LES SPEC­TACLES QUÉ­BÉ­COIS « ON A AI­MÉ… »

Par leur créa­ti­vi­té dé­bor­dante et leur pré­sence scé­nique, plu­sieurs ar­tistes de chez nous ont li­vré des concerts mé­mo­rables cette an­née. La mé­tro­pole at­tire peut-être de plus en plus d’ar­tistes in­ter­na­tio­naux, il reste que nos ar­tistes qué­bé­cois n’ont pas

Le Journal de Quebec - Weekend - - REVUE DE L'ANNÉE 2011 - Cé­dric Bé­lan­ger Ra­phaël Gen­dron-mar­tin Va­nes­sa Gui­mond Le Jour­nal de Qué­bec et Le Jour­nal de Mon­tréal

Sans au­cun doute, 2011 a été l’an­née d’ar­cade Fire. Le groupe mon­tréa­lais, cou­ron­né aux ré­cents Gram­my, a vou­lu re­mer­cier ses fans qué­bé­cois en don­nant un grand concert ex­té­rieur, en plein centre-ville de Mon­tréal. La veille, Win But­ler, Ré­gine Chas­sagne et leurs ca­ma­rades ont joué dans un Mé­tro­po­lis ar­chi­plein.

La salle de la rue Sainte-ca­the­rine a été le théâtre de plu­sieurs concerts remarquables cette an­née, dont ceux des Qué­bé­cois Kark­wa, Ra­dio Ra­dio et Mis­teur Va­laire, qui y ont tous mis un terme à leur tour­née.

Voi­ci les concerts, à Mon­tréal et à Qué­bec, qui ont sé­duit nos jour­na­listes cette an­née.

AN­TOINE GRAT­TON, DU 1ER AU 5 FÉ­VRIER, CLUB SO­DA

S’il est un ar­tiste qué­bé­cois qui mé­rite d’être vu en concert, c’est bien An­toine Grat­ton. Cha­ris­ma­tique bête de scène, l’ar­tiste mul­ti-ins­tru­men­tiste adore se pro­duire de­vant un pu­blic et son plai­sir est as­su­ré­ment conta­gieux. L’hi­ver der­nier, il a re­pris son concept de 2009 en jouant cinq soirs au Club So­da. Cha­cune des soi­rées avait un thème dif­fé­rent, as­so­cié à l’un des cinq sens. Nous avons vu deux concerts, « les yeux » et « la bouche », et Grat­ton était comme un pois­son dans l’eau à chaque fois, émer­veillé et au­cu­ne­ment bla­sé. C’était beau à voir. (RGM)

MA­RIE-MAI, 6 MAI, CENTRE BELL

C’est sur la scène du Centre Bell que Ma­rie-mai a conclu sa tour­née Ver­sion

3.0 au prin­temps. De­vant 9 200 fans on ne peut plus ra­vis, l’ar­tiste a vé­cu plu­sieurs mo­ments d’émo­tion, elle qui a été vé­ri­ta­ble­ment tou­chée de mettre un terme à cette aven­ture par­ta­gée avec plus de 5 000 spec­ta­teurs. Pour l’oc­ca­sion, l’ar­tiste, qui a fait hon­neur à sa ré­pu­ta­tion de bête de scène, a ac­cueilli Simple Plan, Marc Du­pré et Da­vid Usher, avec qui elle a in­ter­pré­té Jet Lag, Si on chan

geait et Je re­pars. (VG)

GRUBB, 26 JUIN, SALLE PIERRE-MER­CURE

Ce spec­tacle, bien qu’il soit pré­sen­té par l’or­ga­nisme bri­tan­nique RPOINT et qu’il mette en ve­dette une ving­taine de jeunes Roms, dé­coule de la gé­né­ro­si­té et du ta­lent du met­teur en scène qué­bé­cois Serge De­non­court, qui a consa­cré plu­sieurs mois à ce pro­jet. Pré­sen­té au Fes­ti­val in­ter­na­tio­nal de jazz de Mon­tréal cet été, GRUBB nous a bou­le­ver­sés et même fait pleu­rer par mo­ments. Dy­na­mique à sou­hait, ce spec­tacle mu­si­cal a de quoi char­mer de nom­breux spec­ta­teurs. La bande se­ra d’ailleurs de re­tour cet été au Théâtre du Nou­veau Monde. (VG)

MIS­TEUR VA­LAIRE, 28 JUIN, FES­TI­VAL DE JAZZ

La for­ma­tion élec­tro-jazz a vu sa po­pu­la­ri­té ex­plo­ser ces der­niers mois, grâce à la pa­ru­tion de Golden Bom­bay, en 2010, une vé­ri­table bombe es­ti­vale. Après des concerts en­flam­més dans dif­fé­rentes salles de la mé­tro­pole, les mu­si­ciens se sont payé leur plus gros par­ty en car­rière en jouant à la Place des Fes­ti­vals, de­vant des di­zaines de mil­liers de per­sonnes. Les pe­tites averses du­rant la soi­rée n’ont en au­cun cas en­ta­ché l’éner­gie des jeunes ar­tistes, qui ont fait dan­ser la foule aux rythmes des Bran

don Mar­low, Avec Mu­cho et Dan Dan.

