Trois ani­ma­tions ex­cep­tion­nelles

Le Journal de Quebec - Weekend - - TÉLÉVISION -

Il y a deux ou trois ans, j’avais vu à FOX Don’t For­get the Ly­rics, une émis­sion qu’ani­mait avec brio Wayne Bra­dy, le Gre­go­ry Charles de la té­lé amé­ri­caine. J’avais ai­mé, mais sans plus. À Pa­ris, il m’est ar­ri­vé deux ou trois fois de re­gar­der N’oubliez pas les pa­roles, que dif­fuse chaque jour France2 à 18 h 55. À l’ani­ma­tion, Na­guy fait du bon tra­vail et même si les par­ti­ci­pants sont bien choi­sis, je n’ac­croche pas vrai­ment.

Di­manche soir der­nier, après avoir re­gar­dé On connaît la chan­son – je n’ai ra­té au­cune émis­sion de­puis le dé­but -, je me suis de­man­dé pour quelles rai­sons je pre­nais tant de plai­sir à cette émis­sion, alors que ni la ver­sion fran­çaise ni la ver­sion amé­ri­caine ne m’avaient sé­duit. Pour­tant, ce qu’on pré­sente à TVA est une adap­ta­tion conforme au concept ori­gi­nal dif­fu­sé à FOX jus­qu’en juin 2009. L’an­née sui­vante, l’émis­sion a mi­gré vers une chaîne câ­blée et le prin­temps der­nier, l’écoute avait tel­le­ment di­mi­nué qu’on y a mis fin.

QUI A EU LA BONNE IDÉE?

Est-ce la pos­si­bi­li­té que le concur­rent puisse re­par­tir avec 200 000 $ qui fait mon in­té­rêt ? Sû­re­ment pas, puisque l’ar­gent n’est pas pour moi et que les pro­ba­bi­li­tés qu’un par­ti­ci­pant re­parte avec le gros lot sont as­sez minces.

Est-ce le choix des chan­sons ? Ça m’éton­ne­rait, car si je connais la plu­part, je n’ai qu’une vague idée des pa­roles. Quant au ka­rao­ké, je n’en ai ja­mais fait et je n’ai au­cune in­ten­tion de m’y mettre !

Je ne sais pas qui a eu la bonne idée d’em­prun­ter le titre qu’alain Res­nais avait trou­vé pour son long mé­trage avec Sa­bine Azé­ma et Pierre Ar­di­ti, mais On connaît la chan­son est un titre cent fois plus ac­cro­cheur que N’oubliez pas les pa­roles. À moins que les choses aient chan­gé, les titres sont pro­té­gés en France et on n’au­rait pro­ba­ble­ment pas pu co­pier ce­lui de Res­nais.

EN­FIN, UN VI­SAGE NEUF

Même si j’adore la té­lé­vi­sion, il n’y a pas beau­coup d’émis­sions dont je suis ac­cro. Qu’est-ce donc qui me re­tient à On connaît la chan­son ?

Ma­rio Tes­sier en bonne par­tie. Il est sans prétention, il est dy­na­mique et cha­leu­reux, il bouge bien, il peut même chan­ter et, sur­tout, c’est un vi­sage neuf. Que c’est ra­fraî­chis­sant de voir ap­pa­raître à la té­lé une « bi­nette » qu’on avait ra­re­ment vue !

Tout de suite après l’ani­ma­teur, ce sont les concur­rents qui me ré­jouissent. Leur « cas­ting » est im­pec­cable. On nous pro­pose à chaque émis­sion des per­son­na­li­tés si dif­fé­rentes les unes des autres que chaque di­manche soir est une sur­prise. Com­bien de temps mon en­chan­te­ment du­re­ra-t-il ? Je n’en sais rien, mais l’émis­sion a un tel suc­cès d’écoute que chaque Qué­bé­cois ex­tra­ver­ti ayant une bonne mé­moire des pa­roles de chan­son peut rê­ver d’y par­ti­ci­per.

Après la pre­mière émis­sion, j’avais écrit que Ma­rio Tes­sier avait ten­dance à em­prun­ter à Ju­lie Sny­der cer­tains des gestes et pro­pos qui sont de­ve­nus sa marque de com­merce. M’a-t-il lu ? Je n’en sais rien, mais je constate que cette ten­dance s’est ar­rê­tée tout net et qu’il est Ma­rio Tes­sier tout sim­ple­ment.

Sou­hai­tons que l’émis­sion de­meure ain­si, car j’adore lorsque la té­lé me fait « triper » ! Ce n’est pas si fré­quent…

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.