UNE GROSSE DOSE DE BON­HEUR!

« C’est une grande dose de bon­heur de jouer ça! Un ca­deau de re­trou­ver Rose Oui­met et toutes les autres femmes de Belles-soeurs. Nous, on est heu­reuses de faire ce show-là et les gens sont heu­reux de le re­ce­voir, lance Guy­laine Trem­blay. On vient de jouer

Le Journal de Quebec - Weekend - - CHARLES AZNAVOUR - De­nise Mar­tel DE­NISE.MAR­TEL@JOUR­NAL­DE­QUE­BEC.COM

Après avoir été pré­sen­tée un seul soir à la salle Al­bert-rous­seau en mai 2010 pour l’inau­gu­ra­tion de la 11e édi­tion du Car­re­four in­ter­na­tio­nal de théâtre de Qué­bec, Belles-soeurs, le théâtre mu­si­cal concoc­té par Re­né-ri­chard Cyr et Da­niel Bé­lan­ger à par­tir de l’oeuvre culte de Mi­chel Trem­blay, re­vient en­fin à Qué­bec du 12 au 14 jan­vier et du 19 au 21 jan­vier, tou­jours à la SAR.

« Il y a quelque chose qui nous dé­passe et qui touche les gens », ren­ché­rit Ma­rieT­hé­rèse For­tin, alors que les deux co­mé­diennes étaient de pas­sage à Qué­bec ré­cem­ment, pour faire la pro­mo­tion de

Belles-soeurs qui a per­du son « Les » pour dif­fé­ren­cier le théâtre mu­si­cal de la pièce créée en 1968..

Ma­rie-thé­rèse For­tin, qui a joué pen­dant plu­sieurs an­nées à Qué­bec avant de s’exi­ler à Mon­tréal, après avoir été di­rec­trice ar­tis­tique au Théâtre du Trident, in­ter­prète Ger­maine Lau­zon, celle qui rem­porte un mil­lion de timbres-primes et or­ga­nise un par­ty de col­lage de timbres chez elle. Mal­heu­reu­se­ment, son gros lot at­tise ja­lou­sie et convoi­tise...

LE GROS LOT

« J’avais fait Pier­rette dans Les Belles

Soeurs au Trident, je connais­sais très bien la pièce. J’avais en­vie de faire un show de filles de mon âge et tout ça s’est mis à mi­jo­ter dans ma tête », ra­conte celle qui a eu l’idée de mon­ter Les

Belles-soeurs pour sou­li­gner à la fois le 40e an­ni­ver­saire du Théâtre d’au­jourd’hui qu’elle di­rige et les 40 ans de la pièce. « Avec Belles-soeurs, j’ai l’im­pres­sion d’avoir ga­gné le gros lot, comme Ger­maine! »

« Quand on est à l’école de théâtre, on rêve de jouer un jour les reines de Sha­kes­peare et les reines du Pla­teau de Trem­blay. J’aime chan­ter et de pou­voir al­lier ce plai­sir au jeu, c’est très gri­sant. On a une grosse dose de fun », ajoute la co­mé­dienne qu’on peut voir dans La

pro­messe et qu’on a vue aus­si dans Les hauts et les bas de So­phie Paquin.

« C’est un bon­heur de chan­ter en groupe. Des fois, je suis ar­ri­vée fa­ti­guée aux ré­pé­ti­tions mais quand j’en suis res­sor­tie, j’avais re­trou­vé mon éner­gie. Un soir de spec­tacle, j’avais une grosse la­ryn­gite et je n’étais pas ca­pable de chan­ter. Re­né-ri­chard m’a dit de juste es­sayer de dire le texte plu­tôt que chan­ter... » ra­conte Guy­laine Trem­blay.

«C’était bou­le­ver­sant!», lance spon­ta­né­ment Ma­rie-thé­rèse. « On n’est pas des chan­teuses, mais des co­mé­diennes qui chantent. Le jeu sert de so­lage à tout ça et ça fait toute la dif­fé­rence.

« Ma grande dé­cou­verte du show, c’est de chan­ter avec tout mon corps. On a beau­coup ap­pris avec Mo­nique Fau­teux qui nous a en­traî­nées pour

Belles-soeurs », conclut celle qu’on re­trou­ve­ra dans Les res­ca­pés 2, à la té­lé en jan­vier.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.