UN PEU MOLLASSON...

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Isa­belle Hontebeyrie Agence QMI

Film de Ste­ven So­der­bergh : met­tant en ve­dette Gi­na Ca­ri­no, Mi­chael Fass­ben­derm, Chan­ning Ta­tum, Ewan Mc­gre­gor, An­to­nio Ban­de­ras et Mi­chael Dou­glas. À l’af­fiche.

Pas fa­cile de s’agrip­per aux bras de son fau­teuil lors du vi­sion­ne­ment de Piégée, nou­veau film du ci­néaste Ste­ven So­der­bergh.

Ste­ven So­der­bergh le dit lui-même : « De­puis Che, mon in­té­rêt et mon ap­pé­tit pour des films sé­rieux a vrai­ment bais­sé. » Dans ces condi­tions, est-ce sur­pre­nant si Piégée, son 25e long mé­trage, manque un peu de to­nus?

J’avais beau­coup ai­mé Con­ta­gion, au point de le re­voir lors de sa sor­tie en Blu-ray. Cette vi­sion de l’apo­ca­lypse se­lon So­der­bergh m’avait in­tri­guée par son réa­lisme et son sus­pense (qui va mou­rir, que vat-il se pas­ser, etc.)

Mal­heu­reu­se­ment, Piégée n’est pas aus­si ha­le­tant que Con­ta­gion ni que Traf­fic. Même si on y re­trouve la patte du réa­li­sa­teur (son em­ploi du bleu et du jaune no­tam­ment), on a par­fois l’im­pres­sion que le scé­na­rio n’est là que pour en­ro­ber mal­adroi­te­ment des scènes d’ac­tion qui, elles, sont réus­sies quoique ré­pé­ti­tives.

HÉ­ROÏNE EN FUITE

L’hé­roïne prin­ci­pale, c’est Mal­lo­ry (in­car­née par la cham­pionne d’arts mar­tiaux Gi­na Ca­ra­no), agente em­ployée par une com­pa­gnie pri­vée qui ob­tient dif­fé­rents contrats pour me­ner des ac­tions pas tou­jours très ca­tho­liques mais tou­jours dan­ge­reuses.

Elle est en fuite et c’est par une sé­rie de flash-back (in­cluant des flash-back dans des flash-back) ra­con­tés à un jeune homme, Scott (Mi­chael An­ga­ra­no), qu’on ap­prend son his­toire. Tout a com­men­cé quand son em­ployeur (Ewan Mc­gre­gor), de concert avec deux hommes mys­té­rieux (Mi­chael Dou­glas et An­to­nio Ban­de­ras) lui a ob­te­nu un contrat à Bar­ce­lone, où elle doit li­bé­rer un otage. Elle y ren­contre un agent (Chan­ning Ta­tum) avec qui elle a une liai­son ra­pide.

De fil en ai­guille, elle est aus­si envoyée à Du­blin, où elle ren­contre Paul (Mi­chael Fass­ben­der en mode sé­duc­teur dan­ge­reux) puis re­vient aux ÉtatsU­nis pour se ré­fu­gier chez son père (Bill Pax­ton qui me manque de­puis la fin de Big Love).

Je ne vous dé­voile rien des in­trigues ni des im­bro­glios divers et ce n’est pas de moi que vous ap­pren­drez qui donc tente de sup­pri­mer Mal­lo­ry et pour quelle rai­son.

AC­TION

Par contre, sa­chez que cette char­mante jeune femme est une tueuse et une ba­gar­reuse re­dou­table, ca­pable d’as­som­mer un homme, de l’en­voyer au ta­pis et, quand be­soin est, de le tuer sans état d’âme.

C’est d’ailleurs la réus­site de Piégée : les scènes d’ac­tion sont réa­listes, très bien fil­mées et on fi­nit par n’at­tendre plus que ça.

Quelques beaux plans de ca­mé­ra (à la fin, no­tam­ment, quand Mal­lo­ry ar­rive en mo­to), ty­piques de So­der­bergh, émaillent cette pro­duc­tion un peu molle à mon goût. Car, mal­gré une bande-an­nonce tré­pi­dante, cette Mal­lo­ry n’a rien d’un Ja­son Bourne ou d’un Ethan Hunt. Elle est ef­fi­cace et concen­trée, pas éner­gique.

On reste donc sur sa faim, mal­gré la du­rée re­la­ti­ve­ment courte du film (93 mi­nutes).

Dom­mage, on au­rait ai­mé pou­voir se pâ­mer, mais le sou­ve­nir par­ti­cu­liè­re­ment vif de Mis­sion Im­pos­sible: Pro­to­cole Fan­tôme n’est pas en­core as­sez loin­tain.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.