Un pre­mier film réus­si pour Beig­be­der

Le Journal de Quebec - Weekend - - CE QUI SE PASSE À PARIS -

L’au­teur et chro­ni­queur fran­çais Fré­dé­ric Beig­be­der fait un pas­sage réus­si der­rière la ca­mé­ra avec l’adap­ta­tion de son ro­man L’amour dure trois ans.

On l’at­ten­dait au tour­nant comme n’im­porte quel écri­vain qui dé­cide de se lan­cer dans la réa­li­sa­tion. Eh bien, il faut dire que Fré­dé­ric Beig­be­der a re­le­vé le pa­ri en adap­tant le plus au­to­bio­gra­phique de ses ro­mans pour le grand écran.

Dans L’amour dure trois ans, sor­ti en salles la se­maine der­nière en France, l’au­teur concocte une pe­tite co­mé­die cy­nique, drôle et fi­na­le­ment as­sez romantique. Il faut dire que le choix de Gas­pard Proust, un hu­mo­riste fran­çais et ex-ban­quier en Suisse qui fait un car­ton en France de­puis 2010 avec son pre­mier one-man show Gas­pard Proust ta­pine, pour in­car­ner le cy­nique et dé­pres­sif Marc Mar­ron­nier ne pou­vait pas mieux cor­res­pondre. In­ci­sif, char­mant et drôle sans vou­loir l’être, il réus­sit à en­voyer ses ré­pliques qui claquent et qui dé­rangent en ar­ri­vant à ne pas se faire dé­tes­ter. Parce que, dans le fond, mal­gré sa théo­rie que l’amour ne peut pas du­rer plus que trois ans, Marc Mar­ron­nier est un doux romantique.

Pour ceux qui n’au­raient pas lu le ro­man, le film ra­conte donc l’his­toire d’un chro­ni­queur lit­té­raire le jour et mon­dain, la nuit, qui di­vorce au bout de trois ans de ma­riage. Sa femme le quitte pour Marc Lé­vy et notre an­ti­hé­ros fi­nit par dé­ve­lop­per sa théo­rie que l’amour a une date de pé­remp­tion: il dure trois ans. Il dé­cide alors d’en écrire un livre, sous pseu­do­nyme, et contre toute at­tente, son ro­man de­vient un vé­ri­table suc­cès. Sauf qu’entre-temps il tombe amou­reux de la drôle, su­blime et pé­tillante Alice (in­car­née par la lu­mi­neuse Louise Bour­goin), et dé­cide de lui ca­cher qu’il est l’au­teur de ce ro­man pes­si­miste.

BONNE CRI­TIQUE

Ce pre­mier film de Beig­be­der, qui a par ailleurs re­çu dans l’en­semble une bonne cri­tique en France, em­prunte ain­si plu­sieurs thèmes à la co­mé­die romantique clas­sique, mais pos­sède en plus une bonne dose de ré­pliques mor­dantes et sa­vam­ment dis­til­lées dans une ré­jouis­sante iro­nie. Beig­be­der ex­pé­ri­mente de plus quelques bonnes idées de mise en scène, comme ce long tra­vel­ling où l’on voit Marc Mar­ron­nier se par­ler et se ré­pondre à lui­même pen­dant l’écri­ture de son ro­man.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.