Ce qui se cache der­rière l’image

MON­TRÉAL | Ge­ne­viève Brouillette et My­riam Le­blanc n’ont pas hé­si­té long­temps avant d’ac­cep­ter de jouer des soeurs ju­melles dans la nou­velle sé­rie Ap­pa­rences, dont la dif­fu­sion s’amorce le 10 jan­vier, à l’an­tenne de Ra­dio-ca­na­da.

Le Journal de Quebec - Weekend - - TÉLÉVISION - Sa­muel Pra­dier Agence QMI

Les deux co­mé­diennes ca­res­saient en ef­fet le même rêve, ce­lui de jouer du Serge Bou­cher, l’au­teur de théâtre qui a no­tam­ment écrit la sé­rie Aveux, l’an der­nier.

« Je n’ai rien man­qué de ce qu’a fait Serge Bou­cher au théâtre de­puis Mo­tel Hé­lène. Quand j’ai su qu’il al­lait écrire une autre sé­rie après Aveux, je me suis d’abord dit que j’ai­me­rais jouer de­dans, avant de re­ve­nir à la réa­li­té et de pen­ser qu’il ne fe­rait ja­mais ap­pel à moi, qu’il al­lait prendre sur­tout des ac­teurs de théâtre », a ra­con­té Ge­ne­viève Brouillette.

My­riam Le­blanc parle aus­si de son ex­ci­ta­tion quand elle a pris connais­sance des textes. « Quand le scé­na­rio m’est ar­ri­vé, je me suis beau­coup pin­cé à en avoir des bleus par­tout sur les bras ».

Mais, outre l’au­teur, c’est aus­si l’his­toire des soeurs Bé­ru­bé qui les a em­bal­lées. Na­tha­lie Bé­ru­bé (Ge­ne­viève Brouillette) est une co­mé­dienne re­con­nue. Elle vit à Mon­tréal, mul­ti­plie les conquêtes amou­reuses et brille sous les pro­jec­teurs.

De son cô­té, Ma­non (My­riam Le­blanc) est cé­li­ba­taire et tra­vaille dans une école pri­maire, la même où elle al­lait quand elle était en­fant. Elle se par­tage entre son tra­vail, sa mère et ses deux frères. Mais le jour de leur 40e an­ni­ver­saire de nais­sance, tout bas­cule quand Ma­non dis­pa­raît de la cir­cu­la­tion.

« Je lis beau­coup de po­lars, a confié Ge­ne­viève. J’aime ce genre et quand j’ai re­çu le scé­na­rio, je l’ai dé­vo­ré. Mais nous n’avions pas la fin de l’his­toire. La pre­mière fois que j’ai ren­con­tré Serge Bou­cher, je lui ai sau­té des­sus en lui de­man­dant ce qui al­lait ar­ri­ver dans les trois der­niers épi­sodes. »

Même si elles n’ont pas eu beau­coup de scènes com­munes, les deux co­mé­diennes se disent très heu­reuses d’avoir pu tra­vailler en­semble. « Avec Ge­ne­viève, on s’était seule­ment dit bon­jour en se croi­sant à cer­tains évé­ne­ments, mais, dès le dé­but, ça a vrai­ment cli­qué entre nous. Nous avons beau­coup de points com­muns. Nous sommes po­si­tives, heu­reuses et gé­né­reuses. Nous sommes choyées dans nos vies et nous n’ai­mons pas nous prendre la tête avec des choses plates », a dit My­riam Le­blanc.

PRÉ­PA­RA­TION POIN­TUE

En plus de la com­plexi­té de l’in­trigue, les co­mé­diens — in­cluant Ni­cole Le­blanc, Alexis Mar­tin et Da­niel Parent — ne pou­vaient pas comp­ter sur le dé­noue­ment de la sé­rie pour se glis­ser dans leurs per­son­nages. Le tour­nage des dix épi­sodes s’est mis en branle sans qu’ils n’aient pu prendre connais­sance des scènes fi­nales.

« Quand on a com­men­cé, on ne connais­sait pas la fin parce que ce n’était pas écrit, a ex­pli­qué My­riam Le­blanc. On a donc dé­bu­té sans connaître les clés de l’énigme. C’est dif­fi­cile, mais, en même temps, avec l’écri­ture de Serge Bou­cher, on sa­vait exac­te­ment ce que l’on avait à faire. »

Il leur a donc fal­lu faire un tra­vail de pré­pa­ra­tion as­sez poin­tue. My­riam Le­blanc avoue que le per­son­nage de Ma­non est plu­tôt loin de son na­tu­rel as­sez ex­tra­ver­ti.

« Je suis as­sez ex­pres­sive, je parle en fai­sant de grands gestes, je suis as­sez éner­gique, mais mon per­son­nage ne va pas là­de­dans, a-t-elle ra­con­té. Je pré­pa­rais très bien mes textes, je dé­mys­ti­fiais toutes les clés de ce que j’avais à jouer, mais quand j’ar­ri­vais pour le faire, je me lais­sais sur­prendre à chaque fois. Je fai­sais confiance à ce qui se pas­sait sur le pla­teau. »

My­riam de­vait aus­si com­po­ser avec le fait que son per­son­nage est sou­vent en in­ter­ac­tion avec un seul pro­ta­go­niste à la fois. « Je n’avais pas réel­le­ment le temps de faire connais­sance avec l’autre ac­teur, il fal­lait que je sois une éponge par rap­port à ce que l’autre al­lait me don­ner pour être ef­fi­cace. Mais c’était le fun comme ex­pé­rience de jeu. »

Pour Ge­ne­viève Brouillette, c’était plu­tôt le contraire. Ce tour­nage a été un vé­ri­table ma­ra­thon. « J’ai eu 50 jours de tour­nage, c’est très long, a-t-elle re­la­té. J’étais tout le temps là. Je m’étais fait un ca­hier pour sa­voir ce qui ar­ri­vait avant et après cha­cune des scènes. II fal­lait gar­der la chro­no­lo­gie du per­son­nage. »

La sé­rie Ap­pa­rences se­ra dif­fu­sée à comp­ter du 10 jan­vier, à l’an­tenne de Ra­dio-ca­na­da.

AP­PA­RENCES

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.