Top 10 des jeux vi­déo

Le Journal de Quebec - Weekend - - CI­NÉ­MA - Steve Tilley Agence QMI

Plus gros ne si­gni­fie pas tou­jours plus réus­si. Et mal­gré tout notre res­pect pour les géants du jeu vi­déo, un «ef­fort sa­tis­fai­sant» n’a rien de vrai­ment sa­tis­fai­sant en soi.

Plus gros ne si­gni­fie pas tou­jours plus réus­si. Et mal­gré tout notre res­pect pour les géants du jeu vi­déo, un «ef­fort sa­tis­fai­sant» n’a rien de vrai­ment sa­tis­fai­sant en soi.

Un thème ré­cur­rent se dis­tingue donc, dans la ré­colte des lan­ce­ments de cette an­née, et c’est que la fa­mi­lia­ri­té peut en­gen­drer le mé­pris. En voyant l’ava­lanche de deuxièmes et de troi­sièmes ver­sions de sé­ries dé­fer­ler sur nos consoles et nos PC, en 2011, il est dif­fi­cile de ne pas se de­man­der si la créa­ti­vi­té n’a pas été sa­cri­fiée sur l’au­tel des pro­fits.

ET LA CRÉA­TI­VI­TÉ ?

Main­te­nant que des mé­ga fran­chises comme Call of Du­ty et As­sas­sin’s Creed sont en­ga­gées à pro­duire des lan­ce­ments an­nuels, nul be­soin d’être un gé­nie pour com­prendre que la qua­li­té et l’in­no­va­tion ne peuvent que souf­frir, lorsque les jeux de­viennent de simples com­mo­di­tés, pon­dues ré­gu­liè­re­ment par des firmes cher­chant à at­teindre leurs ob­jec­tifs de ventes tri­mes­triels.

Des suites, nous en vou­lons, bien sûr. Mais quelle est leur va­leur réelle, en fin de compte ?

Cette an­née, notre liste des meilleurs jeux de 2011 n’est pas un pal­ma­rès des meilleurs ven­deurs, ni même de ceux qui ont joui des meilleures cri­tiques. Ce sont plu­tôt les jeux les plus mar­quants, ceux dont nous ai­mons dis­cu­ter avec des amis joueurs et aux­quels nous son­geons, même lorsque nous n’y jouons pas. Des uni­vers dans les­quels nous sommes cer­tains de re­tour­ner, la se­maine pro­chaine ou même dans cinq ans.

La liste ne com­prend donc pas de titres comme Call of Du­ty: Mo­dern War­fare 3 ou Bat­tle­field 3. Notre te­nue de ca­mou­flage a be­soin d’un bon la­vage et le sol­dat mo­derne, d’une per­mis­sion mé­ri­tée. Quant à Un­char­ted 3: Drake’s De­cep­tion et As­sas­sin’s Creed: Re­ve­la­tions, ce sont des ajouts bien réa­li­sés à leur fran­chise res­pec­tive, mais on les sent com­plè­te­ment éclip­sés par l’oeuvre qui les pré­cède.

EL­DER SCROLLS V: SKY­RIM

Mal­gré la dé­plo­rable et chro­nique ob­ses­sion de l’in­dus­trie pour les suites, c’est, iro­ni­que­ment, la cin­quième mou­ture d’une sé­rie qui s’est brillam­ment dis­tin­guée des autres jeux, cette an­née. El­der Scrolls V: Sky­rim, le plus ré­cent cha­pitre épique du jeu de rôle fan­tas­tique de Be­thes­da, nous a tous épous­tou­flés par sa sta­ture, son ima­gi­na­tion et une quan­ti­té pro­di­gieuse de conte­nu.

Si ses fa­meux bogues ont été bien do­cu­men­tés, au­cun autre jeu n’a pu ri­va­li­ser avec l’am­bi­tion et l’en­ver­gure de Sky­rim, un jeu qui nous en donne vrai­ment pour notre ar­gent.

LA SUITE DE BAT­MAN

Bat­man: Ar­kham Ci­ty oc­cupe une peu dis­tante deuxième place, sur notre liste. Plus gros et plus dé­ve­lop­pé que l’ori­gi­nal, il s’agit d’un rare exemple d’une suite qui éclipse com­plè­te­ment son pré­dé­ces­seur (l’éton­nant Bat­man: Ar­kham Asy­lum, sor­ti en 2009) et ce, sur tous les plans.

POR­TAL 2

De son cô­té, Por­tal 2 a com­blé des par­ties d’une his­toire de fond fas­ci­nante, es­quis­sée dans le Por­tal ori­gi­nal, ajou­té de nou­veaux dé­ve­lop­pe­ments in­té­res­sants à la mé­ca­nique du jeu et pro­po­sé l’un des meilleurs modes co­op à deux joueurs de l’an­née.

LES AUTRES

Le reste de la liste des meilleurs jeux de l’an­née com­prend des suites qui ont évo­lué au-de­là des failles de leur fran­chise res­pec­tive, en re­nou­ve­lant de fa­çon ju­di­cieuse et ra­fraî­chis­sante le plai­sir propre à la sé­rie (Dri­ver: San Fran­cis­co, Deus Ex: Hu­man Re­vo­lu­tion) ; des jeux in­dé­pen­dants té­lé­char­geables plus mé­mo­rables que des mé­ga pro­duc­tions dis­po­sant d’un bud­get 100 fois plus gros (Bas­tion et l’aven­ture pour ip­hone/ipad Su­per­bro­thers: Sword and Swor­ce­ry EP) ; un jeu de dé­fi­le­ment ho­ri­zon­tal à l’an­cienne, par­fai­te­ment eu­pho­ri­sant, do­té d’un vi­suel ab­so­lu­ment ma­gni­fique et conçu avec la pré­ci­sion d’une montre suisse (Ray­man Ori­gins) ; un jeu si ar­du qu’il dé­truit le mo­ral des joueurs, qui, pour­tant, ne cessent d’en re­de­man­der (Dark Souls) ; et une pa­ro­die re­mar­quable des jeux d’ac­tion à monde ou­vert qui consti­tue, iro­ni­que­ment, un des titres phares du genre (Saints Row: The Third).

LES OU­BLIÉS

Une bonne dou­zaine d’autres jeux au­rait pu se re­trou­ver sur cette liste, no­tam­ment Su­per Ma­rio 3D Land, Gears of War 3, The Le­gend of Zel­da: Sky­ward Sword, in­fa­mous 2, le bi­jou in­dé­pen­dant The Bin­ding of Isaac et The Wit­cher 2.

Par contre, les jeux qui y fi­gurent sont plus gros, de meilleure qua­li­té, et ils consti­tuent bien plus qu’un ef­fort sa­tis­fai­sant. Ils risquent, donc, de nous trot­ter en­core dans la tête, en 2012, lorsque vien­dra de nou­veau le temps de dres­ser cette liste.

JEUX VI­DÉO

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.