LA SUR­PRISE DE L’AN­NÉE

MON­TRÉAL | C’est le suc­cès sur­prise de l’an­née. Comme La Grande Séduction il y a huit ans, Star­buck a réus­si à char­mer de fa­çon una­nime.

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Maxime De­mers Agence QMI

Film qué­bé­cois le plus po­pu­laire de l’an­née avec des re­cettes dé­pas­sant les 3,4 mil­lions $ au box-of­fice, Star­buck semble d’ailleurs suivre les traces de La Gran

de Séduction, cette ir­ré­sis­tible co­mé­die dra­ma­tique de 2003 qui avait rem­por­té un suc­cès cri­tique et com­mer­cial ici comme ailleurs.

Le point com­mun entre les deux films ? Ken Scott. Il a si­gné le scé­na­rio de La

Grande Séduction. Et Star­buck, qu’il a écrit avec l’hu­mo­riste Mar­tin Pe­tit, est son se­cond film à titre de réa­li­sa­teur (après

Les doigts croches).

« C’est vrai que j’ai par­fois l’im­pres­sion

de re­vivre avec Star­buck le suc­cès de La Grande Séduction, huit ans plus tard, ad­met le ci­néaste, qui planche jus­te­ment sur le re­make an­glo­phone du film de 2003.

« Je sa­voure ce­la parce que c’est as­sez rare que ça ar­rive qu’un film plaise ain­si au grand pu­blic en plus d’être ven­du à l’étran­ger et de faire la tour­née des fes­ti­vals. Je suis choyé et je le sa­voure plei­ne­ment. »

Star­buck ra­conte une his­toire drôle et at­ten­dris­sante, celle d’un éter­nel ado­les­cent de 43 ans (Pa­trick Huard) qui ap­prend qu’il est le gé­ni­teur de quelque 533 en­fants.

L’été der­nier, Ken Scott avait ad­mis que le film avait été écrit dans un sen­ti­ment d’ur­gence, de crainte que d’autres scé­na­ristes, ailleurs dans le monde (mais sur­tout à Hol­ly­wood), n’aient la même idée qu’eux.

Comme de fait, plu­sieurs jour­na­listes et ache­teurs amé­ri­cains ont mon­tré de l’in­té­rêt pour le film qué­bé­cois de­puis sa pré­sen­ta­tion au Fes­ti­val de Toronto, en sep­tembre der­nier. À suivre…

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.