En va­cances à CABO SAN LU­CAS

CABO SAN LU­CAS, Mexique | Des mon­tagnes, une mer digne d’une carte pos­tale et un im­mense dé­sert par­se­mé de cac­tus : lors­qu’on sur­vole la pointe de la Basse-ca­li­for­nie, la vue laisse pré­sa­ger le meilleur.

Le Journal de Quebec - Weekend - - TOURISME - Sa­rah Ber­ge­ron-ouel­let Agence QMI

Quand on sent la cha­leur, qu’on voit dé­fi­ler le pay­sage le long de la route et qu’on at­teint fi­na­le­ment Cabo San Lu­cas, on n’a plus au­cun doute. On sait alors avec cer­ti­tude que les va­cances se­ront ex­cel­lentes…

Si­tuée tout au sud de la pé­nin­sule de Basse-ca­li­for­nie, là où la mer de Cor­tès ren­contre l’océan Pa­ci­fique, Cabo San Lu­cas est pri­sé pour sa vie noc­turne et ses ma­gni­fiques pay­sages de bord de mer. C’est la ville la plus tou­ris­tique de la ré­gion mexi­caine ap­pe­lée « Los Ca­bos ».

Sous les chauds rayons du so­leil — qui a la ré­pu­ta­tion de briller ici 360 jours par an­née —, le pay­sage se ré­vèle d’une beau­té éton­nante. Le centre-ville est en­tou­ré de pics ro­cheux où des hô­tels semblent ac­cro­chés, et de pics plus hauts en­core où trônent de luxueuses vil­las. Celles de George Cloo­ney et de Jen­ni­fer Anis­ton y se­raient d’ailleurs per­chées, quelque part au-des­sus des flots.

C’est plus bas, dans une pe­tite anse de la mer de Cor­tès, que se re­trouvent bon nombre de vi­si­teurs du­rant la jour­née. Au­tre­fois au coeur d’un pe­tit vil­lage de pê­cheurs, elle est au­jourd’hui bor­dée d’une grande marina où dé­am­bulent aus­si bien les croi­sié­ristes, les va­can­ciers et les sai­son­niers que les pê­cheurs mexi­cains, que l’on peut voir, au re­tour du lar-

ge, pous­ser des bacs rem­plis de ma­hi-ma­hi.

LES PLAGES

Bor­dée d’hô­tels et de res­tau­rants, El Mé­da­no, la plage prin­ci­pale de la ville, se trouve tout près de la marina. Bonne chance pour y dé­ni­cher un pa­ra­sol libre à mi­di ! Si vous y par­ve­nez, vous pour­rez ob­ser­ver quelques ven­deurs de pa­réos et de bi­joux à l’oeuvre tout en si­ro­tant votre « cer­ve­za ». Dans la baie, au loin, un ou deux ba­teaux de croi­sière at­ten­dront sû­re­ment le re­tour de leurs pas­sa­gers, alors que plus près, de pe­tites barques co­lo­rées se rem­pli­ront de vi­si­teurs.

Pre­nez-en une : son pi­lote vous mè­ne­ra en quelques mi­nutes de­vant le « ro­cher Per­cé » de Cabo San Lu­cas, El Ar­co. Vé­ri­table sym­bole de la ville, il s’agit d’une arche de pierre si­tuée à l’ex­tré­mi­té d’une longue pointe s’avan­çant dans la mer.

El Ar­co a été sculp­té par les forts cou­rants is­sus de la ren­contre entre la mer de Cor­tès et l’océan Pa­ci­fique. Une co­lo­nie de loups de mer y est ins­tal­lée, mais on se rend sur­tout sur la pointe pour en­fon­cer ses pieds dans le sable blanc des deux plages les plus fa­meuses de « Cabo » : la « playa del amor » et la « playa de los di­vor­cia­dos ».

La « plage de l’amour » et la « plage des di­vor­cés » sont deux rives sau­vages bor­dées de ro­chers où l’on ne re­trouve ni bars, ni hô­tels. La pre­mière donne sur les eaux calmes

et tur­quoise de la mer; la se­conde, du cô­té du tu­mul­tueux Pa­ci­fique. D’ailleurs, il faut sa­voir qu’à Cabo San Lu­cas, il n’est pas pos­sible de se bai­gner par­tout. Le long du Pa­ci­fique, les vagues sont en gé­né­ral si puis­santes que per­sonne n’ose y trem­per l’or­teil, sauf les sur­feurs ex­pé­ri­men­tés. Si votre hô­tel est si­tué de ce cô­té, il au­ra pro­ba­ble­ment une plage ma­gni­fique, mais il vau­dra mieux l’ad­mi­rer de la pis­cine.

LES SOR­TIES

L’ad­mi­rer du bord de la pis­cine… ou par­tir ex­plo­rer les en­vi­rons. Avec la mer et le dé­sert de part et d’autre, Cabo San Lu­cas a beau­coup de belles pro­me­nades à of­frir. Les ac­ti­vi­tés vont des ex­cur­sions dans le dé­sert à la pêche spor­tive, en pas­sant par l’ob­ser­va­tion de ba­leines (de dé­cembre à mars) et les sa­fa­ris à dos de dro­ma­daire !

Si vous op­tez pour une sor­tie en ba­teau pour faire de la plon­gée sous-ma­rine — ce que nous avons ten­té —, vous pour­rez ob­ser­ver quelques-unes des 800 es­pèces ma­rines qui vivent dans la mer de Cor­tès.

À votre re­tour, quand le so­leil se cou­che­ra der­rière les mon­tagnes, vous au­rez en­core l’em­bar­ras du choix. Sur le bou­le­vard de la Marina, les res­tau­rants, bars, dis­co­thèques et clubs se suc­cèdent — de l’in­con­tour­nable Cabo Wa­bo, où l’on écoute des spec­tacles de rock, au sym­pa­thique Hap­py En­ding, où l’on boit des doubles te­qui­las à 1$, en pas­sant par le Slims El­bow Rooms, qui se targue d’être « le plus pe­tit bar du monde ».

Pour ter­mi­ner votre soi­rée sur une touche de Mexique tra­di­tion­nel, sa­chez que l’on peut en­core dé­ni­cher de pe­tites « ta­que­rias » qui servent de vrais ta­cos au pois­son ou à la viande grillée. On les gar­nit de sal­sa, de co­riandre et de gua­ca­mole et on les dé­guste di­rec­te­ment dans la rue avant de re­prendre le che­min de l’hô­tel… ou une der­nière te­qui­la !

PHO­TOS AGENCE QMI, SA­RAH BER­GE­RON-OUEL­LET

3

1. Une plage de Cabo San Lu­cas, du cô­té de l’océan Pa­ci­fique, en Basse-ca­li­for­nie Sud, au Mexique. 2. Vue sur la plage et l’hô­tel Grand Sol­mar Land’s End & Spa.

3. El Ar­co, « l’arc », est le sym­bole de Cabo San Lu­cas. 4. Des pa­ra­sols sur la plage prin­ci­pale de Cabo San Lu­cas, El Mé­da­no.

2

1

4

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.