SA­VOIR POUR COM­PRENDRE

Le Journal de Quebec - Weekend - - JERMAINE JACKSON ENTREVUE - Marie-france Bornais Le Jour­nal de Qué­bec

NEW YORK | Jer­maine Jack­son est ca­té­go­rique : si les gens sa­vaient tout ce qui est arrivé à Mi­chael pen­dant son en­fance et son ado­les­cence, ils le consi­dé­re­raient au­tre­ment.

« Il dé­tes­tait les grands titres... On l’in­sul­tait, en l’ap­pe­lant ‘’Frea­king Wa­cko-jak­co’’... Ça le bles­sait parce que ça s’adres­sait à un être qui pre­nait le temps, en dé­pit de sa cé­lé­bri­té, d’en­voyer des mes­sages qui étaient tel­le­ment di­vins et tel­le­ment purs à l’en­droit du monde, des en­fants, des gens. Et mal­gré ce­la, on s’in­té­res­sait à des choses sans im­por­tance comme la cou­leur de sa peau. »

Le plus gros mythe à l’en­droit de Mi­chael Jack­son, d’après Jer­maine, concerne les fausses ac­cu­sa­tions d’abus sexuel. « C’est tout sim­ple­ment hor­rible. On a tel­le­ment ten­té de le dé­mo­lir... C’est hor­rible parce que ces gens sa­vaient à quel point Mi­chael ai­mait les en­fants. »

Jer­maine rap­pelle que Mi­chael s’est ser­vi de son suc­cès pour faire le bien et qu’il a fait don de cen­taines de mil­lions de dol­lars aux oeuvres de cha­ri­té. « Quand il était en tour­née, peu im­porte où il se trou­vait dans le monde, il se ren­dait dans les hô­pi­taux et mar­chait dans les cor­ri­dors des ur­gences. Il de­man­dait qui avait be­soin d’être opé­ré et payait pour eux. Il a payé pour des trans­plan­ta­tions ré­nales et pul­mo­naires. Il a même payé les frais fu­né­raires de plu­sieurs per­sonnes de l’in­dus­trie de la mu­sique qui n’en avaient pas les moyens. »

GA­RY, IN­DIA­NA

Jer­maine Jack­son se sou­vient de ses dé­but, dans un bun­ga­low mal iso­lé de Ga­ry, en In­dia­na, comme si c’était hier. « Ce sont des sou­ve­nirs in­ou­bliables et les an­nées des Jack­son Five sont les plus in­croyables de nos vies. »

« C’était juste le com­men­ce­ment... alors qu’on vou­lait être comme les Temp­ta­tions, Smo­key Ro­bin­son, les Mi­racles, les Su­premes, tous ces gens à qui on vou­lait res­sem­bler, en gran­dis­sant. Nous étions bien par­tis car les Jack­son Five nous ont don­né une renommée in­ter­na­tio­nale et ont four­ni un in­croyable trem­plin pour Mi­chael. »

MI­CHAEL

Lorsque Mi­chael était jeune, tous les membres de la fa­mille trou­vaient qu’il avait quelque chose de spécial. «Il pou­vait re­gar­der quelque chose et le re­faire. Il re­gar­dait Sam­my Da­vis Jr, Gene Kel­ly ou Fred As­taire et pou­vait les imi­ter. Il avait aus­si une voix in­croyable quand il était en­fant. C’était un ca­deau. Mais le plus im­por­tant, c’est qu’aus­si doué qu’il était, il vou­lait re­don­ner au sui­vant. Et il l’a fait. Aus­si ta­len­tueux qu’il était, il n’a ja­mais gar­dé tout pour lui tout seul. Il a mis à pro­fit les dons que Dieu lui a don­nés pour ap­por­ter du ré­con­fort à des en­fants qui al­laient mou­rir, qui souf­fraient de fa­mine, qui étaient dans le be­soin. »

SAU­VÉS PAR LA MU­SIQUE

Avec le re­cul, Jer­maine Jack­son consi­dère que son père Jo­seph avait rai­son d’ap­pli­quer une dis­ci­pline très stricte aux en­fants du clan, même si ses mé­thodes édu­ca­tives étaient très rudes. Il croit aus­si que la mu­sique lui a sau­vé la vie. « À l’époque, nous vi­vions au mi­lieu des gangs de rues qui se bat­taient jusque de­vant notre par­terre et sur le cô­té de la mai­son. Il y avait de la drogue et toutes sortes de choses comme ce­la. Mon père, qui éle­vait six gar­çons et trois filles, ne vou­lait pas de ce­la pour nous. Il nous dé­mon­trait de l’amour à tra­vers la dis­ci­pline. Ma mère nous don­nait de l’amour. Mon père était strict parce qu’il ne vou­lait pas qu’on tombe dans ces pièges.

« Après être de­ve­nus cé­lèbres, nous sommes re­tour­nés dans l’in­dia­na et la plu­part de nos amis étaient soit morts, soit en pri­son. Il ne vou­lait pas que ça nous ar­rive et nous a dé­mon­tré qu’on pou­vait prendre un autre che­min en fai­sant de la mu­sique. Sa mé­thode était par­faite. Il nous di­sait tou­jours qu’en tra­vaillant fort, on pou­vait ac­com­plir quelque chose. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.