(RGM)

SIMPLE PLAN, 11 JUILLET, FES­TI­VAL D’ÉTÉ DE QUÉ­BEC

La po­pu­la­ri­té du groupe qué­bé­cois ne se dé­ment pas. Ils (ou plu­tôt elles) de­vaient bien être plus de 80 000 sur les plaines d’abra­ham pour cé­lé­brer le re- tour de Simple Plan, qui ve­nait tout juste de lan­cer son nou­vel al­bum quand ils sont pas­sés par Qué­bec. Le groupe a don­né à ses fans ce qu’ils at­tendent d’eux, soit du pop-rock des­ti­né à la masse et li­vré avec aplomb. Ma­rie-mai s’est poin­tée pour chan­ter Jet Lag et une chan­ceuse est re­par­tie avec la basse de Da­vid Desrosiers. (CB)

MAR­THA WAIN­WRIGHT, 12 JUILLET, FES­TI­VAL D’ÉTÉ DE QUÉ­BEC

Elle avait pour man­dat d’ou­vrir la voie à la lé­gende an­glaise Ma­rianne Fai­th­full en cette douce soi­rée de juillet. Elle a ac­com­pli sa tâche avec brio. Wain­wright a meu­blé son su­perbe ré­ci­tal de pièces de son ré­per­toire, mais a aus­si fait une large place à l’oeuvre de sa dé­funte ma­man, Kate Mc­ga­riggle. Le pas­sage

sur scène de sa tante Anne le temps de deux mor­ceaux (dont Che­mi­nant dans

la ville) a été l’un des mo­ments les plus tou­chants du fes­ti­val. (CB)

AR­CADE FIRE, 21 SEP­TEMBRE, MÉ­TRO­PO­LIS

Après avoir connu une an­née spec­ta­cu­laire, le groupe mon­tréa­lais Ar­cade Fire, qui a ra­flé à peu près tous les prix pour son al­bum The Su­burbs, pa­ru en août 2010, a choi­si de mettre un terme à plu­sieurs mois de tour­née à la mai­son, d’abord au Mé­tro­po­lis, puis sur la place des Fes­ti­vals, dans le cadre du fes­ti­val Pop Mon­tréal. In­time, le concert du Mé­tro­po­lis, qui af­fi­chait com­plet, a per­mis aux fans de pas­ser d’agréables mo­ments avec les mu­si- ciens, qui ont joué leurs suc­cès le sou­rire aux lèvres, de­vant une foule dé­bor­dante de fier­té. (VG)

RU­FUS WAIN­WRIGHT AVEC L’OSM, 5 OC­TOBRE, MAI­SON SYM­PHO­NIQUE DE LA PDA

Un ma­riage qui avait toutes les chances de fonc­tion­ner entre L’OSM et l’au­teur-com­po­si­teur-in­ter­prète mon­tréa­lais. Après avoir li­vré quelques son­nets de Sha­kes­peare, ma­gni­fiés par les ins­tru­ments de l’or­chestre sym­pho­nique, Ru­fus est re­ve­nu, en deuxième par­tie, pour pro­po­ser ses com­po­si­tions per­son­nelles. « Je suis très ému. Je me sens pri­vi­lé­gié d’être ici dans cette fan­tas­tique nou­velle salle », a-t-il dit à pro­pos de la Mai­son sym­pho­nique. Ama­teur avoué de mu­sique clas­sique, le chan­teur est ain­si ap­pa­ru exac­te­ment dans son élé­ment. (RGM)

HALF MOON RUN, 19 NO­VEMBRE, SA­VOY DU MÉ­TRO­PO­LIS

Pour­quoi mettre un spec­tacle « show­case » de quelques chan­sons dans notre top 10 de l’an­née ? Parce que la for­ma­tion mont­réa­laise nous a im­pres­sion­nés comme ra­re­ment nous l’avons été ces der­nières an­nées. Trois sur scène, les jeunes mu­si­ciens ont mar­te­lé leurs chan­sons à un pu­blic éba­hi, qui n’en re­ve­nait pas d’au­tant de ta­lent brut. Pen­sez à l’éner­gie fes­tive d’un Ar­cade Fire et à la sen­si­bi­li­té d’un Ra­dio­head, et ju­me­lez ça avec la gueule du chan­teur De­von Por­tielje, qui res­semble à un croi­se­ment de Leo­nar­do Di Ca­prio et de Ri­ver Phoe­nix. Half Moon Run, re­te­nez bien ce nom. (RGM)

KARK­WA, 17 DÉ­CEMBRE, MÉ­TRO­PO­LIS

Il y avait de l’émo­tion dans l’air, sa­me­di der­nier, au Mé­tro­po­lis. Les membres de la for­ma­tion Kark­wa, qui nous ont don­né l’ex­cellent al­bum Les che

mins de verre en 2010, ont conclu une longue pé­riode de tour­née à Mon­tréal, après avoir par­cou­ru le Ca­na­da, les États-unis et l’eu­rope. Der­nière re­pré­sen­ta­tion avant de prendre une longue pause, ce concert nous au­ra per­mis, une fois de plus, de voir le meilleur de Kark­wa, qui a sur­vo­lé l’en­semble de son ré­per­toire avec fougue. Nous at­ten­drons leur re­tour avec im­pa­tience. (VG)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.