Un nou­vel al­bum joyeux pour une fille heu­reuse

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Agnès Gau­det Agence QMI

MON­TRÉAL | En France, Na­ta­sha St-pier a trou­vé un large pu­blic, un amou­reux et une mai­son sur le bord de l’at­lan­tique, qui lui rap­pelle sa jeu­nesse au Nou­veau-bruns­wick. Pas éton­nant qu’elle lance un nou­vel al­bum, joyeux.

Quand elle est en France, Na­ta­sha StPier se par­tage entre Pa­ris, une ville qu’elle adore pour le tra­vail et le Pays basque, à la frontière de l’es­pagne.

« Même dans la plus belle ville du monde, Pa­ris, une fille qui a gran­di à la cam­pagne, a un jour en­vie de re­tour­ner au bord de la mer, dit-elle. J’ai gran­di à Ba­thurst au Nou­veauB­runs­wick et dans le sud-ouest de la France, je re­trouve la mer. Ça reste l’at­lan­tique. Ça me per­met de me sen­tir bien. J’ai be­soin de la mer pour être heu­reuse. »

Il y a dé­jà dix ans que Na­ta­sha StPier vit en France. À la frontière de l’es­pagne, la tem­pé­ra­ture est clé­mente. Au mois de no­vembre, la chan­teuse se je­tait en­core à l’eau pour faire du surf, vê­tue d’un wet

suit. Mal­gré tout, qui sait un jour si elle re­vien­dra par­mi nous ?

« Là-bas, c’est su­per agréable, confirme-t-elle. Par contre, je suis at­ta­chée à la culture et à l’édu­ca­tion ca­na­dienne. Si un jour j’ai des en­fants, j’aimerais qu’ils aillent à l’école au Ca­na­da. Et puis, mon chum adore les Lau­ren­tides. On n’ex­clut pas un jour de s’y ins­tal­ler, au bord d’un lac. Ça dé­pen­dra du tra­vail. »

POUR FAIRE CHAN­TER ET DAN­SER

Le nou­vel al­bum de Na­ta­sha, son hui­tième en car­rière, qui se­ra lan­cé le 16 avril en France et une se­maine plus tard au Qué­bec, est un al­bum joyeux. Il est à l’image de toutes ces belles choses qui se des­sinent dans l’exis­tence de la chan­teuse. À l’in­verse de ses al­bums pré­cé­dents, ce­lui-ci, in­ti­tu­lé Bonne nou­velle, compte deux bal­lades pour toutes les autres ryth­mées.

« J’ai vé­cu tel­le­ment de belles choses au cours de la der­nière an­née, au­tant du cô­té pro­fes­sion­nel que per­son­nel, c’est for­cé­ment ins­pi­rant », sou­tient-elle.

Dans cet al­bum, il n’y a rien de triste, que des chan­sons po­si­tives qui rendent de bonne hu­meur. On y re­trouve du rock, du folk, de la pop et un peu de reg­gae dans l’ins­tru­men­ta­tion. Di­sons que c’est un al­bum frais, sou­riant et ryth­mé. Le mieux est d’al­ler en­tendre le pre­mier ex­trait sur sa page Fa­ce­book.

Pour rendre ces chan­sons gaies, Na­ta­sha St-pier a été pui­ser un autre as­pect de son ta­lent, plus lé­ger.

« Je n’avais pas en­vie de pous­ser ma voix, avoue-t-elle. Le but n’était pas de mon­trer que je sais chan­ter. Les gens savent que je suis ca­pable de pous­ser des notes très hautes, très fortes et très long­temps. Mais j’avais en­vie de faire des chan­sons agréables qui donnent en­vie de chan­ter et dan­ser. C’est pour ça que j’ai chan­té au­tre­ment.

« L’am­biance du monde en ce mo­ment est à la mé­lan­co­lie, conclut-elle. Si on peut écou­ter des chan­sons à la ra­dio qui nous font pen­ser à autre chose, tant mieux. »

ANI­MA­TRICE TÉ­LÉ

À trente ans, Na­ta­sha St-pier semble bien en selle pour une autre longue étape de sa car­rière. Il y a cinq ans, elle a fait un so­lide ar­rêt pour faire le point. Elle qui est ve­nue au mé­tier de chan­teuse avec fa­ci­li­té, se de­man­dait si elle vou­lait vrai­ment conti­nuer.

« Je n’avais pas en­vi­sa­gé d’être chan­teuse, ad­met-elle. C’était mon passe-temps. Ce n’est pas ça que je vou­lais faire. Mais j’ai chan­té et ça a mar­ché. Puis, j’ai ren­con­tré des gens su­per ta­len­tueux qui m’ont fait des chan­sons et ça a conti­nué de mar­cher. Mais je com­men­çais à m’en­nuyer. Alors, j’ai dé­ci­dé de ne pas faire que de la chan­son. »

De­puis qu’elle a pris cette dé­ci­sion, Na­ta­sha St-pier est sol­li­ci­tée de toute part. Elle anime en France, deux émis­sions de té­lé­vi­sion, Les Stars Chan

tent…, émis­sion où des chan­teurs connus viennent in­ter­pré­ter le ré­per­toire d’une ve­dette de la chan­son et

Ça n'ar­rive pas qu'aux stars, un ma­ga­zine où elle pré­sente des his­toires vé­cues de ma­nière sem­blable par des cé­lé­bri­tés et des gens du pu­blic.

En 2013, si tout va comme pré­vu, elle se­ra la ve­dette fé­mi­nine prin­ci­pale d’une grande sé­rie de sept té­lé­films d’une heure trente cha­cun. En pé­riode d’écri­ture, cette sé­rie est en­core au stade de pro­jet, mais c’est bien par­ti.

« Entre tout ça, j’ai trou­vé ce que je cher­chais, conclut Na­ta­sha. Au Qué­bec, je ne sais pas si je se­rais res­tée seule­ment chan­teuse. Toutes ces fa­cettes du mé­tier me rendent heu­reuse. » Le nou­vel al­bum de Na­ta­sha StPier, Bonne nou­velle, se­ra lan­cé en France, le 16 avril, et quelques jours plus tard au Qué­bec.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.