UN ANI­MA­TEUR COM­BLÉ

Le Journal de Quebec - Weekend - - TÉLÉVISION - Agnès Gau­det Agence QMI

Près de deux mil­lions de té­lé­spec­ta­teurs écoutent l’émis­sion heb­do­ma­daire de Ma­rio Tes­sier chaque se­maine à TVA, un suc­cès qui lui per­met de dé­cou­vrir, avec ra­vis­se­ment, un nou­veau pu­blic.

Ces mil­lions de té­lé­spec­ta­teurs, Ma­rio Tes­sier les re­mer­cie pour leur fi­dé­li­té.

« C’est un beau ca­deau, dit-il, une belle marque de confiance qu’ils me font. Je suis content, pas seule­ment pour moi, mais pour toute l’équipe de l’émis­sion. Ça veut dire qu’on connaît la chan­son va re­ve­nir. »

L’ani­ma­teur donne le mé­rite du suc­cès à ceux qui l’en­tourent. Le tra­vail ex­cep­tion­nel des re­cher­chistes de l’émis­sion qui dé­nichent des par­ti­ci­pants hors pair. Et, bien en­ten­du, les par­ti­ci­pants eux-mêmes.

« On garde douze par­ti­ci­pants sur plu­sieurs mil­liers, di­til, c’est comme un en­ton­noir. Ce n’est pas un concours de chant, ce qu’on re­cherche, ce sont des gens qui ont une belle per­son­na­li­té, des gens at­ta­chants. Et on trouve des perles rares.

« Ma job est de les mettre en confiance, de mon­trer que je suis de leur bord. Moi, tout ce que je sou­haite, c’est qu’ils gagnent 250 000 $ chaque fois. Si ce n’était que de moi, je leur don­ne­rais à tous! »

PA­LETTE PLUS LARGE

Sur le pla­teau de l’émis­sion, Ma­rio Tes­sier s’amuse comme un en­fant et tout ce qu’il es­père, c’est que ça conti­nue.

Après un break des Fêtes, il re­pren­dra les en­re­gis­tre­ments de 21 autres émis­sions d’on connaît la chan­son, au mois de fé­vrier, pour dif­fu­sion en 2012.

De­puis qu’il anime cette émis­sion, Ma­rio Tes­sier sait qu’il s’est fait des nou­veaux fans. Avec son émis­sion de ra­dio quo­ti­dienne des Grandes Gueules, à NRJ, avec son com­plice Jo­sée Gau­det, il touche un cer­tain pu­blic. Avec la té­lé, un autre. Par­fois, les deux se re­joignent.

« C’est dans la pa­lette des gens qu’il y a un chan­ge­ment, dit-il. La pa­lette est plus large avec On connaît la chan­son. Il y a au­tant de jeunes, d’en­fants que de per­sonnes âgées qui écoutent l’émis­sion. En plus, je crois que la té­lé em­mène de nou­veaux au­di­teurs à la ra­dio. Je crois que ce sont des vases com­mu­ni­cants. »

PLUS CONTENT QUE FA­TI­GUÉ

Avec Les Grandes Gueules cinq jours par se­maine à la ra­dio et On connaît la chan­son à la té­lé, en plus de toute la pro­mo­tion en­tou­rant l’émis­sion, Ma­rio est fort oc­cu­pé. « Mais, note-t-il, je suis plus content que fa­ti­gué! » Il re­vient d’un sé­jour à New York. Il est al­lé pas­ser quelques jours pour se res­sour­cer avec sa blonde, afin de re­char­ger ses bat­te­ries, en se pro­me­nant dans cette ville qu’il aime beau­coup et a pris le temps d’al­ler voir le spec­tacle de Hugh Ja­ck­man Back on Broad­way, spec­tacle qu’il a ado­ré.

L’ani­ma­teur pas­se­ra les Fêtes avec sa pe­tite fa­mille ; sa blonde et ses trois filles de 4 ans, 9 ans et 19 ans.

« Le 31, on va re­gar­der l’émis­sion en gang, dit-il. C’est l’heure par­faite pour com­men­cer le ré­veillon. »

Avec son suc­cès ra­dio qui donne aux Grandes Gueules une grosse aug­men­ta­tion de son au­di­toire, et ce­lui à la té­lé, Ma­rio Tes­sier ne pou­vait es­pé­rer une meilleure an­née 2011. Il s’en sou­haite une aus­si bonne pour 2012.

« Tout ce que je veux dans la vie c’est avoir du fun, dit-il. Et les gens le voient quand tu as du fun. Ça pa­raît. Je me sens très pri­vi­lé­gié. »

Ma­rio Tes­sier s’amuse comme un en­fant sur le pla­teau d’on connaît la chan­son.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.