UNE DEUXIÈME SAI­SON

EN­CORE PLUS RE­LE­VÉE

Le Journal de Quebec - Weekend - - WEEKEND - Ma­rie-jo­sée Roy Agence QMI

MON­TRÉAL | Les duos de cui­si­niers ama­teurs les plus ta­len­tueux de la pro­vince se fe­ront à nou­veau com­pé­ti­tion dans la deuxième sai­son de Ça va chauf­fer!, qui pren­dra l’an­tenne de la chaîne Ca­sa le 19 dé­cembre, à 21 h.

Les té­lé­spec­ta­teurs au­ront la chance de suivre le dé­but de l’aven­ture à l’oc­ca­sion du Grand Dé­brouillage des sta­tions du Groupe TVA (Ca­sa, Prise 2, Ad­diktv et Yoo­pa), du 12 dé­cembre au 8 jan­vier. Par la suite, ceux qui sou­hai­te­ront connaître l’is­sue du jeu pour­ront s’abon­ner à Ca­sa en cli­quant au dé­bal­lez.ca.

Et il y a fort à pa­rier que plu­sieurs se­ront fi­dèles au poste, car cette se­conde édi­tion de Ça va chauf­fer! s’an­nonce par­ti­cu­liè­re­ment pi­men­tée, aux dires de Jo­na­than Garnier, qui a re­pris son ta­blier de juge aux cô­tés de Ma­thieu Cloutier.

« L’an der­nier, les gens ont eu un peu peur en nous voyant ; ils di­saient qu’on était un peu in­tran­si­geants. Mais je crois que c’est ce qui leur a plu. Donc, ne vous in­quié­tez pas : on se­ra tou­jours aus­si durs et exi­geants! On a les mêmes exi­gences et on ne s’est pas ra­mol­lis avec le temps », a ba­di­né le pro­prié­taire de l’école La Guilde Cu­li­naire.

LE MÊME CONCEPT

Le concept adap­té de la té­lé­réa­li­té aus­tra­lienne My Kit­chen Rules de­meure sen­si­ble­ment le même : 12 équipes se re­ce­vront mu­tuel­le­ment à tour de rôle dans leur mai­son res­pec­tive et ten­te­ront d’im­pres­sion­ner leurs convives, afin de mettre la main sur le grand prix de 50 000 $ en ar­gent.

« On a re­çu beau­coup d’ins­crip­tions, re­late Jo­na­than Garnier, des dos­siers plus sé­rieux que l’an­née der­nière. Il y avait beau­coup de bons can­di­dats. Et on a des couples un peu aty­piques, comme une mère et son beau-fils, par exemple. Les gens ar­rivent plus pré­pa­rés et en confiance. »

Cette an­née, en plus de de­voir soi­gner le conte­nu de leurs as­siettes, les par­ti­ci­pants de­vront por­ter une at­ten­tion par­ti­cu­lière à l’am­biance de leur res­tau­rant d’un soir, à leur ser­vice et au temps de pré­pa­ra­tion de leurs plats, puis­qu’ils se­ront dé­sor­mais no­tés sur ces as­pects. Aus­si, les dé­fis sou­mis aux joueurs, sou­vent d’in­fluences in­ter­na­tio­nales, se­ront en­core plus « sym­pas à re- gar­der », sou­tient Jo­na­than, et la pro­duc­tion s’est ren­due aus­si loin qu’en Es­trie afin de pré­sen­ter au pu­blic des cuis­tots dignes de ce nom.

« Je pense que les règles sont plus dé­fi­nies, af­firme le chef Garnier. On n’est pas for­cé­ment plus sé­vères, mais c’est sûr qu’on ne re­pas­se­ra pas sur les points sou­le­vés l’an der­nier, comme l’as­sai­son­ne­ment. »

L’homme in­siste en outre sur le fait que les fi­nales de chaque ronde, qui sont tour­nées dans son école, sont à ne pas man­quer parce que « per­cu­tantes et stres­santes ». Pa­raît-il que les adeptes pour­raient même être très sur­pris du dé­noue­ment de la sai­son…

EN­GOUE­MENT BÉ­NÉ­FIQUE

Jo­na­than Garnier per­çoit d’un très bon oeil l’en­thou­siasme qui anime ac­tuel­le­ment les Qué­bé­cois en­vers les dif­fé­rentes émis­sions de cui­sine.

« On avait un peu de re­tard à rat­tra­per au Qué­bec, et on est en train de le rat­tra­per, juge l’homme d’af­faires. Ça ouvre des ho­ri­zons et ça peut créer des vo­ca­tions, dans cer­tains do­maines. Ça fait com­prendre aux gens tout le tra­vail qu’il y a der­rière une as­siette. Tout le monde est obli­gé de cui­si­ner, alors ayons du plai­sir en le fai­sant ! »

Du plai­sir, le cui­si­nier fran­co-ca­na­dien en éprouve en­fin énor­mé­ment au­près de son par­te­naire de tra­vail, Ma­thieu Cloutier. « On a le même genre de par­cours, et sou­vent la même ma­nière de voir les choses. On n’a ja­mais eu de mé­sen­tentes. On est deux très bons amis », as­sure Jo­na­than.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.