­ni, a ex­pli­qué Sté­phane Trem­blay, pro­duc­teur de Zone 3. On veut 12 per­sonnes qui sont bonnes en mar­ke­ting, ca­pables de gé­rer des opé­ra­tions et du ser­vice à la clien­tèle. On sou­haite trou­ver quel­qu’un qui se­ra éven­tuel­le­ment ca­pable de gé­rer un St-hu­bert. On ne cherche pas des ca­rac­tères, un co­mique ou une “pas fine”, par exemple. »

PRES­TANCE ET CHA­RISME

Pré­sente aux au­di­tions, Isa­belle Ma­ré­chal n’a pas ca­ché son en­thou­siasme de­vant l’idée ori­gi­nale de La fran­chise. Se di­sant im­pres­sion­née par la pres­tance, le cha­risme et le ba­gage de ses fu­turs pou­lains, l’ani­ma­trice n’en­tre­tient au­cun doute quant à la per­ti­nence d’un tel pro­duit té­lé­vi­sé.

« Un en­tre­pre­neur, au Qué­bec, tra­vaille 80 heures par se­maine et in­ves­tit son propre ar­gent, met de l’avant la no­tion d’au­to­no­mie et de li­ber­té. Ici, il y a plein de gens qui vou­draient lan­cer leur en­tre­prise, mais qui ne peuvent pas le faire. C’est ce que je vou­drais qu’on re­tienne », a-t-elle illus­tré.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.