« Comme une belle sé­rie amé­ri­caine » — Fa­bienne Larouche

MON­TRÉAL | Dans les nou­veaux épi­sodes de Trau­ma, l’agi­ta­tion entre les murs de l’hô­pi­tal Saint-ar­sène n’est pas près de s’es­tom­per.

Le Journal de Quebec - Weekend - - TÉLÉVISION - Mi­chèle Lemieux Agence QMI

Le pre­mier épi­sode de la troi­sième sai­son de Trau­ma, dif­fu­sé dès le 10 jan­vier sur les ondes de Ra­dio-ca­na­da, per­met de re­nouer avec les per­son­nages en fai­sant un bond de quelques mois dans le temps.

« Il faut se rap­pe­ler la deuxième sai­son s’est ter­mi­né avec dif­fé­rentes tra­gé­dies, a dit l’au­teure et pro­duc­trice de la sé­rie, Fa­bienne Larouche. On se sou­vient no­tam­ment de La­prade (Luc Guérin) qui né­cro­sait les tes­ti­cules de Mar­tel (Nor­mand D’amour) et du père de Ju­lie qui s’est sui­ci­dé par pen­dai­son. Dans la troi­sième sai­son, on va ré­gler cer­tains pro­blèmes », pro­met-elle.

D’en­trée de jeu, on re­trouve la Dre Ju­lie Lemieux (Isa­bel Richer) — qu’on avait quit­tée en­ceinte de son pre­mier en­fant — et son amou­reux, le Dr Ma­thieu Dar­veau (JeanF­ran­çois Pichette) dans leur in­ti­mi­té. On voit Ju­lie avec sa pe­tite fille de trois mois. Elle est par­ta­gée entre la vie per­son­nelle et les obli­ga­tions pro­fes­sion­nelles. Par le jour­nal in­time de sa mère qu’elle a conser­vé en se­cret, on la soup­çonne de dis­si­mu­ler un pan im­por­tant de son pas­sé.

SO­PHIE, TRAU­MA­TI­SÉE

Un an après avoir été vio­lée par Syl­vain Mar­tel, So­phie Lé­veillée (Lau­rence Leboeuf) n’est tou­jours pas re­mise de son trau­ma­tisme.

« On ver­ra les consé­quences du viol, nous dit la prin­ci­pale in­té­res­sée. On consta­te­ra sa dé­tresse au fil des épi­sodes. Mar­tel la hante en­core. Ce sont les en­jeux per­son­nels qui se­ront au coeur de l’in­trigue plu­tôt que sa pra­tique de la mé­de­cine. Mal­heu­reu­se­ment, je ne peux pas dire que ça ira mieux pour elle… Il y au­ra des pas­sages dé­li­cats. Elle était dé­jà fra­gile, elle le se­ra en­core plus. Ça se­ra bien in­tense. »

So­phie doit se rendre à De­troit pour se per­fec­tion­ner. Étienne (Yan En­gland) la conduit à l’aé­ro­port, mais elle re­fuse qu’il l’ac­com­pagne à l’in­té­rieur. La jeune ré­si­dente au­rai­telle quelque chose à ca­cher?

« Sa re­la­tion avec Mar­tine Laliberté (Ma­de­leine Péloquin) se­ra aus­si mise de l’avant, nous dit Lau­rence. Trau­ma, c’est tou­jours bon, mais cette an­née, on di­rait qu’il y a un pe­tit quelque chose de plus. C’est vrai­ment une su­per­sé­rie et je suis heu­reuse du ré­sul­tat. »

