LA VIE RÊ­VÉE DE JU­LIE MASSE

Le Journal de Quebec - Weekend - - REVUE DE L'ANNÉE 2011 - Va­nes­sa Gui­mond

MON­TRÉAL | Elle a beau avoir choi­si de vivre sa vie loin des pro­jec­teurs, il y a quinze ans, Ju­lie Masse ne se tourne pas les pouces pour au­tant. En plus de pro­fi­ter plei­ne­ment de sa vie de fa­mille, l’ex-chan­teuse s’est lan­cée dans la créa­tion de bi­joux. Ce qui n’était au dé­part qu’une simple pas­sion s’est trans­for­mé en une pe­tite en­tre­prise, puisque cer­taines de ses créa­tions sont en vente sur le site de son bien-ai­mé, le chan­teur et pro­duc­teur Co­rey Hart.

Le 16 dé­cembre, Ju­lie Masse a mis en vente, sur le site co­rey­hart.com, sa plus ré­cente col­lec­tion de bi­joux, com­pre­nant bagues, col­liers, boucles d’oreilles et bra­ce­lets aux mul­tiples cou­leurs. D’ailleurs, la plu­part des créa­tions portent le nom d’une chan­son du chan­teur, comme Sim

pli­ci­ty, Fields of Fire et Al­ways. « Après tout, c’est Co­rey qui m’a conseillé de vendre mes bi­joux, a ra­con­té Ju­lie Masse de­puis l’es­pagne, où elle se trou­vait avec sa fa­mille. C’est la troi­sième col­lec­tion que je mets en ligne. Quand les bi­joux se vendent, je re­nou­velle l’offre. Je dois dire que ça me de­mande pas mal de temps. »

Du temps, peut-être, mais Ju­lie ad­met ado­rer créer ces pe­tits ob­jets com­po­sés de cris­taux Swa­rovs­ki : « J’aime le tra­vail ma­nuel. Je suis très mé­ti­cu­leuse, alors c’est quelque chose que j’aime beau­coup faire. »

UNE PAS­SION

Tout a com­men­cé à Pa­ris, il y a quelques an­nées, alors que son fils Rain, au­jourd’hui âgé de 7 ans, n’avait que quelques mois. Ju­lie s’est pré­sen­tée dans une bou­tique d’art où elle souhaitait ache­ter de quoi pein­tu­rer et des­si­ner à ses filles In­dia, Dante et Ri­ver, qui ont au­jourd’hui 16, 14 et 12 ans.

« En voyant la ven­deuse, j’ai tout de suite re­mar­qué son bra­ce­let. Je l’avais trou­vé tel­le­ment beau. Je lui ai donc de­man­dé où elle l’avait ache­té. C’est alors qu’elle m’a ex­pli­qué que c’était elle qui l’avait fa­bri­qué. »

C’est ain­si que Ju­lie a dé­ci­dé de se do­ter du ma­té­riel né­ces­saire pour confec­tion­ner ses propres bra­ce­lets. Ja­mais elle n’au­rait pu ima­gi­ner en vendre un jour. Avec le temps, ce­pen­dant, les de­mandes ont com­men­cé à af­fluer, sur­tout du cô­té de ses proches. Sui­vant le conseil de son amou­reux, la bi­jou­tière a en­suite ap­pro­ché des com­mer­çants des Ba­ha­mas (où elle vit de­puis 1996) qui ont ac­cep­té de te­nir quelques ar­ticles dans leurs bou­tiques.

Ce­pen­dant, ce n’est qu’après avoir fait l’ob­jet d’un re­por­tage à Star Sys­tème, en 2006, que l’idée de vendre les bi­joux sur le Web est née. Ju­lie ex­plique que les re­cher­chistes de l’émis­sion avaient re­çu plu­sieurs de­mandes de spec­ta­teurs qui dé­si­raient se pro­cu­rer une bague ou un col­lier si­gné Ju­lie Masse.

UN RE­TOUR?

La pro­chaine vi­site du couple Hart, à Mon­tréal, pour­rait avoir lieu à l’au­tomne. Se­lon Ju­lie, Co­rey sou­hai­te­rait mon­ter un spec­tacle (qui se­rait peut-être té­lé­vi­sé) afin de re­mer­cier ses fans.

« Il tra­vaille là-des­sus. Je ne sais pas si ça va se concré­ti­ser, mais il ai­me­rait dire mer­ci à ses fans qui l’ont sup­por­té et qui ont été là pour lui, du­rant toutes ces an­nées.

D’ailleurs, lorsque nous lui men­tion­nons que Co­rey a dé­jà confié au Jour­nal vou­loir en­re­gis­trer un al­bum en fran­çais avec elle, un jour, la chan­teuse af­firme qu’elle n’hé­si­te­rait pas une se­conde à se lan­cer dans ce genre de pro­jet.

« Il est tel­le­ment cute quand il chante en fran­çais, a-t-elle dé­cla­ré. C’est cer­tain que s’il fait un al­bum en fran­çais, je vais chan­ter avec lui. Je trou­ve­rais ça tel­le­ment l’fun. Je sais qu’il ca­resse aus­si le pro­jet de faire un al­bum com­pre­nant des chan­sons dans plu­sieurs langues, alors on ver­ra bien. »

D’ici là, Ju­lie conti­nue­ra d’épau­ler ses filles et son fils dans leurs pro­jets et leurs études. Alors que le plus jeune s’adonne au taek­won­do, les filles pra­tiquent tou­jours le tennis de fa­çon as­si­due, ce qui de­mande beau­coup d’or­ga­ni­sa­tion pour la fa­mille.

Au mo­ment de notre en­tre­tien, Co­rey était au Por­tu­gal, où il ac­com­pa­gnait Ri­ver dans un tour­noi.

« Mon bon­heur, c’est ma fa­mille. J’ai tel­le­ment de chance d’avoir quatre beaux en­fants et un ma­ri avec qui je suis bien. Je suis chan­ceuse et je le réa­lise. Je ne re­grette rien. »

Ju­lie Masse file le par­fait bon­heur en com­pa­gnie des membres de sa fa­mille. Sur les pho­tos, elle et sa fille pré­sentent des bi­joux de sa col­lec­tion.

PHO­TOS COURTOISIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.