Un «vrai» pays, quelle chance

En An­gle­terre, cette se­maine, c’était fête ! Pas n’im­porte quelle fête, car c’est loin d’être cou­rant qu’un mo­narque cé­lèbre un ju­bi­lé de dia­mant. Comme ja­dis son aïeule, la reine Vic­to­ria, Eli­za­beth II a com­plé­té 60 ans de règne et si on se fie à la long

Le Journal de Quebec - Weekend - - TÉLÉVISION -

Ni le Qué­bec ni la té­lé­vi­sion de Ra­dio-Ca­na­da n’ont mar­qué de fa­çon bien par­ti­cu­lière cet évé­ne­ment d’im­por­tance.

À la CBC, on a fait un peu mieux. Mar­di soir, avant une en­tre­vue de Pe­ter Mans­bridge avec le pre­mier mi­nistre Ste­phen Har­per, qui se trou­vait à Londres, la té­lé pu­blique a dif­fu­sé une par­tie du concert en plein air, pré­sen­té la veille en face du pa­lais de Bu­ckin­gham.

Pour une oc­ca­sion aus­si spé­ciale, la CBC au­rait pu nous faire le ca­deau d’un concert qui ne soit pas constam­ment in­ter­rom­pu par des mes­sages pu­bli­ci­taires, mais per­sonne n’a eu cette brillante idée.

UN CONCERT À FAIRE RÊ­VER

La BBC, bien en­ten­du, n’a rien mé­na­gé : prise de son im­pec­cable, images féé­riques qui ont dû fait rê­ver Ro­bert Le­page, éclai­rages qui de­vaient faire l’en­vie de Jean La­mou­reux. Il fal­lait voir, par exemple, le pa­lais de Bu­ckin­gham « s’ou­vrir » par sec­tion pour mon­trer des scènes amu­santes pen­dant que sur le toit s’exé­cu­tait le groupe « Mad­ness ». Des pro­jec­tions qui rap­pe­laient le « mou­lin à images » de Le­page sur les élé­va­teurs à grains du port de Qué­bec.

En plus des mil­liers de per­sonnes qui avaient en­va­hi la rue abou­tis­sant au pa­lais de Bu­ckin­gham, 17 mil­lions de Bri­tan­niques ont re­gar­dé le concert à la té­lé. La plus grosse au­dience de l’an­née jus­qu’ici.

RIEN QUE DES VE­DETTES…

Les ama­teurs de mu­sique pop avaient de quoi se mettre sous la dent: après avoir lan­cé le concert, Rob­bie Williams a cé­dé le pla­teau à toute une ky­rielle de ve­dettes dont Ga­ry Bar­low, Tom Jones, Jes­sie J., Ki­lye Mi­nogue, Grace Jones et les géants El­ton John, Ste­vie Won­der et Paul McCart­ney. Le len­de­main, sur Twit­ter, trois des Spice Girls, qui avaient re­fu­sé de par­ti­ci­per au concert sous pré­texte qu’elles étaient trop oc­cu­pées, ont ex­pri­mé leurs re­grets de ne pas avoir été de la fête.

On ne l’a pas vu à la té­lé, mais après le concert qui s’est ter­mi­né par de ma­jes­tueux feux d’ar­ti­fice, la reine a ren­con­tré cha­cun des ar­tistes en cou­lisse. Dans tous les quo­ti­diens de Londres, on a ra­con­té qu’on ne l’avait ja­mais vue aus­si sou­riante et aus­si en­jouée. Du­rant le concert, chaque fois que la ca­mé­ra était sur la reine, c’était fa­cile de cons­ta­ter qu’elle pre­nait un vrai plai­sir au concert lui ren­dant hom­mage.

VAGUE D’AMOUR SANS PA­REILLE

Tout au long de la dif­fu­sion, je l’avoue, j’ai eu les yeux hu­mides. Com­ment ne pas s’émou­voir en re­gar­dant une foule pa­reille prendre tant de plai­sir à un concert tout en ma­ni­fes­tant pour le chef de l’état une af­fec­tion qui n’était ni com­man­dée ni sur­faite. Les ar­tistes pop n’ont pour­tant pas la ré­pu­ta­tion de « cou­cher » avec le pou­voir.

L’af­fec­tion pour la sou­ve­raine était si pal­pable que le chan­teur aus­tra­lien Rolf Har­ris n’a pu s’em­pê­cher de lan­cer : « J’es­père, chère ma­dame, que vous sen­tez bien la vague d’amour qui dé­ferle ce soir ! »

Je n’ai ja­mais vu sem­blable ma­ni­fes­ta­tion pa­trio­tique, pa­reil éta­lage de dra­peaux et de ma­quillages à l’ef­fi­gie de l’Union Jack. Mais pre­nons notre mal en pa­tience, il faut sû­re­ment des siècles pour faire un « vrai » pays et le nôtre, si on croit au fé­dé­ra­lisme, n’a que 145 ans. Il n’existe même pas en­core pour les sou­ve­rai­nistes !

PHO­TO AFP

Com­ment ne pas s’émou­voir en re­gar­dant une foule pa­reille prendre tant de plai­sir à un concert tout en ma­ni­fes­tant pour le chef de l’état une af­fec­tion qui n’était ni com­man­dée ni sur­faite ?

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.