Ma­rie - Eve et Jean - Fran­cois n' ont rien ou­blié

MON­TRÉAL | En 2003, lors de la créa­tion du spec­tacle mu­si­cal Don Juan, Ma­rie-ève Jan­vier n’avait que 18 ans. Jean-fran­çois Breau, lui, en avait 25 et tous deux étaient cé­li­ba­taires. Au­jourd’hui, elle a 27 ans, lui en a 33 et ils forment un couple de­puis p

Le Journal de Quebec - Weekend - - WEEKEND - Agnès Gau­det Le Jour­nal de Mon­tréal agnes.gau­det@jour­nalmtl.com

« On re­vient à quelque chose qu’on a fait 350 fois, évoque son­geuse, Ma­rieÈve Jan­vier, la Ma­ria de Don Juan. Quand Don Juan a pris fin, c’est là que Jean-fran­çois et moi, on a pris un ap­par­te­ment et qu’on a com­men­cé une vraie vie de couple. On a créé un duo en chan­son, on est pas­sé en mode créa­tion pour notre bé­bé mu­si­cal (leur al­bum). On a pris un re­cul et vé­cu plein de choses, en­semble. Main­te­nant on re­vient avec ce ba­gage de cinq grosses an­nées de vie. »

Pour Jean-fran­çois aus­si, la pen­dule re­cule de sept ans. « C’est comme des sou­ve­nirs de la pe­tite école. Mon Dieu, ç’a été tout un voyage ! », s’ex­clame-t-il.

En même temps c’est un peu ça le but, ajoute-t-il, ra­me­ner les spec­ta­teurs qui ont vu le spec­tacle, à leurs sou­ve­nirs. Don Juan a mar­qué 350 000 per­sonnes au Qué­bec.

Jean-fran­çois, comme Ma­rie-eve, sait que leur vie com­mune ap­por­te­ra une pro­fon­deur na­tu­relle à leurs per­son­nages. Ce­la ne l’em­pêche pas de se de­man­der comment leur pre­mier bai­ser sur scène va se pas­ser.

« Ce se­ra peut-être plus in­ti­mi­dant, dit-il, parce que cette fois ce se­ra pour vrai. Mais avec l’ex­pé­rience, ça de­vrait bien al­ler. Ma­rie et moi, on n’a ja­mais ces­sé de chan­ter en­semble, on est com­plices sur scène, par un re­gard, un sou­rire. »

« Quand je vais chan­ter Je pense à lui, une chan­son qui dit que je l’aime même s’il a fait des gaffes, in­dique quant à elle Ma­rie-eve en riant, ce se­ra… comme dans la vraie vie ! Alors, je vais peut-être l’in­ter­pré­ter dif­fé­rem­ment. »

DU COEUR ET DE LA FIER­TÉ

Ma­rie-ève Jan­vier dé­couvre ses nou­veaux col­la­bo­ra­teurs de scène avec plai­sir. Mais elle ne peut s’em­pê­cher avec son « pe­tit cô­té émo­tif et ma­ter­nel », d’avoir une pen­sée pour ceux avec qui ils ont créé le spec­tacle, en 2003.

« Phi­lippe (Ber­ghel­las), énu­mère-t-elle, Ma­rio (Pel­chat), Cin­dy (Da­niels) qui avait seize ans à l’époque et est au­jourd’hui mère. On était des en­fants et on par­tait cette aven­ture-là, on sau­tait à l’eau en­semble.

J’ai­me­rais que les nou­veaux mettent au­tant de coeur que nous en avons mis et qu’ils en ré­coltent au­tant de fier­té et de suc­cès que nous, dit-elle. Jus­qu’à main­te­nant ça se passe su­per bien. C’est tel­le­ment tri­pant de les voir vivre ce qu’on a vé­cu. On veut les ai­der. On veut que ça marche pour eux. »

De toute évi­dence, Ma­rie-ève et JeanF­ran­çois sont des men­tors pour le groupe. Ils n’ont rien ou­blié des chan­sons, des émo­tions et ils re­prennent leur per­son­nage res­pec­tif avec ai­sance.

« Mais, de pré­ci­ser la chan­teuse, j’ai aus­si des ob­jec­tifs à at­teindre. Je ne vais pas seule­ment en­trer dans mes vieilles pan­toufles. Je veux faire évo­luer Ma­ria. »

UN DON JUAN PLUS BA­VEUX

Don Juan se re­trouve avec un nou­veau ri­val de taille en Jo­na­than Roy dans la peau de Ra­phaël, l’ex-amou­reux de Ma­ria tra­his. Avec sa car­rure de spor­tif, et son ca­rac­tère fou­gueux, les com­bats à l’épée de­viennent bien phy­siques.

Aux cô­tés de ce nou­veau ri­val, Jean- Fran­çois Breau compte al­ler plus loin. Le ton un peu en­ra­gé qu’il don­nait à l’époque à son per­son­nage, il veut le tro­quer pour un ton sar­cas­tique et pro­vo­ca­teur.

« Je vais ex­ploi­ter d’avan­tage le pe­tit sou­rire ba­veux de Don Juan, dit-il. Don Juan est non­cha­lant et se sacre de tout, parce qu’il se croit au-des­sus de tout. Je veux al­ler vers cet as­pect du per­son­nage, parce que ça le rend en­core plus haïs­sable. »

UNE CUITE AVEC DON CAR­LOS

En 2003, jouer le rôle titre de ce spec­tacle mu­si­cal était pour Jean-fran­çois, à peine âgé de 25 ans, tout un dé­fi. Au­jourd’hui âgé de 33 ans, il se glisse mieux dans la peau du per­son­nage.

« Don Juan est un être qui maî­trise l’art de la séduction, ex­plique-t-il, ce que tu n’as pas à 25 ans. Je ne maî­trise pas plus cet art à 33 ans, mais je le com­prends mieux. Je veux jouer dans ces nuances-là. Je re­prends le rôle de Don Juan, mais je ne vais pas re­tom­ber dans le même moule. Moi qui n’ai pas de for­ma­tion d’ac­teur, le dé­fi, est d’al­ler une coche plus loin dans le jeu du per­son­nage. »

Une chose est sûre, c’est qu’avec son nou­vel ami Don Car­los (Étienne Dra­peau), in­ter­pré­té ja­dis par Ma­rio Pel­chat et Ro­bert Marien, Don Juan au­ra des af­fi­ni­tés. Les deux gars sont des chums dans la vie et ont même com­po­sé des chan­sons en­semble. De plus, Don Juan et Don Car­los ont même dé­jà pris une cuite en­semble. Après l’aven­ture Don Juan, Ma­rie-ève Jan­vier et Jean-fran­çois Breau en­ta­me­ront leur tour­née en duo au mois d’avril. « La pa­ren­thèse Don Juan est un ti­ming par­fait, » disent-ils. Ma­rie-ève ani­me­ra L’amour est dans les prés à la chaîne V à la fin du mois de jan­vier.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.