La re­cette ga­gnante de Cé­line Dion

Cé­line est de re­tour ce soir sur la scène de son théâtre du Co­los­seum à Las Ve­gas après une ab­sence for­cée de deux mois et de­mi. Elle a souf­fert d’un vi­rus qui a at­teint ses cordes vo­cales. Au­jourd’hui to­ta­le­ment ré­ta­blie, ré­ins­tal­lée avec sa pe­tite fa­mil

Le Journal de Quebec - Weekend - - PLANÈTE WEB - Mi­chelle Cou­dé-lord MI­CHELLE.COUDE-LORD@QUE­BE­COR­ME­DIA.COM

« Nous sommes des hu­mains. Mais an­nu­ler des spec­tacles c’est ter­rible. Re­né et moi ne pre­nons ja­mais ce­la à la lé­gère. C’était un bête vi­rus. Mais là tout va bien et nous sommes heu­reux d’être de re­tour », af­firme Cé­line lors d’un en­tre­tien té­lé­pho­nique cette se­maine.

Comme elle l’a dé­cla­ré à la té­lé­vi­sion amé­ri­caine cette se­maine, Cé­line nous dit « je suis en­core pas­sion­née par mon mé­tier. La grande dif­fé­rence c’est qu’avant mes cordes vo­cales in­fluen­çaient to­ta­le­ment ma vie, main­te­nant c’est moi qui contrôle tout de ma vie et de mes émo­tions. Je trouve que la qua­ran­taine (elle a au­jourd’hui 44 ans) est un âge in­croyable.

« C’est le sum­mum du bon­heur. Je suis as­sez ma­ture pour sa­voir dire non; sa­voir ce qui est bien pour moi, je peux faire des choix; j’ai as­sez d’ex­pé­rience pour pou­voir dé­co­der les choses ra­pi­de­ment et je suis ca­pable d’ap­por­ter beau­coup à mes en­fants. Je me sens donc bien dans ma peau de mère, de femme et de chan­teuse. Chan­ter ce sont des pe­tites étoiles qui s’ajoutent à ce bon­heur que je vis pro­fon­dé­ment avec les miens. »

LA MA­MAN

Cé­line Dion est émou­vante lors­qu’elle parle de l’homme de sa vie.

« Re­né et moi, ce­la fe­ra bien­tôt 18 ans que nous sommes en­semble. Réus­sir un ma­riage dans le monde que nous vi­vons est une grande fier­té. Ma fa­mille, c’est mon plus beau suc­cès. Je ne fais pas par­tie du show-bu­si­ness. J’ai du plai­sir sur scène, mais quand je quitte cet en­droit, je sais que j’ai ma vie ailleurs. Lorsque j’en­tends les jeunes qui rêvent à ce mé­tier cap­ti­vant, mais exi­geant me dire que leur vie, c’est chan­ter… j’aime les mettre en garde. Il faut être ca­pa- ble d’avoir un dé­ta­che­ment. T’as beau être au som­met, si tu es seule et tu n’as pas d’autre vie, c’est là que tu peux te perdre. Le show-bu­si­ness est un en­droit très ver­ti­gi­neux, dan­ge­reux même. Par­fois même tu peux avoir la tête à l’en­vers tel­le­ment que c’est en­ivrant. Or, au­près des miens, j’ai tou­jours re­trou­vé mon équi­libre, ma sta­bi­li­té, mon in­té­rio­ri­té. C’est le coeur de mon suc­cès. Je le crois fer­me­ment », ex­plique Cé­line d’une voix tou­chante.

LE SOM­MET

Elle a un énorme res­pect pour les gens qui font de longs voyages pour al­ler la voir à Las Ve­gas.

« Quelle belle re­la­tion nous avons. Je suis tou­chée qu’ils ré­pondent en­core si fort à mes in­vi­ta­tions. C’est pour­quoi je suis si heu­reuse d’être sur la scène ce soir pour ce re­tour à Las Ve­gas. J’ai tou­jours don­né mon maxi­mum. Mais au­jourd’hui, je sa­voure en­core plus, car j’ai la confiance, l’ex­pé­rience ; je n’ai qu’à par­ta­ger, et chan­ter est un grand bon­heur. J’aime que l’émo­tion passe. Faut faire at­ten­tion à tout dé­na­tu­rer avec cette tech­no­lo­gie utile, ex­tra­or­di­naire, mais qui peut déshu­ma­ni­ser. C’est pour­quoi je suis fière de voir une chan­teuse comme Adèle réus­sir avec sa vé­ri­té, son ta­lent, sa voix. »

Quant à Cé­line la ma­man, RenéCharles a main­te­nant 11 ans, les ju­meaux Nel­son et Ed­dy 18 mois. « Nel­son a en­core be­soin de pe­tites té­tées de ma­man par­fois, mais Ed­dy plus in­dé­pen­dant a ces­sé de de­man­der le sein à neuf mois. Pré­sen­te­ment dans ma vie, je suis com­blée. Et dans le monde ac­tuel si dur par­fois et cruel, le plus beau re­fuge a pour nom, la fa­mille », conclut Cé­line Dion. √ Elle se­ra à Las Ve­gas jus­qu’au 20 août pro­chain. Et elle of­fri­ra à ses fans deux al­bums, un en an­glais et un autre en fran­çais en oc­tobre.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.