CE QU’ILS ONT DIT EN 2011...

Le Journal de Quebec - Weekend - - REVUE DE L'ANNÉE 2011 -

LA­DY GAGA

«JE NE VAIS PAS MEN­TIR POUR LES

BE­SOINS DE L’ÉMIS­SION 60 MI­NUTES EN DI­SANT

QUE JE SUIS UNE PER­SONNE SOBRE, CAR JE NE LE SUIS PAS. JE BOIS BEAU­COUP DE WHIS­KEY ET JE FUME DE LA MA­RI­JUA­NA

LORSQUE JE COM­POSE [DES CHAN­SONS]». LORS D’UNE EN­TRE­VUE AVEC AN­DER­SON COOPER, DE L’É

MIS­SION 60 MI­NUTES

Des stars ré­agissent À LA MORT D’OUS­SA­MA BEN LA­DEN

«WOW. ILS ONT TUÉ LE BOOGIEMAN! J’AVAIS JUS­TE­MENT SEN­TI QUELQUE CHOSE DANS L’AIR CE SOIR. L’ÈRE DE BEN LA­DEN EST TER­MI­NÉE. SUI­VANTE?»

— JIM CAR­REY

«TRÈS HEU­REUSE D'AP­PRENDRE LA MORT D'OUS­SA­MA BEN LA­DEN. IL ÉTAIT L'IN­CAR­NA­TION DU TER­RO­RISME ET LE DIABLE EN PER­SONNE. SANS LUI, NOUS VI­VONS MAIN­TE­NANT DANS UN MONDE MEILLEUR.»

— PA­RIS HIL­TON

JUS­TIN BIE­BER sur sa re­la­tion avec Se­le­na Go­mez

«LE RO­MAN­TISME N’EST PAS LA MORT. TRAI­TEZ BIEN VOTRE CO­PINE, LES GARS.»

Dé­cès de

STEVE JOBS

«MON COEUR EST DÉ­DIÉ À LA FA­MILLE DE STEVE JOBS. IL ÉTAIT UNE INS­PI­RA­TION POUR NOUS TOUS ET UN VI­SION­NAIRE CRÉA­TIF POUR LE MONDE. TU VAS NOUS MAN­QUER»

— EVA LONGORIA «JE N’AU­RAIS JA­MAIS PEN­SÉ ÊTRE SI TOU­CHÉ PAR LA MORT DE QUEL­QU’UN QUE JE N’AI JA­MAIS REN­CON­TRÉ. #STEVEJOBS»

— ASH­TON KUTCHER «MOI AUS­SI JE SUIS TRISTE À PRO­POS DU DÉ­CÈS DE STEVE JOBS, MAIS LE STEVEJOBS2 SOR­TI­RA DANS UN MOIS»

— ELI ROTH «NOUS VE­NONS D’AP­PRENDRE LA TER­RIBLE NOU­VELLE CONCER­NANT LE DÉ­CÈS DE STEVE JOBS. QUELLE VIE IN­CROYABLE ET INS­PI­RANTE. IL A CHAN­GÉ LE MONDE DE PLU­SIEURS FA­ÇONS»

— COLD­PLAY «STEVE A VÉ­CU LE RÊVE CA­LI­FOR­NIEN TOUS LES JOURS DE SA VIE ET IL A CHAN­GÉ LE MONDE. IL NOUS A TOUS

INS­PI­RÉS. #MERCISTEVE»

— AR­NOLD SCH­WAR­ZE­NEG­GER «TRISTE À PRO­POS DU DÉ­CÈS DE STEVE JOBS. IL ÉTAIT À L’ÉGAL D’HEN­RY FORD, CARNEGIE ET EDI­SON»

— ALEC BALD­WIN

DÉ­CÈS D’AMY WI­NE­HOUSE

23 juillet 2011

« ELLE ÉTAIT COMME N'IM­PORTE QUEL JEUNE DE 27

ANS QUI CROIT QUE FU­MER NE VA PAS VOUS TUER, QU'ILS VI­VRONT POUR TOU­JOURS, ET

ELLE A CHOI­SI D'IGNO­RER LE CONSEIL PARCE QU'ELLE VE­NAIT JUSTE DE RÉUS­SIR D'AR­RÊ­TER PEN­DANT DEUX SE­MAINES».

— SON MÉ­DE­CIN « YOU TAUGHT ME HOW TO SING ». (VOUS M’AVEZ AP­PRIS À CHAN­TER).

— AMY, LORS DE L’EN­RE­GIS­TRE­MENT DE SON DUO AVEC TO­NY BEN­NETT « UNE PAR­TIE DE MOI S’ÉTAIT PRÉ­PA­RÉE À CE­LA AU FIL DES ANS. ELLE ME DI­SAIT : « JE NE PENSE PAS QUE JE VAIS SUR­VIVRE BIEN LONG­TEMPS ». JE PENSE QU’ELLE ÉTAIT TROP JEUNE POUR AVOIR CE QU’ELLE A EU. ELLE MAN­QUAIT DE MA­TU­RI­TÉ POUR FAIRE FACE À CE­LA. »

— SA MÈRE

«CE FUT LA DÉ­CI­SION LA PLUS DIF­FI­CILE À LA­QUELLE J’AI EU À FAIRE FACE, JE VOU­LAIS VRAI­MENT QUE CETTE FA­MILLE FONC­TIONNE. C’ÉTAIT MON PLUS GRAND RÊVE ET J’AI TRA­VAILLÉ DUR POUR CE­LA. NOUS L’AVONS FAIT TOUS LES DEUX. PAR­FOIS, ÇA NE FONC­TIONNE PAS ET C’EST TRISTE. MAIS JE RESTE UNE ÉTER­NELLE OPTIMISTE À PRO­POS DE L’AMOUR, JE CROIS EN L’AMOUR. C’EST TOU­JOURS MON PLUS GRAND RÊVE»

— JEN­NI­FER LO­PEZ

Divorce D’ASH­TON KUTCHER ET DE­MI MOORE

« JE CHÉ­RI­RAI À JA­MAIS LE TEMPS PAS­SÉ AVEC DE­MI. LE MA­RIAGE EST UNE DES CHOSES LES PLUS DIF­FI­CILES DANS LA VIE, ET MAL­HEU­REU­SE­MENT, PAR­FOIS, ÇA SE BRISE ».

