LE MONDE EST À NOUS

Le Journal de Quebec - Weekend - - WEEKEND - So­phie Durocher

MON­TRÉAL | Dé­but 2011, on avait hâte de sa­voir si De­nis Villeneuve al­lait ga­gner aux Os­cars avec In­cen­dies. Fin 2011, on a hâte de sa­voir si Phi­lippe Fa­lar­deau a une chance de rem­por­ter un Os­car pour Mon­sieur Laz­har.

Cette an­née, Ve­gas a ac­cla­mé Cé­line Dion, les Gram­my Awards ont consa­cré Ar­cade Fire, New York a ap­plau­di Ro­bert Le­page, Ju­lie Sny­der a épa­té Oprah Win­frey, et Ka­rine Va­nasse a eu son vi­sage sur tous les écrans, en France comme aux États-unis.

2011 a été, plus que toute autre, l’an­née où les ar­tistes qué­bé­cois ont char­mé la pla­nète.

TA­LENT À RE­VENDRE

Ce n’est pas un ha­sard si les 10 per­son­na­li­tés qui ont mar­qué l’an­née ont toutes, sans ex­cep­tion, rayon­né à l’étran­ger. On en est ren­dus là. Comme peuple, comme mi­lieu cul­tu­rel, on se frotte à ce qui se fait de mieux sur les 5 conti­nents. Et on se re­trouve sur les plus hautes marches du po­dium. Notre ta­lent est re­con­nu, re­cher­ché, ap­pré­cié. C’est la touche Qué­bec qui fait son ef­fet.

Vous me di­rez que ce n’est pas nou­veau. Le Cirque ou Cé­line sont nos ve­dettes mon­diales de­puis des an­nées. Vrai. Mais la dif­fé­rence, au­jourd’hui, c’est qu’ils ne sont plus tout seuls. La dif­fé­rence au­jourd’hui, c’est qu’ils ne sont plus l’ex­cep­tion, mais la règle.

MOI, MES SOU­LIERS

Nos ar­tistes qui s’illus­trent en si grand nombre et de fa­çon si écla­tante sur toutes les scènes et tous les écrans, c’est sur­tout un signe de ma­tu­ri­té.

Avant, il fal­lait qu’un ar­tiste réus­sisse d’abord à l’étran­ger pour qu’on re­con­naisse son ta­lent. C’était le bon vieux prin­cipe de « Nul n’est pro­phète en son pays ». Ré­jean Du­charme avait été édi­té en France chez Gal­li­mard après que l’édi­teur qué­bé­cois Pierre Tis­seyre ait re­fu­sé son ma­nus­crit. Fé­lix Le­clerc a connu la gloire à Pa­ris avant que son ta­lent soit ap­pré­cié ici.

Mais en 2011, on n’en est plus là. Connaître le suc­cès à Pa­ris ou à New York, c’est la ce­rise sur le sun­dae. Pas un pas­sage obli­gé pour être re­con­nu au Qué­bec.

On se ré­jouit que Ka­rine Va­nasse soit la chou­chou des Amé­ri­cains, mais on n’a pas at­ten­du qu’elle fasse Pan Am pour re­con­naître son ta­lent et lui don­ner des rôles au grand écran. En 2011, les ar­tistes qué­bé­cois qui réus­sissent à l’étran­ger sont por­tés par l’im­mense ap­pui du pu­blic de chez nous, et non pas en quête d’une ap­pro­ba­tion qui leur est re­fu­sée chez eux.

UN PEU PLUS HAUT, UN PEU PLUS LOIN

En 2012, Mi­chel Ra­ba­glia­ti se­ra au Fes­ti­val de bande des­si­née d’an­gou­lême avec son al­bum Paul au Parc. Mo­ment Fac­to­ry et le Cirque du So­leil par­ti­ci­pe­ront au spec­tacle de Ma­don­na à la mi-temps du Su­per­bowl. Le pres­ti­gieux Théâtre du Rond-point, à Pa­ris, ac­cueille­ra la co­mé­die mu­si­cale Les Belles-soeurs (si­gnée Mi­chel Trem­blay, Re­né-ri­chard Cyr et Da­niel Bé­lan­ger) dans le cadre de sa sai­son sur le thème La Femme dans tous ses états. Avec une pre­mière re­pré­sen­ta­tion la jour­née de la femme, le 8 mars 2012. Ça c’est tous ceux que l’on connaît dé­jà. Mais il y au­ra sû­re­ment aus­si des jeunes chan­teurs, des au­teurs, des acro­bates ou des ci­néastes qui vont nous sur­prendre et qui vont eux aus­si, l’an­née pro­chaine, por­ter aux quatre coins du monde la culture qué­bé­coise. J’ai dé­jà hâte.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.