Play Ball

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Me­dia­film.ca

Comme le dé­montre la sor­tie en DVD de Mo­ney­ball - L’art de Ga­gner, ba­se­ball et ci­né­ma forment un couple ga­gnant. Pen­sons à Take Me Out to the Ball Game (1949), co­mé­die mu­si­cale de l’ima­gi­na­tif Bus­by Ber­ke­ley, dont la chan­son-thème est de­ve­nue un clas­sique des stades, ou l’im­pé­ris­sable Vain­queur du des­tin (1942) de Sam Wood, dans le­quel Ga­ry Cooper in­carne de fa­çon poi­gnante Lou Geh­rig, obli­gé de mettre fin à sa brillante car­rière en rai­son de la ma­la­die qui porte dé­sor­mais son nom. D’autres exemples plus ré­cents viennent étayer cette af­fir­ma­tion.

LA CHOUETTE ÉQUIPE DE

MI­CHAEL RIT­CHIE (1976)

Ce film at­ta­chant et mor­dant de Mi­chael Rit­chie ( Un Simple Sou­hait) ra­conte comment un an­cien joueur de ba­se­ball pro­fes­sion­nel (im­payable Wal­ter Mat­thau), contraint d’en­traî­ner une équipe de garçons peu dis­ci­pli­nés, mène sa for­ma­tion au cham­pion­nat grâce à l’ar­ri­vée d’une pré­ado­les­cente au lan­cer d’une vi­tesse peu com­mune et d’un re­belle ca­pable de frap­per des coups de cir­cuit sur de­mande. Trente ans plus tard, Ri­chard Link­la­ter ( L’école du rock) réa­lise un re­make ef­fi­cace avec le tru­cu­lent Billy Bob Thorn­ton dans le rôle de l’en­traî­neur râ­leur et por­té sur la bou­teille.

LES COU­LISSES DE L’EX­PLOIT

DE JOHN SAYLES (1988)

Lors des sé­ries mon­diales de 1919, des joueurs des White Sox de Chi­ca­go, in­sa­tis­faits de leur sa­laire, se font sou­doyer par des gang­sters pour faire perdre leur équipe. Fort d’un ta­bleau d’époque pit­to­resque et convain­cant, John Sayles ( La Ci­té de l’es­poir) met en scène avec dex­té­ri­té ce fait his­to­rique hon­teux. Le film bé­né­fi­cie d’une dis­tri­bu­tion re­le­vée, do­mi­née par John Cu­sack et Da­vid Stra­thairn.

LA BELLE ET LE VÉ­TÉ­RAN

DE RON SHELTON (1988)

À la fois co­mé­die sen­ti­men­tale et spor­tive, cet ir­ré­sis­tible film de Ron Shelton - éga­le­ment au­teur du moins réus­si Cobb, sur la vie du lé­gen­daire frap­peur Ty Cobb - ra­conte les tri­bu­la­tions d’un joueur vé­té­ran épris d’une en­sei­gnante qui a l’ha­bi­tude de prendre pour amant du­rant l’été une re­crue au ta­lent pro­met­teur. Ke­vin Cost­ner, très re­lax, y forme un sa­vou­reux tri­angle amou­reux avec une pi­quante Su­san Sa­ran­don et un Tim Rob­bins ir­ré­sis­tible en jeune lan­ceur un peu de­meu­ré.

LE CHAMP DE RÊVES DE PHIL

ALDEN RO­BIN­SON (1989)

Ke­vin Cost­ner en­core, mais dans un rôle plus sé­rieux, ce­lui d’un fer­mier qui, à la suite d’une vi­sion, construit dans son champ un ter­rain de ba­se­ball pour que re­viennent y jouer d’an­ciennes gloires toutes dé­cé­dées. Une fan­tai­sie au charme nos­tal­gique, qui a peu­têtre un peu vieilli, sauf pour ceux et celles qui croient en­core au pou­voir des rêves.

UN ÉTÉ SANS POINT NI COUP SÛR

DE FRAN­CIS LE­CLERC (2008)

Été 1969. Le père d’un gar­çon de douze ans, qui rêve de joindre un jour les rangs des Ex­pos de Mon­tréal, forme une équipe avec les en­fants re­ca­lés par l’en­traî­neur de la pa­roisse. Nos­tal­gie tou­jours, cette fois de l’époque ré­vo­lue des an­nées 1960 et de la pré­sence d’une équipe pro­fes­sion­nelle dans la mé­tro­pole. Fran­cis Le­clerc ( Mé­moires af­fec­tives) or­chestre le tout avec dy­na­misme et une touche de fan­tai­sie, di­ri­geant aus­si bien les pro­fes­sion­nels que les ap­pren­tis co­mé­diens.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.