PRISE DE CONSCIENCE FACE À L’ES­SEN­TIEL

MON­TRÉAL | Pour Ici et main­te­nant, nou­velle émis­sion qui se­ra dif­fu­sée à Ra­dio-Ca­na­da à comp­ter du sa­me­di 14 jan­vier, l’ani­ma­trice Pé­né­lope Mc­Quade se fait toute pe­tite de­vant la ca­mé­ra, mais elle tra­vaille plus fort que ja­mais en amont, chaus­sant pour la

Le Journal de Quebec - Weekend - - NEWS - Guillaume Pi­card Agence QMI

Ba­sé sur son propre concept — dé­ve­lop­pé avec sa com­plice Pascale Cou­lombe — et por­té par la boîte Trio Orange, Ici et main­te­nant s’in­té­resse à la vie du com­mun des mortels. Ou plu­tôt la vie telle qu’elle pour­rait être. L’émis­sion pro­pose à des gens or­di­naires de mar­quer une pause dans leur vie es­souf­flante, le temps de je­ter un re­gard sur ce qu’ils sou­hai­te­raient vrai­ment en faire.

Treize se­maines du­rant, à rai­son de deux par­ti­ci­pants par se­maine, Pé­né­lope et son équipe ren­con­tre­ront no­tam­ment un in­gé­nieur qui rê­vait de de­ve­nir pom­pier, une agri­cul­trice qui s’ou­blie dans le tra­vail et ses res­pon­sa­bi­li­tés de mère mo­no­pa­ren­tale, ain­si qu’un Beau­ce­ron qui, in­com­mo­dé par une bles­sure à la hanche, re­nonce trop vite à la vie aux yeux de sa fille.

En vi­sion­ne­ment de presse, c’est cette his­toire qui a été la plus tou­chante mal­gré des mo­ments vo­lon­tai­re­ment longs, la pro­duc­tion sou­hai­tant lais­ser la vie se dé­rou­ler, les per­son­nages se ra­con­ter avec ou sans mot.

Ce que le réa­li­sa­teur avait pré­vu s’est éva­noui en cours de jour­née, comme ça a été d’ailleurs le cas lors d’autres tour­nages. Ici et main­te­nant, c’est aus­si une équipe prête à im­pro­vi­ser et à ac­com­pa­gner la per­sonne là où elle veut al­ler.

IN­TROS­PEC­TION

« Na­tha­lie a peur de voir son père dé­pé­rir et mou­rir, a ra­con­té Pé­né­lope. Elle veut que son père reste en vie. C’est son ici et main­te­nant à elle, fi­na­le­ment. Ça, ça a émer­gé pen­dant le tour­nage. C’est de­ve­nu hy­per im­por­tant dans cette his­toire-là, alors on se ré­oriente dans ce temps-là. » « On parle de prise de conscience, d’in­tros­pec­tion, a pour­sui­vi l’ani­ma­trice. On ne parle pas de re­cettes à la Walt Dis­ney ou de trans­for­ma­tion ex­trême. On parle d’ou­vrir une porte, de faire une prise de conscience sur notre vie et sur ce qu’elle pour­rait être. Fi­na­le­ment, la per­sonne peut très bien réa­li­ser que sa vie est par­faite telle qu’elle est. Et c’est par­fait comme ça. »

NE PAS AT­TENDRE L’IR­RÉ­PA­RABLE

Après son grave ac­ci­dent de voi­ture sur­ve­nu en mai 2009, d’où elle est sor­tie vi­vante presque mi­ra­cu­leu­se­ment, l’ani­ma­trice de 41 ans a eu tout le temps vou­lu pour ré­flé­chir avant de prendre le taureau par les cornes pour don­ner un nou­veau souffle à sa vie. Elle veut par­ta­ger ce re­nou­veau sans pour au­tant être une « guide tou­ris­tique » ou une ani­ma­trice trop pe­sante.

« C’est sou­vent après une ma­la­die ou un évé­ne­ment tra­gique que l’on com­prend l’es­sen­tiel, mais, moi, je n’ai pas en­vie que les gens at­tendent de vivre quelque chose de dra­ma­tique. Je suis une pe­tite tem­pête blonde qui ar­rive dans leur vie un ma­tin, et j’es­père qu’en plus d’ins­pi­rer les gens qui font l’émis­sion, nous ar­ri­ve­rons à tou­cher les gens dans leur sa­lon. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.