UN ÉTÉ AVEC LES FES­TI­VA­LIERS

Le Journal de Quebec - Weekend - - SUR LA ROUTE DES - Va­nes­sa Gui­mond Agence QMI

Le rap­peur Ko­riass, vé­ri­table amou­reux de langue fran­çaise, se pro­dui­ra au­jourd’hui au Club So­da, dans le cadre des Fran­co­Fo­lies de Mon­tréal. Ce­lui qui a as­su­ré les pre­mières par­ties d’ar­tistes comme Bus­ta Rhymes et IAM, au cours des der­nières an­nées, ré­chauf­fe­ra la foule pour Big Boi et k-os lors du Fes­ti­val d’été de Qué­bec, le 8 juillet. Au mois d’août, c’est de­vant les ama­teurs de mu­sique in­die que l’ar­tiste de 28 ans pré­sen­te­ra les chan­sons de son der­nier al­bum Pe­tites vic­toires, à Oshea­ga. C’est dire que l’été s’an­nonce fes­tif pour le rap­peur de Qué­bec.

À quoi peut-on s’at­tendre du concert que vous pré­sen­te­rez ce soir, au Club So­da?

J’ai eu la chance de ro­der mon spec­tacle en ré­gion, mais ce se­ra la pre­mière fois que nous al­lons le pré­sen­ter dans un grand évé­ne­ment. Il y au­ra une cer­taine mise en scène. Nous al­lons pré­sen­ter des chan­sons des dé­buts et d’autres plus ac­tuelles. Nous al­lons don­ner un vrai spec­tacle. Nous n’al­lons pas uni­que­ment en­chaî­ner les chan­sons les unes après les autres. Nous ré­ser­vons pleins de sur­prises au pu­blic, dont la ve­nue d’un in­vi­té.

Se­ras-tu ac­com­pa­gné de mu­si­ciens?

Oui, nous se­rons six sur scène. Je se­rai en­tou­ré de Bob­by One, qui m’ac­com­pagne tou­jours à la voix, mais aus­si de DJ Ma­ni­fest, qui va rou­ler les sé­quences. Je se­rai aus­si ac­com­pa­gné du bat­teur Jo­seph Per­reault, qui a entre autres joué avec Ariane Mof­fatt, et du bas­siste d’Al­fa Ro­co­co qui s’ap­pelle Ga­briel La­joie. Je se­rai aus­si ac­com­pa­gné du gui­ta­riste Ko­ma Kar­ma, un ex­cellent mu­si­cien qui a col­la­bo­ré à mon al­bum sur la chan­son

Homme mo­derne (...)

Que re­pré­sentent les Fran­co­Fo­lies à tes yeux?

Pour moi, l’évé­ne­ment a une va­leur sen­ti­men­tale par­ti­cu­lière, parce que quand j’étais jeune et que je dé­cou­vrais des ar­tistes rap qué­bé­cois et eu­ro­péens, c’est aux Fran­co­Fo­lies que j’al­lais voir leurs spec­tacles. À cette époque, je rê­vais de faire par­tie de cette élite-là.

Se­lon toi, quelle est l’im­por­tance des Fran­co­Fo­lies dans le pay­sage qué­bé­cois, en 2012?

Je suis un grand dé­fen­seur de langue fran­çaise et je trouve que c’est gé­nial que nous ayons un fes­ti­val qui met en va­leur la mu­sique en fran­çais. La pro­tec­tion de la langue, c’est su­per im­por­tant pour moi. C’est pour cette rai­son que je suis fier de par­ti­ci­per à cet évé­ne­ment.

Cet été, tu se­ras éga­le­ment du Fes­ti­val d’été de Qué­bec et du fes­ti­val Oshea­ga…

Exac­te­ment. À Qué­bec, je vais ou­vrir pour Big Boi et k-os, deux ar­tistes que j’ad­mire. Je suis vrai­ment heu­reux de pou­voir as­su­rer leur pre­mière par­tie. Le plus sur­pre­nant, par contre, c’est Oshea­ga. Ha­bi­tuel­le­ment, c’est la mu­sique in­die rock qui y est mise en va­leur. C’est un peu moins dans mon cré­neau. Par contre, je suis vrai­ment content de pou­voir y par­ti­ci­per. Je n’y suis ja­mais al­lé et je suis fan de plu­sieurs mu­si­ciens qui vont s’y pro­duire.

Com­ment dé­cri­rais-tu la si­tua­tion des ar­tistes hip-hop, au Qué­bec?

À cause du pu­blic res­treint, c’est dif­fi­cile d’en vivre. Le plus dif­fi­cile, dans mon cas, c’est de co­or­don­ner tra­vail et mu­sique. Je suis obli­gé de tra­vailler, ce qui ex­plique le titre Garde ta job, sur mon al­bum (...). Les meilleurs ven­deurs, ici, peuvent es­pé­rer vendre 10000 co­pies de leur al­bum.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.