– ASH­TON KUTCHER « EN TANT QUE FEMME, MÈRE ET ÉPOUSE, IL Y A CER­TAINES VA­LEURS ET VOEUX QUE JE CONSI­DÈRE SA­CRÉS. C’EST DANS CET ES­PRIT QUE J’AI CHOI­SI DE CONTI­NUER À VIVRE MA VIE ET TOUR­NER LA PAGE. CE SONT DES MO­MENTS DIF­FI­CILES POUR MOI ET MA FA­MILLE, ET J’AI­ME­RAIS DE­MAN­DER À TOUS LA MÊME COM­PAS­SION ET LE MÊME RES­PECT QUE JE DON­NE­RAIS À N’IM­PORTE QUI DANS UNE SI­TUA­TION SEM­BLABLE.»

— DE­MI MOORE

La condam­na­tion du DR CON­RAD MUR­RAY

« IL N'A AU­CUN RE­MORDS ET AB­SO­LU­MENT AU­CUN SEN­TI­MENT D'ÊTRE FAU­TIF. ET IL EST DAN­GE­REUX. »

— LE JUGE MI­CHAEL PAS­TOR « QUATRE ANS CE N’EST PAS AS­SEZ POUR LA VIE DE QUEL­QU’UN. ÇA NE LE RA­MÈ­NE­RA PAS, MAIS AU MOINS, IL A PRIS LE MAXI­MUM. JE PENSE QUE LE JUGE A ÉTÉ TRÈS, TRÈS, TRÈS JUSTE ET JE L’EN RE­MER­CIE. JE VEUX DIRE QUE CES QUATRE ANS NE ME RA­MÈ­NE­RONT PAS MON FILS, MAIS C’EST LA LOI ET LE JUGE LUI A DON­NÉ LE MAXI­MUM ».

— KA­THE­RINE JACK­SON (LA MÈRE DE MI­CHAEL JACK­SON)

Les dé­boires de CHAR­LIE SHEEN

«J’AI TEL­LE­MENT PRIS DE CO­CAÏNE QU’À LA FIN, ÇA M’EM­PÊ­CHAIT DE DOR­MIR. C’EST LÀ QUE C’EST DE­VE­NU UN PRO­BLÈME. JE N’ÉTAIS PLUS CA­PABLE DE M’AR­RÊ­TER.»

Dé­cès ELI­ZA­BETH TAY­LOR

«J’AI EU LA CHANCE DE REN­CON­TRER ELI­ZA­BETH TAY­LOR À PLU­SIEURS RE­PRISES. ELLE ÉTAIT VIVE D’ ES­PRIT ET S’ADON­NAIT À L’AUTODÉNIGREMENT, CE QUE J’AI TROU­VÉ TRÈS ÉTON­NANT. ELLE AI­MAIT RIRE» — STEVE MAR­TIN «ELI­ZA­BETH TAY­LOR ÉTAIT UNE BONNE AMIE, UNE GRANDE VE­DETTE ET UNE FEMME QUI AVAIT DU CRAN. ELLE ÉTAIT TRÈS SPÉ­CIALE. VOUS N’EN VER­REZ PLUS DES FEMMES COMME ELLE» — LAR­RY KING «NOUS VE­NONS DE PERDRE UNE GÉANTE D’HOL­LY­WOOD, MAIS LE PLUS GRAVE, C’EST QUE NOUS AVONS PER­DU UN ÊTRE HU­MAIN IN­CROYABLE»

— EL­TON JOHN

AR­NOLD SCH­WAR­ZE­NEG­GER

et son en­fant illé­gi­time

«JE COM­PRENDS ET MÉ­RITE LES SEN­TI­MENTS DE CO­LÈRE ET DE DÉ­CEP­TION PRO­VO­QUÉS AU SEIN DE MA FA­MILLE ET DE MES AMIS. IL N’Y A PAS D’EX­CUSES ET J'AS­SUME L'EN­TIÈRE RES­PON­SA­BI­LI­TÉ DU MAL QUE J'AI CAU­SÉ. J’AI PRÉ­SEN­TÉ MES EX­CUSES À MA­RIA, À MES EN­FANTS ET À MA FA­MILLE. JE SUIS SIN­CÈ­RE­MENT DÉ­SO­LÉ».

WA­J­DI MOUA­WAD au su­jet de Ber­trand Can­tat

«IL SE­RA À JA­MAIS CE­LUI QUI A TUÉ UNE FEMME.

MAIS DIRE QU'IL NE SE­RA QUE ÇA, ET QU'À JA­MAIS, IL N'EST QUE ÇA, IL ME SEMBLE QU'IL Y A

LÀ UN RAP­PORT QUI N'EST PAS JUSTE.»

«OUI, IL A TUÉ. MAIS IL A PUR­GÉ SA PEINE. IL EST AUS­SI UN PÈRE, UN AMOU­REUX, UN CHAN­TEUR. IL N’EST PAS QU’UNE CHOSE. MAIS IL N’EST RA­ME­NÉ QU’À ÇA. IL Y A DES LE­ÇONS À EN

RE­TI­RER.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.