L’OPÉ­RA­TION DECHARME DE HAL­LY­DAY

Site des grands ras­sem­ble­ments où se sont pro­duits les Paul Mc­cart­ney, Sting, Me­tal­li­ca et El­ton John, les plaines d’abra­ham pour­ront-elles don­ner à la car­rière de John­ny Hal­ly­day l’élan qu’elle n’a ja­mais eu au Qué­bec?

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Cé­dric Bé­lan­ger Le Jour­nal de Qué­bec

Mé­gas­tar au sta­tut presque di­vin en France, Hal­ly­day n’a ja­mais car­ton­né de ce cô­té-ci de l’at­lan­tique.

Or, lors de l’évé­ne­ment qui do­mine pour l’ins­tant l’agenda des spec­tacles de l’an­née 2012, dans la ca­pi­tale, le Tau­lier mon­te­ra sur la scène des Plaines, le 10 juillet, dans le cadre du Fes­ti­val d’été de Qué­bec.

Pour Hal­ly­day, ce se­ra une pre­mière pres­ta­tion au Qué­bec de­puis 2000, à Mon­tréal. Quant à Qué­bec, il faut re­mon­ter jus­qu’en 1975 pour sa der­nière vi­site.

Cette ab­sence, John­ny Hal­ly­day l’a at­tri­buée, lors d’un en­tre­tien ré­cent avec des jour­na­listes qué­bé­cois, à Pa­ris, à son an­cien gé­rant, peu en­clin ap­pa­rem­ment à lui faire prendre l’avion. Ce­la, même si la rocks­tar confesse son in­té­rêt pour le Qué­bec.

« J’aime bien le Qué­bec parce qu’il y a une culture fran­çaise et une culture amé­ri­caine. J’ai tou­jours trou­vé ça for­mi­dable. À l’époque, quand il y avait des disques, on di­sait un 33 tours. Et les Qué­bé­cois di­saient un long-jeu (long-play). Il y a des tas de phrases que j’ai tou­jours trou­vé for­mi­dables parce qu’elles tra­duisent les mots an­glais en fran­çais. Ce qu’ici, les gens ne font pas. »

MA­RIE MAI ET CÉ­LINE?

Sur les plaines d’abra­ham, John­ny Hal­ly­day risque d’avoir de la vi­site qué­bé­coise sur scène. Le nom de Ma­rie Mai a été évo­qué par son gé­rant Gil­bert Coul­lier, qui ap­pré­cie la fougue de la chan­teuse qué­bé­coise.

Bien que plus im­pro­bable, une ap­pa­ri­tion de Cé­line Dion n’est pas à ex­clure du re­vers de la main puisque John­ny Hal­ly­day a dé­cla­ré à la presse fran­çaise qu’il sou­haite que la di­va, pour qui il a une ad­mi­ra­tion sans borne, lui rende vi­site lors d’un spec­tacle à New York.

« Je l’adore. D’abord parce que c’est une chan­teuse for­mi­dable. C’est une di­va, quoi. Vous pou­vez être fiers d’avoir une chan­teuse comme ça. Et c’est quel­qu’un dans la vie qui est d’une gen­tillesse et d’une sim­pli­ci­té for­mi­dables. Chan­ter avec Cé­line, il faut s’ac­cro­cher. J’aime chan­ter au­tant qu’elle aime le faire. Les gens qui aiment ça, ça se sent et ça se voit. »

JACK­SON, CASH ET LES BEATLES

Le concert de John­ny Hal­ly­day est ac­tuel­le­ment le seul évé­ne­ment confir­mé pour le Fes­ti­val d’été 2012. Le vé­tuste Co­li­sée Pep­si re­ce­vra les acro­bates du Cirque du So­leil, qui vien­dront pré­sen­ter Dralion, au dé­but du mois de jan­vier. Puis ce se­ra au tour du

Mi­chael Jack­son Im­mor­tal Tour de faire halte pour deux jours en mars.

Franc suc­cès à l’été 2011, la co­mé­die mu­si

cale La mé­lo­die du bon­heur se­ra de re­tour en juillet, à la salle Al­bert-rous­seau, tout

comme l’hom­mage à John­ny Cash de Shawn Bar­ker et la re­vue Beatles Sto­ry, au Ca­pi­tole.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.