MA­CHA, VA­LÉ­RIE ET ÉRIC FONT LEURS ADIEUX

MON­TRÉAL | C’est la fin pour le trio de Tout sur moi. Ce mer­cre­di, Ma­cha, Va­lé­rie et Éric met­tront un terme au 65e et tout der­nier épi­sode de la sé­rie, qui au­ra du­ré cinq sai­sons. Le Jour­nal est re­ve­nu sur cette aven­ture avec l’au­teur de l’émis­sion, Stéph

Le Journal de Quebec - Weekend - - TÉLÉVISION - Ra­phaël Gen­dron-mar­tin AGENCE QMI

En­core mar­qué par l’ex­pé­rience de La vie, la vie, au dé­but des an­nées 2000, Sté­phane Bour­gui­gnon a mis en­vi­ron quatre ans avant de s’em­bar­quer de nou­veau dans l’écri­ture d’une sé­rie té­lé. Ne vou­lant pas souf­frir des com­pa­rai­sons avec la sé­rie dra­ma­tique, il a dé­ci­dé d’al­ler vers la co­mé­die de si­tua­tions pour son nou­veau pro­jet.

En écri­vant les pre­miers épi­sodes de Tout sur moi, qui au­rait pu s’ap­pe­ler Ma­cha and Friends, l’au­teur avait en tête une es­thé­tique sombre et trash. C’est le réa­li­sa­teur, Sté­phane La­pointe, qui a plu­tôt in­sis­té pour que la sé­rie soit rem­plie de cou­leurs vi­vantes et as­sez sa­tu­rées.

« À l’époque, c’était Mi­nuit, le soir et on re­trou­vait beau­coup d’émis­sions sombres, fait re­mar­quer Sté­phane La­pointe. Je vou­lais ra­me­ner de la cou­leur à la té­lé. Fi­na­le­ment, on est ar­ri­vé en même temps que So­phie Paquin et bien des shows co­lo­rés ! »

EX­PÉ­RIENCE UNIQUE

Tout sur moi s’est tou­te­fois ra­pi­de­ment dé­mar­qué par son as­pect fic­tion et réa­li­té. Les trois co­mé­diens prin­ci­paux, Ma­cha Li­mon­chik, Va­lé­rie Blais et Éric Ber­nier, jouaient en quelque sorte leur propre rôle et Sté­phane Bour­gui­gnon en­tre­te­nait le mys­tère sur les anec­dotes qui s’étaient vé­ri­ta­ble­ment dé­rou­lées dans l’émis­sion.

Au­jourd’hui, l’au­teur men­tionne que de 12 % à 15 % du ma­té­riel de Tout sur moi, éta­lé sur les cinq sai­sons, est aus­si ar­ri­vé dans la vraie vie. Le reste n’est que le fruit de son ima­gi­na­tion.

« Une ex­pé­rience comme celle-là ne se re­pro­dui­ra pro­ba­ble­ment pas, dit le scé­na­riste. Je ne pense pas que je vais ré­écrire pour trois per­sonnes que je connais­sais aus­si bien. C’était unique dans ce sens-là. »

Quelle im­por­tance a cette sé­rie dans la vie de l’au­teur ? « Elle est im­por­tante parce que j’y ai consa­cré presque sept ans de ma vie. C’était vrai­ment plai­sant de pou­voir tra­vailler avec des amis. Comme réa­li­sa­teur, on a sen­ti avec Sté­phane La- pointe la pos­si­bi­li­té de tra­vailler dans un cli­mat le fun. Et c’est ce qui s’est pas­sé pen­dant les cinq ans sur le pla­teau. C’était vrai­ment une am­biance fa­bu­leuse. »

De son cô­té, si Sté­phane La­pointe est res­té dans l’aven­ture du dé­but à la fin, con­trai­re­ment à la plu­part des réa­li­sa­teurs d’émis­sions de té­lé, c’est qu’il a pu vrai­ment s’écla­ter dans ce qu’il ap­pelle son ter­rain de jeu.

