CÉ­LÉ­BRER avec des bulles

Le Journal de Quebec - Weekend - - LIVRES - Ma­rie-france BOR­NAIS Le Jour­nal de Qué­bec

Le som­me­lier Gue­naël Re­vel, ex­pert en ma­tière de cham­pagne et de vin ef­fer­ves­cent, consi­dère qu’on ne s’offre pas as­sez de vins mous­seux au Qué­bec alors qu’il y a de très belles dé­cou­vertes à faire à prix rai­son­nable.

Gue­naël Re­vel re­marque qu’au Qué­bec, les gens at­tendent sur­tout le mo­ment des Fêtes pour s’of­frir ce genre de bou­teilles. « Même si on a vu au­jourd’hui que la consom­ma­tion de vins ef­fer­ves­cents aug­mente énor­mé­ment dans le monde et au Qué­bec, on ne s’en offre pas en­core as­sez, alors qu’il y a de très bons vins ef­fer­ves­cents dis­po­nibles au­tour de 20 $. Si on en consom­mait plus, on ver­rait qu’il y a au­tant de variété, au­tant de goût dans les vins mous­seux que dans les vins tran­quilles. »

Avant d’écrire l’édi­tion 2012 du Guide des Cham­pagnes et des

autres bulles, Gue­naël Re­vel a goû­té et éva­lué près de 770 pro­duits dont plus de 180 sont pro­po­sés à la SAQ. Un pro­duit qué­bé­cois s’est mé­ri­té la cote de 15/20 dans son livre : la Cu­vée Brut de L’or­pailleur, ven­due ex­clu­si­ve­ment au vi­gnoble de Dun­ham.

Il éva­lue aus­si quelques vins ef­fer­ves­cents de l’on­ta­rio et de la… Nou­velle-écosse, en plein dé­ve­lop­pe­ment cô­té vi­ti­cole. « J’en ai goû­té cinq ou six de la Nou­velle-écosse et se­lon moi, le mieux fait vient de la mai­son Ben­ja­min Bridge, c’est sans doute par­mi l’un des meilleurs au Ca­na­da. Mais il ne vend sa pro­duc­tion que lo­ca­le­ment et elle est trop chère (125 $). »

Avant de faire un arrêt à la SAQ, mieux vaut éta­blir son bud­get, de fa­çon à dé­fi­nir s’il faut se di­ri­ger vers un Cham­pagne ou vers un mous­seux qui n’est pas de la Cham­pagne. « Si on dé­sire dé­pen­ser plus de 50 $, on peut al­ler cher­cher un Cham­pagne. Si on est sous les 50 $, il y a des mous­seux très in­té­res­sants entre 25 $ et 40 $. Je pense à cer­tains mous­seux de Ca­li­for­nie ou à cer­tains fran­cia­cor­ta ita­liens. Il y a éga­le­ment de bonnes bou­teilles qui viennent de l’aus­tra­lie (en Tas­ma­nie) et des cré­mants, qu’ils soient luxem­bour­geois ou fran­çais. »

EN GROUPE!

Aux gens qui pré­fèrent li­mi­ter leur bud­get mais qui sou­haitent dé­cou­vrir l’uni­vers du cham­pagne et des vins mous­seux, Gue­naël Re­vel sug­gère de se re­grou­per à huit ou à dix et de se fixer un bud­get per­met­tant de faire l’achat de quelques bou­teilles pour faire une dé­gus­ta­tion.

« Si chaque convive met un bud­get de 50 $, on peut s’ache­ter un très bon ca­va, un très bon mous­seux ca­li­for­nien, un cré­mant, un fran­cia­cor­ta ita­lien et deux bou­teilles de cham­pagne, blanc de blanc ou blanc de noir, et on ar­rive à cinq, six, bou­teilles. » Et si on doit li­mi­ter son bud­get à en­vi­ron 25 $ pour une seule bou­teille, il est tou­jours pos­sible de faire d’in­té­res­santes dé­cou­vertes. « En Ca­li­for­nie, Mumm Na­pa Val­ley est tou­jours très fiable et au­tour de 30 $, il y a le Mumm Na­pa Brut Pres­tige, et son ro­sé est à 32 $. Au­tour de 25 $, il y a quelque chose que j’aime bien : la mai­son Jansz, en Tas­ma­nie, qui fait une très belle cu­vée à 27 $. Si­non, une cu­vée qui est pour moi un clas­sique, qui est un peu plus chère, c’est le fran­cia­cor­ta de la mai­son Bel­la­vis­ta ou Ca’del Bos­co, qui font des vins au­tour de 30 $. Se­lon moi, c’est la meilleure ré­gion qui éla­bore des bulles en ce mo­ment dans le monde. À 23 $, il y a aus­si la Cu­vée De Nit Ra­ven­tos, un ca­va es­pa­gnol en ro­sé qui est ex­cellent. »

PHO­TO LES AR­CHIVES

E I S I O T R U O C O T O H P

√ Gue­naël Re­vel, Guide des Cham­pagnes et des autres bulles, Édi­tions Mo­dus Vi­ven­di,

551 pages.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.