Tout un pro­jet pour le maire La­beaume

Le Journal de Quebec - Weekend - - LATÉLÉ DANSLAMIRE TÉLÉVISION -

Di­manche soir der­nier, alors qu’à Star Aca­dé­mie on ren­dait à Gilles Vi­gneault un hom­mage qu’il mé­rite bien, je ne pou­vais m’em­pê­cher de re­voir le wee­kend d’il y a plus d’un de­mi-siècle où, croyant faire plai­sir à des col­lègues de l’époque, je l’avais in­vi­té à une « ren­contre de poètes », à Saint-sau­veur ou Sainte-adèle, je ne me sou­viens plus.

J’avais ren­con­tré Gilles Vi­gneault à Qué­bec avant de m’en­tre­te­nir pour le ma­ga­zine Pers­pec­tives avec Marie-claire Blais, qui ve­nait à 20 ans de pu­blier La belle bête, un pre­mier ro­man dont tout le monde par­lait. C’est par Gilles qui la connais­sait bien que j’avais eu ses co­or­don­nées. Comme Marie-claire crai­gnait les en­tre­vues, il avait pré­pa­ré le ter­rain pour moi et lui avait de­man­dé de me faire confiance.

UNE LANGUE D’UNE AUTRE ÉPOQUE

Du­rant mes deux ou trois jours pas­sés à Qué­bec, Gilles me fait lire dans la re­vue Émou­rie à la­quelle il col­la­bore des poèmes dont l’écri­ture si clas­sique me sur­prend. Comme il a pleine confiance en ses poèmes que per­sonne ne s’ar­rache, il fonde les Édi­tions de l’arc pour les pu­blier lui-même.

Je trouve Vi­gneault si sym­pa­thique que je le sup­plie de ve­nir as­sis­ter à notre ren­contre an­nuelle de poètes. N’ayant pu­blié qu’un re­cueil de poèmes, je n’ai au­cune pré­ten­tion de ce cô­té, mais je prends plai­sir à ces week-ends de poé­sie, or­ga­ni­sés par JeanGuy Pi­lon. Une ving­taine de jeunes écri­vains y as­sis­tant, dont Mi­chèle La­londe, Fer­nande St-mar­tin, Mi­chel Van Schen­del, Yves Pré­fon­taine, Oli­vier Mar­chand, PaulMa­rie La­pointe, Naïm Kat­tan, Oli­vier Mercier-gouin et d’autres en­core. La plu­part pu­blient à l’hexa­gone, une mai­son qui existe tou­jours, et d’autres aux Édi­tions d’or­phée.

LES VRAIS AR­TISTES DOIVENT ÊTRE PAUVRES

À ces réunions do­mi­nées par la voix to­ni­truante et les éclats de rire ex­plo­sifs de Gas­ton Mi­ron, on règle les pro­blèmes du monde, on casse du sucre sur l’union na­tio­nale de­puis trop long­temps au pou­voir, on crie bien haut nos frus­tra­tions d’in­tel­lec­tuels in­com­pris, puis on étale notre hor­reur à l’en­droit des traîtres de la plume qui s’abreuvent aux ma­melles gé­né­reuses de la té­lé­vi­sion. Un bon ar­tiste se doit d’être pauvre !

Per­sonne ne s’in­té­resse à Vi­gneault. Étant dé­jà un peu sus­pect parce que j’écris pour la té­lé, je le de­viens en­core plus pour avoir ou­vert notre cé­nacle si sé­lect à ce pro­vin­cial moyen-âgeux qui, loin de faire de la poé­sie mo­derne libre et sans rimes comme nous le fai­sons tous, écrit en­core comme Ron­sard et Joa­chim du Bel­lay !

ÊTRE IN­COM­PRIS, C’EST UN « MUST »

De plus, cet homme d’une autre époque écrit des poèmes que tout le monde com­prend, parle de Na­tas­quan qu’on ne connaît pas, de ses pa­rents et de sa fa­mille. Il pousse même la tri­via­li­té jus­qu’à chan­ter Jos Mont­fer­rand et les amours mal­heu­reuses d’un cer­tain Jack Mo­no­loy. Nous, on écrit des poèmes beau­coup plus re­le­vés, is­sus tout droit de nos états d’âme et sor­tis de notre « moi pro­fond », se­lon la mer­veilleuse ex­pres­sion de So­nia Be­nez­ra. Per­sonne ne les lit, mais n’est-ce pas là une preuve ir­ré­fu­table de leur va­leur ? Quand on est poète, être in­com­pris et igno­rés, c’est un pre­mier stan­dard de qua­li­té!

Je ne sais pas si Gilles se sou­vient de ce week-end man­qué dans les Lau­ren­tides, mais si je le rap­pelle, c’est pour qu’on sache que cer­tains de ceux qui l’en­censent ont d’abord com­men­cé par le sno­ber. Au­jourd’hui, plus per­sonne ne peut mettre son oeuvre en doute et même Gilles ac­cepte avec mo­des­tie les hom­mages qui se mul­ti­plient.

Comme Fé­lix Leclerc a dé­jà son au­to­route, ses rues et ses salles de spec­tacle, comment ho­no­re­ra-t-on ce géant de Vi­gneault lors­qu’il mon­te­ra au ciel ? Peut-être qu’on pour­rait lui éle­ver un grand mo­nu­ment où on le ver­rait « le cul su’l’bord du Cap Dia­mant, les pieds dans l’eau du St-laurent » ?

N’est-ce pas un beau pro­jet pour vous, ça, Mon­sieur La­baume ?

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.