In­dé­mo­dable hé­ros à la hou­pette!

Avec la sor­tie au ci­né­ma du long-mé­trage Les aven­tures de Tin­tin : le se­cret de la Li­corne, la mai­son d’édi­tion Cas­ter­man et les édi­tions Flam­ma­rion Qué­bec, qui dis­tri­buent les al­bums de Tin­tin au Qué­bec, ob­servent un en­goue­ment in­dé­niable pour le hé­ros d

Le Journal de Quebec - Weekend - - LIVRES - Ma­rie-France Bor­nais Le Jour­nal de Qué­bec

Aux bu­reaux des édi­tions Cas­ter­man, en Bel­gique, l’équipe avait pré­pa­ré le ter­rain avant la sor­tie du film. Des nou­veau­tés dé­ri­vées du film et des nou­veau­tés dé­ri­vées de l’oeuvre clas­sique d’her­gé ont été mises en mar­ché, entre autres le ro­man du film, un double al­bum pré­sen­tant Le se­cret de la Li­corne & Le tré­sor de Rackham le Rouge en un seul vo­lume et ces deux mêmes al­bums, en grand for­mat. Le Tout Tin

tin, l’in­té­grale des aven­tures de Tin­tin en un seul vo­lume, a éga­le­ment été ré­im­pri­mé.

Là-bas, le film est à l’af­fiche de­puis dé­jà six se­maines et l’en­goue­ment des lec­teurs se porte non seule­ment sur les al­bums qui

ont ins­pi­ré le film — Le se­cret de la Li­corne et Le tré­sor de Rac

kham le Rouge — mais sur l’en­semble de la col­lec­tion. « L’im­pact est im­por­tant : de l’ordre d’un dou­ble­ment des ventes, et ça porte sur l’en­semble de la col­lec­tion. On ver­ra com­bien de temps ça peut du­rer », note Si­mon Cas­ter­man, di­rec­teur de la mai­son d’édi­tion Cas­ter­man.

« On a un dou­ble­ment des ventes au to­tal et plus que dou­blé sur les deux al­bums qui, ma­ni­fes­te­ment, tirent bé­né­fice du film et un peu moins sur Le cra

be aux pinces d’or, qui est quand même for­te­ment pré­sent dans le film. »

Chez les fran­co­phones, les ventes des al­bums de Tin­tin re­pré­sentent en­vi­ron un mil­lion d’exem­plaires par an. Sur le mar­ché mon­dial, elles re­pré­sentent un autre mil­lion d’exem­plaires. Au Qué­bec seule­ment, 50 000 al­bums de Tin­tin se

vendent chaque an­née — 4 000 par mois.

MAR­CHÉ AN­GLO­PHONE

Si­mon Cas­ter­man s’at­tend à ce que la sor­tie du film fasse aug­men­ter le ti­rage des al­bums du cô­té an­glo­phone. « J’ai dé­jà une in­for­ma­tion très po­si­tive de notre édi­teur an­glais, qui est très content. D’au­tant qu’il couvre éga­le­ment des mar­chés d’ex­port comme le Ca­na­da an­glo­phone et l’inde, qui est un gros mar­ché. L’édi­teur se de­mande com­bien de temps ça peut en­core du­rer, parce qu’on peut très bien dou­bler sur un mois, mais ça res­te­ra peu par rap­port à l’ob­jec­tif qu’on ai­me­rait bien at­teindre, qui est de re­don­ner en­vie à une nou­velle gé­né­ra­tion de lec­teurs de lire les aven­tures de Tin­tin. »

AU QUÉ­BEC

Le Qué­bec est un mar­ché im­por­tant. « On sent bien qu’il y a un ap­pé­tit qué­bé­cois pour Tin­tin, qui est plus fort que pour une bande des­si­née autre que Tin­tin. Mais là, on ver­ra: l’avant-pre­mière du film a eu lieu le wee­kend der­nier et le film est sur les écrans le 9 dé­cembre (de­puis hier). On ver­ra, dans les se­maines qui viennent, l’im­pact du mar­ché qué­bé­cois sur les ventes. Je pense que ce se­ra im­por­tant parce que j’étais au Qué­bec il n’y a pas très long­temps et je pense qu’il y a un ap­pé­tit pour Tin­tin as­sez évident. » Alain-na­po­léon Mof­fat, res­pon­sable des com­mu­ni­ca­tions aux édi­tions Flam­ma­rion, ajoute que les al­bums de Tin­tin sont tou­jours meilleurs ven­deurs, mois après mois. « Tin­tin a tou­jours joué un rôle im­por­tant en termes de lit­té­ra­ture jeu­nesse, et le pro­duc­teur du film a choi­si de faire la pre­mière nord-amé­ri­caine chez nous. C’est quand même as­sez re­mar­quable de sa part et, en­suite, ça va nous per­mettre à nous, Qué­bé­cois, de re­trou­ver ce per­son­nage-là d’une ma­nière tout à fait nou­velle. Il y a tou­jours des Tin­tin dans les li­brai­ries, mais on a pro­cé­dé à une mise en vente im­por­tante: plus de 75000 al­bums se dé­ploient dé­sor­mais dans les li­brai­ries et les grandes sur­faces au Qué­bec. »

LES 7 À 77 ANS

Tin­tin ira-t-il cher­cher une nou­velle gé­né­ra­tion de lec­teurs? « Her­gé a tou­jours vou­lu que Tin­tin s’adresse aux 7 à 77 ans et je pense que l’oc­ca­sion est as­sez ex­tra­or­di­naire de faire en sorte qu’on aille cher­cher des nou­veaux lec­teurs chez les pe­tits, mais aus­si chez les grands qui n’au­raient pas eu la chance de lire Tin­tin ou qui vou­draient tout sim­ple­ment le re­lire. Beau­coup de gens ont gar­dé leur col­lec­tion d’al­bums de Tin­tin. On ob­serve que les gens se mettent à ra­che­ter des al­bums de Tin­tin, et pas seule­ment les al­bums liés au film. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.