UN HOMME D’UNE AUTRE ÉPOQUE

Le Journal de Quebec - Weekend - - TÉLÉVISION - Yves Le­clerc Le Jour­nal de Qué­bec

Le per­son­nage de Sa­muel O’ha­ra, per­son­ni­fié par Guy Na­deau est, comme ce­lui de son épouse, un homme d’une autre époque.

« Il vit en 2012, mais à l’in­té­rieur de lui, il se croit en­core dans les an­nées 50. Il tend les mains vers sa conjointe pour qu’elle at­tache ses bou­tons de man­chette. Ce­la, par contre, est fait sans au­cun sexisme, car il fait énor­mé­ment confiance à ses filles dans l’en­tre­prise. Il ap­pré­cie, di­sons, les gestes de solidarité do­mes­tique. Sa­muel a été éle­vé avec les va­leurs du 19e siècle. Il est ma­ni­pu­la­teur, il a des dé­fauts et il sait ce qu’il veut. C’est un père poule avec de grandes qua­li­tés du coeur et il aime sa fa­mille », a ex­pli­qué le co­mé­dien.

MOU­VE­MENTS IN­TÉ­RIEURS

Guy Na­don s’est po­sé une ou deux ques­tions lorsque le réa­li­sa­teur Éric Tes­sier l’a ap­pro­ché pour ce rôle dans cette nou­velle sé­rie.

« J’ai lu quelques-uns des épi­sodes et j’ai aus­si re­gar­dé ce qu’il avait fait avant d’al­ler lun­cher avec lui. Je vou­lais voir quel genre d’ar­tiste il était. J’ai vi­sion­né le film 5150, rue des Ormes et je me suis dit : oh, c’est avec lui que je m’en vais man­ger », a-t-il ra­con­té, fai­sant ré­fé­rence à ce th­riller où l’hé­mo­glo­bine est pré­sente.

La qua­li­té de l’écri­ture et les non-dits, que l’on re­trouve dans le scé­na­rio de O’, lui ont don­né en­vie de plon­ger dans cette aven­ture.

« Il n’y a pas tou­jours de mots sur ce qui se passe. Il y a beau­coup de mou­ve­ments in­té­rieurs. C’est plus col­lé sur la so­cié­té dans la­quelle on vit », a-t-il fait re­mar­quer.

DÉ­BAR­QUE­MENT DE NOR­MAN­DIE

Guy Na­don a consta­té que les choses avaient énor­mé­ment chan­gé sur les pla­teaux de tour­nage d’au­jourd’hui.

« J’en­seigne à l’école na­tio­nale de théâtre et al­ler vite, à l’époque, était un avan­tage. C’est de­ve­nu, au­jourd’hui, un cri­tère d’em­bauche. Un pla­teau de tour­nage n’est plus un lieu d’in­tui­tion, c’est un dé­bar­que­ment de Nor­man­die. L’équipe tech­nique n’ar­rête ja­mais et ça roule », a-t-il men­tion­né.

Le co­mé­dien a été très oc­cu­pé, au cours des der­nières an­nées, par le théâtre. Il a fait trois spec­tacles en 11 mois avec L’école des Femmes, Toxique et Au­top­sie d’un Car­nage.

Lors du tour­nage d’o’, il mon­tait sur les planches le soir, pour li­vrer les 900 vers de L’école des Femmes. « J’ai eu un au­tomne très char­gé », a-t-il in­di­qué.

Guy Na­don pour­suit son tra­vail d’en­sei­gnant à l’école na­tio­nale de théâtre et il fait aus­si par­tie de la dis­tri­bu­tion du film Pee-wee, qui se­ra tour­né, en par­tie, dans la Vieille Ca­pi­tale.

Le réa­li­sa­teur Éric Tes­sier lui a of­fert ce rôle à la suite de leur ren­contre sur le pla­teau de tour­nage la sé­rie O’. « Je se­rai un des ins­truc­teurs », a-t-il pré­ci­sé.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.