SÉDUCTION EN MODE WINS­TON

Sans son cha­peau et même si son pays na­tal, l’an­gle­terre, conti­nue de le bou­der, Char­lie Wins­ton conti­nue de sé­duire le reste de l’eu­rope et le Qué­bec avec un nou­vel al­bum, Run­ning Still, et un nou­veau spec­tacle que les Ca­na­diens ver­ront en pri­meur la sem

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Cé­dric Bé­lan­ger CE­DRIC.BE­LAN­GER@JOUR­NAL­DE­QUE­BEC.COM

Wins­ton, dont la po­pu­la­ri­té a ex­plo­sé grâce à l’al­bum Ho­bo, pa­ru en 2009, était à Pa­ris, où il a éta­bli ses quar­tiers de­puis quelques an­nées dé­jà, quand le Jour­nal lui a pi­qué une ja­sette, tout juste avant qu’il prenne l’avion pour le Ca­na­da. Mal­gré son pied-à-terre dans la Ville lu­mière, il se dit guère sa­tis­fait par son ap­pren­tis­sage de la langue de Mo­lière.

« Ça s’est amé­lio­ré un peu, mais j’ai be­soin de le pra­ti­quer en­core », dit le sym­pa­thique ar­tiste an­glais.

Il au­ra la chance de le faire la se­maine pro­chaine, avec une tour­née qué­bé­coise qui le mè­ne­ra à Sher­brooke, Sa­gue­nay, Trois-ri­vières, Qué­bec et Mon­tréal. Preuve de l’in­té­rêt qu’il sus­cite chez nous, des sup­plé­men­taires ont été ajou­tées à Qué­bec et Mon­tréal.

« C’est ma pre­mière tour­née de­puis la sor­tie de mon al­bum et j’ai très hâte. Pour l’ins­tant, je n’ai fait que de la pro­mo­tion. L’éner­gie se­ra la même sur scène que lors de mes spec­tacles pré­cé­dents, mais avec dif­fé­rentes sa­veurs à cause de la mu­sique de mon nou­vel al­bum. »

S’INS­PI­RER DE DIS­PA­RI­TIONS

Lan­cé à la fin 2011, Run­ning Still voit Char­lie Wins­ton pous­ser sa pop un peu plus loin et ex­plo­rer des so­no­ri­tés dif­fé­rentes. Speak to Me est un mor­ceau ryth­mé, consti­tué uni­que­ment de bruits pro­duits avec la bouche, alors que The Great Conver­sa­tion s’ins­pire de la So­nate

au clair de lune de Bee­tho­ven, un de ses hé­ros.

Cer­tains mor­ceaux traitent de su­jets plus sombres, comme She

Went Quiet­ly, une chan­son qui, con­trai­re­ment à ce que plu­sieurs croient en écou­tant les pa­roles (Elle est par­tie en si­lence, avec le sou­hait qu’on ne la re­trouve pas), ne parle pas de sui­cide.

« Ça parle plu­tôt de quel­qu’un qui quitte un en­droit pour al­ler ailleurs en sou­hai­tant que per­sonne ne le sache. Plu­sieurs his­toires m’ont ins­pi­ré pour cette chan­son, dont la dis­pa­ri­tion de ma grand-tante ain­si que celle du chan­teur des Ma­nic Street Prea­chers (Ri­chey Ed­wards, dis­pa­ru dans les an­nées 90 et dé­cla­ré mort il y a quelques an­nées). »

LA FIN DU CHA­PEAU

On re­marque sur la po­chette que Wins­ton ap­pa­raît sans son Stet­son, le cha­peau qui était sa marque de com­merce à l’époque de Ho­bo.

« Je me sen­tais pris au piège par cette image, jus­ti­fie-t-il. C’était im­por­tant de m’en dé­bar­ras­ser afin d’évo­luer comme ar­tiste et trou­ver une nou­velle li­ber­té. Je ne veux cer­tai­ne­ment pas être iden­ti­fié à un cha­peau. » Ce qui ne change pas, c’est le manque d’in­té­rêt de ses com­pa­triotes bri­tan­niques pour sa mu­sique. Une in­dif­fé­rence dont il ne se for­ma­lise pas, as­su­ret-il.

« Je n’ai pas vrai­ment le dé­sir d’être po­pu­laire en An­gle­terre. Les gens sont les mêmes par­tout sur la pla­nète. Si je peux tou­cher des gens en Li­tua­nie, je suis heu­reux. »

LE RÊ­VEUR

Se dé­cri­vant comme un rê­veur, Char­lie Wins­ton af­firme avoir plu­tôt comme dé­sir de re­joindre en­core plus de gens avec son art. Il dit aus­si avoir par­mi ses rêves ce­lui de com­po­ser pour le ci­né­ma et peu­têtre de réa­li­ser son propre film.

« J’ai ef­fec­ti­ve­ment ce rêve de réa­li­ser un film. J’ai aus­si ce­lui de com­po­ser une oeuvre sym­pho­nique. Il y a aus­si ce­lui de dis­pa­raître et de jouer du pia­no pen­dant deux ans loin du re­gard du pu­blic », énu­mère Wins­ton.

« Je réa­lise constam­ment mes rêves et j’es­père que ça va se pour­suivre. Même si ce n’est que re­gar­der gran­dir mes pe­tits-en­fants. Mais vous sa­vez, la réa­li­sa­tion d’un rêve est sou­vent plus dé­ce­vante que le rêve en tant que tel. Alors, je vais conti­nuer de rê­ver. » Char­lie Wins­ton se­ra en spec­tacle le 22 jan­vier au Théâtre Gra­na­da de Sher­brooke; le 23 jan­vier, à La Sa­gue­néenne de Sa­gue­nay; le 24 jan­vier, à la salle J.-a-thomp­son de Trois-ri­vières; les 25 et 26 jan­vier, au Pa­lais Mont­calm de Qué­bec et les 27 et 28 jan­vier, au Théâtre Co­ro­na de Mon­tréal.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.