JET LAG: UN BEAU SUC­CÈS

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Va­nes­sa Gui­mond

MON­TRÉAL | En en­re­gis­trant la chan­son Jet Lag, qui fait un ta­bac sur les ondes ra­dio­pho­niques, les membres de Simple Plan sa­vaient qu’ils avaient un

hit entre les mains. Au­jourd’hui, alors qu’ils s’ap­prêtent à re­faire le tour du monde, le groupe at­tri­bue à cette pièce une grande par­tie de leur ré­cent suc­cès. « Il y a de belles choses qui se sont pro­duites grâce à cette chan­son-là », a af­fir­mé Jeff Stinco, qui sou­tient que son groupe at­tire deux types d’ad­mi­ra­teurs. « Nous avons une vie que nous de­vons à nos fans fi­dèles et loyaux qui nous suivent de­puis le dé­but. En­suite, grâce à une chan­son qui va tou­cher l’ima­gi­naire de plu­sieurs per­sonnes, nous nous re­trou­vons face à un pu­blic de cu­rieux. Ce sont des gens qui veulent sa­voir qui est Simple Plan. » Grâce à Jet Lag, 2011 a été mar­quée par cette ren­contre entre deux types de pu­blic, ce qui a, par consé­quent, élar­gi le bas­sin d’ad­mi­ra­teurs du groupe. « Par­fois, tu mises sur une chan­son, tu penses que ce se­ra une bombe, mais ça ne marche pas au­tant que ce que tu avais es­pé­ré. À d’autres mo­ments, c’est l’in­verse qui se pro­duit. Tu pré­sentes une chan­son qui ob­tient un suc­cès au­quel tu ne t’at­ten­dais pas vrai­ment. »

C’est, d’ailleurs, ce qui est ar­ri­vé avec Per­fect, dont le suc­cès s’est ré­vé­lé être une belle sur­prise, en 2003. Pour ce qui est de Jet Lag, les choses se sont dé­rou­lées au­tre­ment.

« Nous sa­vions que cette chan­son était spé­ciale. C’est pour cette rai­son qu’elle existe dans plu­sieurs ver­sions, a-t-il ex­pli­qué. La chan­son a tel­le­ment été re­tra­vaillée. Nous vou­lions qu’elle soit sur la coche, comme on dit. Nous sa­vions que l’ex­pres­sion “My heart is so jet lag­ged” n’avait ja­mais été uti­li­sée avant. »

AVEC UNE AR­TISTE FÉ­MI­NINE

Jeff at­tri­bue éga­le­ment le suc­cès de la chan­son au fait qu’elle soit in­ter­pré­tée en duo avec des ar­tistes fé­mi­nines, soit Na­ta­sha Be­ding­field dans sa ver­sion ori­gi­nale et Ma­rieMai dans sa ver­sion fran­çaise.

« C’est fou, parce que la fille qui a chan­té avec Pierre sur la ma­quette, une ar­tiste stu­dio, était vrai­ment écoeu­rante. Nous avons eu de la dif­fi­cul­té à battre cette ver­sion­là, a-t-il ra­con­té. Par contre, quand Na­ta­sha Be­ding­field a fait sa ver­sion, ç’a été ré­vé­la­teur. Nous avons réa­li­sé que la chan­son ve­nait d’avoir une autre vie. La même chose s’est pro­duite avec Ma­rie-mai, qui a fait quelque chose de frais. »

Il ajoute : « Na­ta­sha et Ma­rie-mai se sont don­nées pour faire cette chan­son-là. Je pense que lorsque tu mets du coeur dans quelque chose, ça pa­raît. On vibre tous pour les choses qui sont au­then­tiques. »

Ma­rie-mai in­ter­prète la ver­sion fran­çaise de la chan­son Jet Lag.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.