SANS LES AILES DE KARK­WA

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Ra­phaël Gen­dron-mar­tin RA­PHAEL.GEN­DRON-MAR­TIN@JOUR­NALMTL.COM

MON­TRÉAL | Per­cus­sion­niste de Kark­wa, Ju­lien Sa­got a pro­fi­té de l’ar­rêt in­dé­ter­mi­né de son groupe pour lan­cer un pre­mier al­bum so­lo, Pia­no mal. À écou­ter ses sur­pre­nantes com­po­si­tions, il est per­mis de croire que le mu­si­cien par­ti­ra bien­tôt vo­ler de ses propres ailes.

Au sein de Kark­wa, Ju­lien Sa­got a tou­jours été une bête étrange. Deuxième per­cus­sion­niste du groupe, on le sen­tait par­fois pris en étau entre les deux têtes fortes du groupe, Louis-jean Cor­mier et François La­fon­taine. Lorsque Ju­lien pro­po­sait ses propres chan­sons, ce­la don­nait des pièces très sin­gu­lières comme Pi­li-pi­li et Au-des­sus de la tête de Li­li­june.

En so­lo pour son pre­mier al­bum, il a trou­vé le pro­ces­sus créa­tif beau­coup plus fa­cile, se­lon ses propres dires. « À cinq, c’est sûr que tu dois quand même faire des conces­sions, dis­cu­ter énor­mé­ment, faire beau­coup de psy­cho­lo­gie pour faire pas­ser ton idée. Après, il faut tran­cher et c’est la ma­jo­ri­té qui l’em­porte. »

Pour Pia­no mal, Ju­lien Sa­got ne vou­lait pas que ses com­parses de Kark­wa col­la­bo- rent au pro­jet. « Je vou­lais com­plè­te­ment me dé­ta­cher d’eux, me réa­li­ser per­son­nel­le­ment. Je ne vou­lais pas me faire dire : ah oui, on sent que Louis-jean ou François a tra­vaillé sur cette chan­son. »

BE­SOIN DE SE RÉA­LI­SER

À la réa­li­sa­tion, il a fait ap­pel à Simon An­gell (Pa­trick Wat­son) tan­dis que Leif Vol­le­bekk s’est im­pli­qué aux ar­ran­ge­ments. « J’ai tel­le­ment ai­mé tra­vailler ces gars-là, dit Ju­lien. C’est un peu comme si je les avais tou­jours connus. »

Ju­lien Sa­got re­con­naît que ce pre­mier al­bum so­lo consti­tuait un jo­li dé­fi. « Je vou­lais mon­trer ce que j’étais ca­pable de faire sans Kark­wa. Un peu comme Cé­line Dion sans Re­né. Ha­ha! Je suis très content, car les cri­tiques sont dé­jà bonnes. »

Au sein de Kark­wa, le mu­si­cien com­po­sait par­fois des chan­sons ici et là, qui ne ca­draient pas avec le cô­té or­ches­tral du groupe. La pause que les membres ont dé­ci­dé de prendre après une longue tour­née a été l’élé­ment dé­clen­cheur pour avan­cer le pro­jet so­lo.

« Un groupe, c’est une per­sonne. À un mo­ment don­né, on a be­soin de se réa­li­ser, de sa­voir qui on est. J’ai tou­jours été bien dans mon rôle avec le groupe. Je n’avais pas le be­soin ab­so­lu de faire un disque so­lo. »

Mais cette nou­velle aven­ture en so­li­taire semble plaire gran­de­ment au mu­si­cien d’ori­gine pa­ri­sienne. Est-il pos­sible un jour que Ju­lien Sa­got vole de ses propres ailes, sans Kark­wa ?

« Oui, cer­tai­ne­ment, ré­pond-il sans hé­si­ter. Il y a d’autres per­sonnes qui l’ont dé­jà fait et je ne vois pas pour­quoi je n’au­rais pas le droit non plus de me dé­ta­cher du pro­jet et me réa­li­ser. On est en dé­mo­cra­tie. Si j’ar­rive à vivre avec mon pro­jet, je se­rais vrai­ment content. Je vais tout faire pour y ar­ri­ver. Je veux pro­fi­ter de cette vi­trine que Kark­wa m’a of­ferte. J’en suis vrai­ment re­con­nais­sant. »

« S’il y a un pro­jet d’al­bum avec Kark­wa, pro­ba­ble­ment que ça va m’in­té­res­ser, pour­suit-il. Mais est-ce que je vais avoir en­vie de le dé­fendre à l’in­ter­na­tio­nal ? Peu­têtre moins. Je pense qu’on en a fait beau­coup, mais il ne faut pas se faire trop d’illu­sion. Ce n’est pas très payant. On a vrai­ment por­té le pro­jet le plus loin qu’on a pu. »

L’AVE­NIR DE KARK­WA

À écou­ter par­ler Ju­lien Sa­got, on en vient à se de­man­der si l’ave­nir de Kark­wa est en pé­ril. Le mu­si­cien se montre éva­sif à ce su­jet. « On ne sait pas com­bien de temps va du­rer l’ar­rêt. Louis-jean va aus­si lan­cer son al­bum so­lo et il va être con­fron­té à toutes sortes de réa­li­tés après ça. C’est un peu pré­ma­tu­ré d’en par­ler. On y va au jour le jour. Ce qui va nous unir, c’est quand on au­ra en­vie de re­faire un trip de stu­dio. S’il y a un en­droit où l’on peut se sen­tir bien et à l’aise, c’est là. Mais ça va dé­pendre aus­si de la réa­li­té. »

En at­ten­dant, Kark­wa fe­ra par­ler de lui au prin­temps avec la sor­tie d’un al­bum live, qui contien­dra les spec­tacles en­re­gis­trés au Mé­tro­po­lis et à l’im­pé­rial de Qué­bec. « Il y au­ra peut-être aus­si nos ses­sions d’en­re­gis­tre­ment à La Frette, dit Ju­lien. Mais je n’ai pas les dé­tails. » Après son lan­ce­ment, le 1er fé­vrier au La Tu­lipe, Ju­lien Sa­got fe­ra la pre­mière par­tie des Barr Bro­thers, les 17 fé­vrier, (Pe­tit Cham­plain de Qué­bec), 22 fé­vrier (Club So­da) et 25 fé­vrier (Théâtre Gra­na­da). La ren­trée mont­réa­laise de Pia­no mal de­vrait avoir lieu au mois de mai.

JU­LIEN SA­GOT

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.