« C’est quand même un beau luxe de mettre en scène du Bour­gui­gnon, dit le réa­li­sa­teur. Se­lon moi, il est un peu l’équi­valent qué­bé­cois de Woo­dy Al­len. Sté­phane sa­vait aus­si ce qui me fai­sait triper. On a fait des pas­tiches d’al­len, de Ren­contres du 3e type, de Da­vid Lynch,

de Shi­ning et de Lost. Il m’a don­né des pe­tits bon­bons. »

Jouant d’abord sur le vrai et le faux, la pre­mière sai­son de Tout sur moi était beau­coup plus de style do­cu­men­taire. « La ca­mé­ra n’était ja­mais bien pla­cée, au dé­but, dit Sté­phane La­pointe. En cours de route, on a lais­sé un peu tom­ber ça pour al­ler dans un cô­té plus ser­ré. On a lais­sé tom­ber le réel pour al­ler jouer sur le cadre de la fo­lie. »

FANS IN­TER­NA­TIO­NAUX

Avec l’avè­ne­ment presque si­mul­ta­né de Fa­ce­book, les ar­ti­sans de Tout sur moi ont pu consta­ter que les fans de l’émis­sion te­naient mor­di­cus à la suite des aven­tures du trio, même si les cotes d’écoute n’ont ja­mais été im­pres­sion­nantes (en­vi­ron 500 000 par sai­son).

Le jour où Ra­dio-ca­na­da a an­non­cé que l’émis­sion ne re­ve­nait pas, après seule­ment deux sai­sons, les fans se sont mo­bi­li­sés sur le ré­seau so­cial. Et ce sont eux, en par­tie, qui ont per­mis à Ma­cha, Va­lé­rie et Éric de pour­suivre leurs pé­ri­pé­ties pour trois autres an­nées.

« Je me sou­viens que ç’a été une suite de grandes émo­tions, à ce mo­ment-là, dit Sté­phane La­pointe. On était tom­bés des nues en ap­pre­nant que l’émis­sion était re­ti­rée des ondes. Mais comme Ro­cky, que l’on pen­sait être K.-O., on s’est re­le­vé et on est re­ve­nu. On a sen­ti tout le long qu’on avait un groupe de fans hard­core. Ce n’était pas des cotes d’écoute d’un mil­lion, mais il y avait un pu­blic de qua­li­té. »

vée de Fa­ce­book. J’ai pu connaître da­van­tage les gens qui nous écoutent. On a pas­sé aus­si sur TV5 Monde et j’ai re­çu des mes­sages de fans en Bel­gique, en Es­pagne, en Italie, en France et à Mum­bai. C’est très plai­sant de sa­voir que cet hu­mour-là as­sez dif­fé­rent peut re­joindre des gens à l’autre bout du monde. »

VA­LÉ­RIE BLAIS

« Non je ne suis pas triste. Nous étions bien aver­tis que c’était la der­nière an­née, alors nous avons eu le temps de nous faire à l’idée. Par contre, je suis ab­so­lu­ment consciente de l’im­mense chance que j’ai eue de par­ti­ci­per à un tel pro­jet. Comme nous sommes liés de­puis presque 20 ans, Ma­cha, Éric et moi, cette ami­tié conti­nue, avec ou sans la sé­rie. C’est plu­tôt le pu­blic qui se­ra nos­tal­gique. Nous, on conti­nue nos niai­se­ries : elles ne se­ront plus scé­na­ri­sées, voi­là tout. »

« Cette sé­rie est de grande qua­li­té, tant pour ses textes, sa réa­li­sa­tion et sa di­rec­tion d’ac­teurs, mais elle est aus­si, et pour moi sur­tout, le té­moi­gnage d’une ami­tié in­dé­fec­tible entre nous trois. Le der­nier épi­sode de la cin­quième sai­son res­te­ra à ja­mais dans ma mé­moire. Un su­per-mo­ment de tour­nage et un su­per-épi­sode. »

ÉRIC BER­NIER

« Pour ma part je ne res­sens pas de tris­tesse… juste un sen­ti­ment de fier­té in­tense! J'ai pu ap­prendre mon mé­tier, ex­pé­ri­men­ter et dé­cou­vrir chaque jour des as­pects in­con­nus de ma per­son­na­li­té… J'ai été sti­mu­lé, im­pres­sion­né et ins­pi­ré par mes amis. On a tous beau­coup ap­pris. »

Éric, Ma­cha et Va­lé­rie en ver­ront de toutes les cou­leurs dans le der­nier épi­sode de

Tout sur moi. « Ça va fes­ser dans le

dash! », an­nonce l’au­teur Sté­phane

Bour­gui­gnon. √ Le tout der­nier épi­sode de Tout sur

moi se­ra dif­fu­sé ce mer­cre­di à 21 h 30, sur les ondes de Ra­dio-ca­na­da.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.