IN­CUR­SION DANS LA VILLE LU­MIÈRE

Les bonnes nou­velles se suc­cèdent pour la jeune chan­teuse qué­bé­coise Pa­me­la. Après avoir en­re­gis­tré un duo avec Akon sur son al­bum Gauche droite, voi­là que la France lui ouvre ses portes.

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Cé­dric Bé­lan­ger

De­puis lun­di, sa pièce Je me fous tourne sur les ondes hert­ziennes de nos cou­sins.

« J’ai vrai­ment hâte de voir la ré­ac­tion des gens. Quand mon gé­rant m’a dit que ma chan­son jouait dans les ra­dios fran­çaises, j’étais tel­le­ment heu­reuse », a dé­cla­ré au

Jour­nal de Qué­bec la jeune femme de 19 ans, qui ca­resse de­puis long­temps le pro­jet de ten­ter sa chance en France.

« Ça fait très long­temps que la France m’at­tire. Sur mon pre­mier al­bum ( 120 MPH, sor­ti en 2006), j’étais plus jeune et mon pro­duc­teur était plus at­ti­ré par le cô­té an­glo­phone. La France a été un peu ou­bliée. Pour mon deuxième al­bum, je vou­lais vrai­ment y al­ler et j’ai dit qu’il fal­lait tout faire pour que ça ar­rive. »

UN CLIP À PA­RIS

Elle ne se conten­te­ra pas d’une pré­sence à la ra­dio. En jan­vier, elle ira y tour­ner le clip de Je me fous, dans les rues de Pa­ris.

« Une fois là-bas, on va es­sayer de faire de la pro­mo­tion : des pres­ta­tions dans les ra­dios et on ai­me­rait aus­si faire des ap­pa­ri­tions à la té­lé », dit-elle.

Mal­gré son in­té­rêt pour la France, Pa­me­la ne met pas de cô­té le mar­ché an­glo­phone. En fait, elle dit ne pas avoir de pré­fé­rence entre

le fran­çais et l’an­glais. On re­trouve d’ailleurs une pièce en an­glais, You’re Gone, sur Gau

che droite.

« J’ai gran­di dans un mi­lieu an­glo­phone, mes com­pa­gnons de tra­vail sont an­glo­phones. Mais c’était im­por­tant pour moi de sor­tir un al­bum au Qué­bec. C’est vrai­ment in­ter­na­tio­nal. Ce sont deux langues que j’aime beau­coup. »

AP­PRENDRE LE FRAN­ÇAIS À AKON

À tout le moins, Pa­me­la peut se van­ter d’avoir ser­vi de pro­fes­seur pri­vé de fran­çais à Akon quand les deux ar­tistes ont en­re­gis­tré la pièce Le sang des in­no­cents, en vente en ligne au pro­fit de la Fon­da­tion de l’ar­tiste amé­ri­cain.

« Il vient du Sé­né­gal. Donc, ses pa­rents parlent fran­çais, mais comme il est par­ti très tôt de son pays, lui ne parle qu’an­glais. C’était vrai­ment drôle de lui ap­prendre le fran­çais en stu­dio. Après coup, je me di­sais : ta­ba­rouette, Pa­me­la, tu as ap­pris le fran­çais à

Akon », ri­gole-t-elle.

CHEZ DA­VID FOS­TER

En plus d’akon, Pa­me­la a aus­si fait connais­sance avec les prolifiques au­teurs Diane War­ren et Da­vid Fos­ter lors d’un sé­jour de deux mois en Ca­li­for­nie.

Elle s’est même ren­due à la ré­si­dence de Fos­ter, à Ma­li­bu, où elle a eu droit à une au­di­tion im­promp­tue.

« Il s’est as­sis au pia­no et m’a de­man­dé de lui chan­ter une chan­son. J’ai choi­si I Have

No­thing, de Whit­ney Houston. Il m’a ré­pon­du : “Ça tombe bien, c’est moi qui l’ai écrite.” J’étais vrai­ment stres­sée. »

Quant à Diane War­ren, elle a écrit trois chan­sons spé­cia­le­ment pour la jeune Qué­bé­coise. Pa­me­la dit qu’elle s’en ser­vi­ra pour son al­bum en an­glais, ac­tuel­le­ment en pré­pa­ra­tion.

« Nous avons dé­jà des chan­sons de prêtes, mais on ne sait pas en­core à quel mo­ment il se­ra prêt et que ça sor­ti­ra. »

PA­ME­LA

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.