Une reine avant-gar­diste

Le Journal de Quebec - Weekend - - LIVRES -

(MFB) Après avoir écrit tant de pages sur Aliénor d’aqui­taine, Mi­reille Calmel consi­dère que c’était une femme ex­cep­tion­nelle, en avance sur son temps, presque mo­derne par rap­port à son époque.

« Aliénor a fait des choses ex­tra­or­di­naires. Elle a im­po­sé des de­voirs aux sei­gneurs alors qu’ils n’avaient que des droits. Elle a com­plè­te­ment bou­le­ver­sé la vi­sion de l’amour, là où ces mes­sieurs se ser­vaient sur des jou­ven­celles qui avaient 12 ans, sans au­cun scru­pule, sans in­té­rêt. Elle a créé toutes ces cours d’amour, cette oeuvre de fin’amor (NDLR : des règles de bien­séance qui de­vaient être ap­pli­quées en pré­sence de femmes de qua­li­té) qui a per­mis aux trou­ba­dours de su­bli­mer la femme. Ce­la a ame­né du coup un cer­tain res­pect de la femme qui n’était pas là avant et qui a dis­pa­ru après elle, d’ailleurs. Toute la pé­riode de son règne, elle a fait énor­mé­ment pour les femmes, pour la sen­sua­li­té des femmes et pour les femmes tout court. »

« En bâ­tis­sant l’em­pire des Plan­ta­ge­nêt, elle a construit des mou­lins pour que les pe­tites gens paient moins de taxes, elle a dé­ve­lop­pé les cor­po­ra­tions d’ar­ti­sans, bâ­ti des ca­thé­drales. C’est ahu­ris­sant, tout ce qu’elle a fait pour son peuple. » Aliénor a aus­si par­ti­ci­pé à la deuxième Croi­sade. Femme culti­vée, elle avait ap­pris la mu­sique, la lit­té­ra­ture, le la­tin, sa­vait mon­ter à che­val et chas­ser.

C’était aus­si une femme in­tel­li­gente, très par­ti­cu­lière, qui a im­plan­té ses en­fants dans toute l’eu­rope. « À tra- vers l’édu­ca­tion qu’elle leur a don­née, elle a contri­bué dans toute l’eu­rope à faire pas­ser ses idées. C’est ex­cep­tion­nel. »

LÉ­GENDE AR­THU­RIENNE

On doit aus­si toute la lé­gende ar­thu­rienne à Aliénor, qui a fait beau­coup pour la lit­té­ra­ture. « Ça, c’est fa­bu­leux. Elle a contri­bué à la dé­ve­lop­per, à par­tir des écrits de Geoffroy de Mon­mouth, qui était un clerc. Elle s’est ser­vie de cette ma­tière de Bre­tagne pour vé­ri­ta­ble­ment ame­ner tous les autres ro­mans qui ont sui­vi. Les ro­mans sont nés à tra­vers elle, grâce à elle. Au­jourd’hui en­core, la lé­gende ar­thu­rienne, c’est la base de tous les ou­vrages de fan­ta­sy. On est vrai­ment au coeur de la lé­gende avec elle. Je n’ai même pas l’im­pres­sion d’avoir ajou­té quoi que ce soit. Tout était là. Il y avait dé­jà un uni­vers ma­gique au­tour d’elle. »

Et que fait Mi­reille Calmel lors­qu’elle prend des pauses d’écri­ture? En plus de s’oc­cu­per de ses en­fants — main­te­nant grands — et de ses deux pe­tites-filles par pro­cu­ra­tion qui l’ap­pellent « Ma­mie Pi­rate », l’écri­vaine fait de la marche à pied, de la pein­ture, va au ci­né­ma.

« J’ha­bite dans une belle ré­gion aus­si, dans le sud-ouest de la France, au bord de l’océan, à cô­té de l’es­tuaire de la Gi­ronde. Je suis en pleine fo­rêt, c’est as­sez ma­gique. J’ai plein de hob­bys. J’adore bri­co­ler, je ré­nove des mai­sons... Et on en est à 40 kg de cèpes puisque j’ai un ma­ri qui va ra­mas­ser les cham­pi­gnons et pê­cher les écre­visses… C’est bien. On n’est pas mal! »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.