LAU­RENCE LEBOEUF sur la route

Lau­rence Leboeuf prend la route de Van­cou­ver au dé­sert du Mexique dans le film ca­na­dien an­glais Fo­re­ver­land, sa pre­mière ex­pé­rience de tour­nage dans un road-mo­vie.

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Maxime De­mers MAXIME. DE­MERS@ QUE­BE­COR­ME­DIA. COM

« Je vou­lais de­puis long­temps jouer dans un road-mo­vie », ad­met d’en­trée de jeu l’ac­trice qué­bé­coise, à pro­pos de ce pre­mier film du jeune réa­li­sa­teur ca­na­dien Max McGuire.

« Ce que j’aime dans les road mo­vies, c’est qu’ils ap­pellent à la li­ber­té. On part à l’aven­ture, vers l’in­con­nu. C’est le fun de vivre ce­la et ça se res­sent aus­si dans le tour­nage. On bouge tout le temps et tous les jours sont dif­fé­rents. On a eu beau­coup de plai­sir à tour­ner ce film. »

Fo­re­ver­land ra­conte l’his­toire d’un jeune homme de 21 ans (Max The­riot), at­teint de fi­brose kys­tique, qui, suite à la mort de son meilleur ami, part au Mexique à la re­cherche d’une pe­tite église qui au­rait des pou­voirs gué­ris­seurs.

Lau­rence Leboeuf joue la soeur de ce meilleur ami, qui l’ac­com­pagne dans son pé­riple.

« C’est un film qui peut res­sem­bler un peu à Lit­tle Miss Sun­shine par son éner­gie », in­dique Lau­rence Leboeuf.

« C’est un su­jet qui peut être lourd, dur et très dra­ma­tique. Mais en même temps, je crois qu’il y a une lu­mière sur la vie avec no­tam­ment les per­son­nages se­con­daires qui se greffent à l’his­toire en cours de route. Ç’a ame­né une su­per belle éner­gie sur un su­jet su­per im­por­tant. »

HIS­TOIRE PER­SON­NELLE

Lui-même at­teint de fi­brose kys­tique, le réa­li­sa­teur Max McGuire - qui est âgé de 30 ans - s’est d’ailleurs ins­pi­ré de son his­toire per­son­nelle pour écrire, avec Shawn Rio­pelle, le scé­na­rio de Fo­re­ver­land.

« Je crois que c’est as­sez proche de ce qu’il a vé­cu plus jeune », avance Lau­rence Leboeuf.

« J’ai l’im­pres­sion que c’était très im­por­tant pour lui de ra­con­ter cette his­toire et de trai­ter de cette ma­la­die qui han­di­cape sa vie. Il lui a d’ailleurs fal­lu de la pa­tience puisque ç’a pris cinq ans avant qu’il puisse tour­ner le film. »

Au­tour de ses deux co­mé­diens prin­ci­paux, Max The­riot et Lau­rence Leboeuf, Max McGuire a réus­si à réunir quelques ac­teurs connus donc le Mexi­cain De­mian Bi­chir ( Weeds, A Bet­ter Life) et les Amé­ri­caines Sa­rah Wayne Cal­lies ( The Wal-

king Dead) et Ju­liette Le­wis ( Cape Fear, Na­tu­ral Born Killers).

Lau­rence Leboeuf dit avoir par­ti­cu­liè­re­ment ap­pré­cié son ex­pé­rience de tour­nage avec Ju­liette Le­wis.

« On avait tous vrai­ment hâte de la ren­con­trer, lance-t-elle. Elle est un peu spa

ce mais aus­si su­per ou­verte. Elle a été avec nous seule­ment une jour­née, mais même si ce n’était pas long, c’était vrai­ment le fun de la cô­toyer. Je la trouve fan­tas­tique comme ac­trice. Je trouve qu’elle crée vrai­ment des per­son­nages. Elle a une éner­gie un peu zen et très spé­ciale. »

TOU­JOURS PRÊTE

De­puis quelques an­nées dé­jà, Lau­rence Leboeuf al­terne entre des rôles en fran­çais et en an­glais. Dans la langue de Sha­kes­peare, elle a no­tam­ment joué dans les sé­ries té­lé Being Hu­man, Dur

ham Coun­ty et Being Eri­ca, ain­si que dans le film The Trouble with Ca­li, avec Paul Sor­vi­no.

« J’aime beau­coup tra­vailler en an­glais, dit l’ac­trice de 26 ans. Plus ça va, plus je me sens confor­table avec la langue. »

Pas ques­tion tou­te­fois pour elle de dé­lais­ser le cinéma et la té­lé­vi­sion qué­bé- coise. On la ver­ra bien­tôt au cinéma dans Le Tor­rent, une adap­ta­tion d’une nou­velle d’Anne Hé­bert réa­li­sée par Simon La­voie ( Le Dé­ser­teur) et à la té­lé­vi­sion dans la pro­chaine sai­son de la sé­rie

Trau­ma, qui se­ra tour­née cet été. Elle a éga­le­ment dé­cro­ché ré­cem­ment le rôle prin­ci­pal du film Le temps des roses, drame ins­pi­ré li­bre­ment de la vie de l’an­cienne cou­reuse cy­cliste Ge­ne­viève Jean­son, qui est en at­tente de fi­nan­ce­ment.

« J’ai l’im­pres­sion par­fois que les gens au Qué­bec croient que je suis plus oc­cu­pée que je le suis réel­le­ment, ob­serve-telle. Ce­la fait en sorte qu’on pense moins à moi. Mais ce n’est pas parce que je vais faire des au­di­tions à Los An­geles que je ne suis pas dis­po­nible pour tra­vailler sur des films ou des sé­ries qué­bé­coises. Au contraire ! Je suis tou­jours prête à tour­ner au Qué­bec. »

Fo­re­ver­land prend l’af­fiche ven­dre­di

(le 15 juin).

Lau­rence Leboeuf et l’ac­teur amé­ri­cain Max The­riot par­tagent la ve­dette du film Fo­re­ver­land, un road mo­vie.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.