LA PRES­SION MONTE

La mère de So­phie et di­rec­trice gé­né­rale de Saint-ar­sène, Diane He­vey (Pascale Mont­pe­tit), ap­pren­dra le drame que tra­verse sa fille et en se­ra bou­le­ver­sée. On ver­ra la pres­sion mon­ter d’un cran lorsque des en­quê­teurs dé­bar­que­ront à l’hô­pi­tal. « Cette sai­son-ci, ça va tour­ner au­tour de sa fille qui la pré­oc­cupe beau­coup, confirme la co­mé­dienne. En prime, Ro­bert Mas­si­cotte (Roc La­for­tune) est man­da­té par l’ordre des mé­de­cins pour en­quê­ter sur Saint-ar­sène. Ce sont donc les deux pôles qui oc­cupent mon per­son­nage. » Fi­dèle à lui-même, Pierre Meilleur (James Hynd­man) s’achar­ne­ra sur une jeune in­fir­mière-chef sup­pléante, Vé­ro­nique Bi­lo­deau (Isa­belle Blais). Gilles La­prade, quant à lui, dis­pa­raî­tra pen­dant quelques jours, aux prises avec ses an­ciens dé­mons. Jac­que­line Tou­chette (Ma­rie-claude Sa­bou­rin) consta­te­ra qu’il manque des mé­di­ca­ments dans une ar­moire sé­cu­ri­sée…

FORT ET FRON­DEUSE

Ch­ris­telle Pierre (Cyn­thia Wu-ma­heux) fe­ra un re­tour sur­prise, pro­met son in­ter­prète. Elle manque cruel­le­ment à An­toine Lé­ga­ré (Gil­bert Si­cotte). « Elle de­meure la même, forte et fron­deuse, mais on lui dé­couvre aus­si un cô­té plus sen­ti­men­tal, plus ave­nant, di­telle. Un couple se dé­ve­loppe, nous dé­cou­vrons donc chez elle une fa­cette plus po­sée. Il y au­ra un gros re­vi­re­ment de si­tua­tion. Cô­té adré­na­line et sus­pense, on se­ra ser­vis! Ça se trans­forme en th­riller hos­pi­ta­lier. » Be­noît Mc­gin­nis s’est dit heu­reux du re­tour de son per­son­nage dans Trau­ma. « Alexis est en ré­ha­bi­li­ta­tion, a-t-il dit. Il tra­vaille à l’hô­pi­tal où il fait du mé­nage. On tente de le ré­in­té­grer len­te­ment au sein de la so­cié­té. Mais il reste une part d’ombre qu’on soup­çonne et qu’on dé­cou­vri­ra cette sai­son-ci. Avec Ch­ris­telle, ça va bien aus­si. Il l’aime bien, mais on sent quand même une forme d’am­bi­guï­té. La sé­rie se re­garde comme un th­riller », conclut-il.

DEUX AC­CI­DENTS

Deux in­trigues oc­cu­pe­ront les pre­miers épi­sodes. Tout d’abord, l’his­toire s’ar­ti­cu­le­ra au­tour de Mo­nique Trem­blay (Syl­vie Ca­the­rine Beau­doin), une danseuse qui a eu un trau­ma­tisme crâ­nien à la suite d’un ac­ci­dent de danse po­teau.

Dans le se­cond, un couple se­ra vic­time d’un ac­ci­dent de voi­ture. Le conduc­teur, Louis-da­vid Gold­stein (Ariel Ifer­gan), ap­par­tient à une fa­mille juive has­si­dique qu’on ver­ra dé­bar­quer en dé­lé­ga­tion à l’hô­pi­tal.

Comment ar­rive-t-on à main­te­nir l’in­té­rêt, même à le dé­pas­ser sai­son après sai­son? « C’est grâce à l’écri­ture, aux ac­teurs, au réa­li­sa­teur, aux di­rec­teurs pho­to, a dit l’au­teure de la sé­rie. C’est vrai­ment un tra­vail d’équipe. Consi­dé­rant que nous n’avons pas les moyens des Amé­ri­cains, ça res­semble quand même à une grosse sé­rie amé­ri­caine. Une belle sé­rie amé­ri­caine. »

Fa­bienne Larouche n’est pas en­core en me­sure de confir­mer une qua­trième sai­son. « Ja­mais avant jan­vier, a-t-elle dit. Nous sommes dans la troi­sième sai­son que nous ve­nons à peine de ter­mi­ner. Nous al­lons com­men­cer la dif­fu­sion de la sé­rie en dé­but d’an­née et, en­suite, nous ver­rons. »

L’au­teur Fa­bienne Larouche et le réa­li­sa­teur Fran­çois Gin­gras.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.