Du CHA­PI­TEAU À L ’ ARÉ­NA

MON­TRÉAL | Après plus de 10 ans de tour­née sous le cha­pi­teau, le spec­tacle Dralion a fait peau neuve pour re­par­tir sur la route, et s’ar­rê­ter cette fois dans les aré­nas de l’Amé­rique du Nord. En guise de ca­deau de Noël, ce Dralion « re­vu et cor­ri­gé » fe­ra

Le Journal de Quebec - Weekend - - NEWS - Maxime De­mers

Il en a fait du che­min, le spec­tacle Dralion, de­puis sa créa­tion, à Mon­tréal sous le cha­pi­teau en 1999. Cinq conti­nents par­cou­rus, sept mil­lions de spec­ta­teurs à tra­vers le monde… Et ce n’est pas fi­ni, l’aven­ture se pour­sui­vant dé­sor­mais dans les aré­nas. La troupe de Dralion a amor­cé cette tour­née d’aré­nas en oc­tobre 2010, au New Jer­sey. Une soixan­taine de villes aux ÉtatsU­nis et au Ca­na­da ont été vi­si­tées de­puis. Et des re­pré­sen­ta­tions sont pré­vues pour l’ins­tant jus­qu’en mai 2012, dans une tren­taine d’autres villes.

Dralion n’est pas le pre­mier spec­tacle du Cirque du So­leil à être adap­té pour les aré­nas. Sal

tim­ban­co et Ale­gria ont été les pre­miers à être re­vam­pés de la sorte, sui­vis plus ré­cem­ment de

Qui­dam.

« La tour­née d’aré­nas per­met d’al­lon­ger la du­rée de vie du spec­tacle et de faire es­cale dans des plus pe­tites villes ou la tour­née de cha­pi­teaux ne s’est pas ar­rê­tée dans le pas­sé, ex­plique en en­tre­vue Ali­son Craw­ford, la di­rec­trice ar­tis­tique se­nior de

Dralion.

Sous le cha­pi­teau, les spec­tacles du Cirque at­tirent soir après soir en­vi­ron 2 500 spec­ta­teurs. Dans les aré­nas, plus de 5 000 per­sonnes as­sistent à cha­cune des re­pré­sen­ta­tions.

« C’est très dif­fé­rent comme type de tour­née et comme am­biance, ob­serve Ali­son Craw­ford.

« Avec les aré­nas, on s’ar­rête dans chaque ville en moyenne une se­maine alors que dans les tour­nées de cha­pi­teau, on s’ins­tal­lait dans chaque des­ti­na­tion pour cinq à six se­maines. »

AUTRE FOR­MULE, MÊME SPEC­TACLE

Mis en scène par Guy Caron,

Dralion puise son ins­pi­ra­tion dans la phi­lo­so­phie orientale, la tra­di­tion des arts acro­ba­tiques chi­nois et la quête de l’har­mo­nie entre l’hu­main et la na­ture. Le titre du spec­tacle pro­vient de deux sym­boles em­blé­ma­tiques, le dra­gon (l’orient) et le lion (l’oc­ci­dent). Avant de re­par­tir en tour­née,

Dralion a en­tiè­re­ment re­tra­vaillé pen­dant des se­maines dans les stu­dios du Cirque du So­leil, à Mon­tréal. Des ajus­te­ments ont été ap­por­tés sur le plan des éclai­rages et de la so­no­ri­sa­tion. Et de nou­veaux nu­mé­ros ont, du coup, été gref­fés au spec­tacle.

« Il y a plu­sieurs nou­veau­tés, dont un nu­mé­ro de cer­ceaux aé­riens, sou­ligne Ali­son Craw­ford. On a aus­si in­ven­té quelques nou­veaux per­son­nages et de nou­velles cho­ré­gra­phies adap­tées aux scènes d’aré­nas ont été créées.

« Sur le plan tech­nique, le dé­cor a en­tiè­re­ment été re­fait pour les aré­nas, afin qu’il puisse être mon­té et dé­mon­té plus vite. »

Mal­gré ces chan­ge­ments, l’es­sence du spec­tacle est tou­jours là, as­sure la di­rec­trice ar­tis­tique se­nior qui tra­vaille aus­si sur le spec­tacle iti­né­rant Cor­teo et la pro­duc­tion per­ma­nente La Nou

ba, ins­tal­lée en Flo­ride de­puis main­te­nant 13 ans.

« L’am­biance est dif­fé­rente dans un aré­na, mais l’es­prit de Dralion est en­core là, dit-elle.

« Pour les spec­ta­teurs, ce­la peut peut-être pa­raître dif­fé­rent parce qu’ils sont par­fois plus éloi­gnés de la scène. Mais je trouve que Dralion se prête très bien au cadre de l’aré­na. C’est gran­diose et ou­vert. Les cou­leurs, la lu­mière et l’éner­gie de

Dralion trans­forment to­ta­le­ment l’aré­na. Il y a quelque chose de ma­gique. »

√ Dralion du Cirque du So­leil est pré­sen­té au Centre Bell du 18 au 30 dé­cembre. Le spec­tacle fe­ra en­suite es­cale au Co­li­sée Pep­si de Qué­bec du 3 au 8 jan­vier.

DRALION

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.