La fin d’une che­vau­chée fan­tas­tique

En­core une der­nière se­maine et, après sept ans de suc­cès, la po­pu­laire émis­sion Le cercle ti­re­ra sa ré­vé­rence de la té­lé qué­bé­coise le ven­dre­di 16 dé­cembre. C’est donc la fin d’une « aven­ture fan­tas­tique » aux yeux de l’ani­ma­teur Charles La­for­tune.

Le Journal de Quebec - Weekend - - TÉLÉVISION - Pierre O. Na­deau PIERRE.NA­DEAU@JOUR­NAL­DE­QUE­BEC.COM

« Je res­sens un mé­lange de nos­tal­gie et de de­voir ac­com­pli. Et j’en pro­fite pour re­mer­cier le pu­blic qué­bé­cois de nous avoir lais­sés en­trer dans leurs foyers du­rant toutes ces an­nées; je consi­dère ça comme un pri­vi­lège pour un ani­ma­teur », pré­cise Charles La­for­tune, éta­lant son at­ta­che­ment « pour ce jeu fa­mi­lial, qui avait la par­ti­cu­la­ri­té d’être in­ter­ac­tif avec le pu­blic, qui jouait le jeu avec nous ».

« Si on réunis­sait les 1094 émis­sions d’une de­mi-heure, ça don­ne­rait une émis­sion dif­fu­sée 24 heures par jour pen­dant 22 jours et trois quarts », s’amuse-t-il à com­pi­ler.

Il di­ra en­core que ce fut « su­per agréable de tra­vailler avec Paul (Houde). On n’a ja­mais eu de chi­cane et on a tou­jours tra­vaillé dans le plai­sir. Même si on pro­dui­sait 10 émis­sions en deux jours, on s’ef­for­çait d’af­fi­cher tou­jours la même fraî­cheur, la même spon­ta­néi­té ».

L’ex­pé­rience a per­mis à Charles La­for­tune de réa­li­ser que « les Qué­bé­cois ont une bonne culture gé­né­rale et un bon fran­çais, même si notre langue est fort com­plexe ». « Il est sou­vent ar­ri­vé que des gens nous écrivent pour contes­ter cer­tains de nos choix de ré­ponses ac­cep­tées ou re­fu­sées; c’est signe que les gens sont at­ta­chés à leur langue », dit l’ani­ma­teur, réi­té­rant que toutes les ré­ponses s’ap­puyaient d’an­née en an­née sur l’édi­tion la plus ré­cente du La­rousse.

SE RAP­PRO­CHER DES SIENS

Comme les der­niers en­re­gis­tre­ments sont dé­jà com­plé­tés, Charles La­for­tune re­trouve le loi­sir de pro­fi­ter de toutes ses fins de se­maine. « Ce n’est pas ma blonde qui s’en plaint », lance en riant le po­pu­laire per­son­nage, qui s’est oc­cu­pé au cours du der­nier wee­kend à faire ses em­plettes chez Cost­co. « Ça me per­met aus­si de me rap­pro­cher de mon fils et je me rends compte que ma pré­sence lui a man­qué. C’est bon de se re­trou­ver en fa­mille... »

Dé­jà de nou­veaux dé­fis à la té­lé lui sont pré­sen­tés, mais il re­fuse d’en par­ler pour le mo­ment, puisque rien n’est en­core si­gné. Il est fa­cile de pré­voir son re­tour au pe­tit écran dès 2012.

Pour le mo­ment, Charles La­for­tune se consacre à la pré­pa­ra­tion du pro­chain ga­la Ar­tis, qu’il ani­me­ra pour la deuxième fois à TVA.

« C’est beau­coup de tra­vail, c’est quatre mois de pré­pa­ra­tion à temps plein. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.