DE HAIR SPRAY À L’ÉREDU ROCK

Adam Shank­man a 48 ans. Il est dan­seur, cho­ré­graphe, ac­teur, pro­duc­teur et réa­li­sa­teur de films. Il est aus­si juge à l’émis­sion So You Think You Can Dance.

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Liz Braun Agence QMI

À titre de pro­duc­teur de La der­nière

chan­son ( The Last Song), il est res­pon­sable de la ren­contre entre Liam Hem­sworth et Mi­ley Cy­rus, il y a quelques an­nées. Et la se­maine der­nière, il a dit à la blague qu’il vou­lait être ré­tri­bué pour ses ser­vices d’en­tre­met­teur, à l’an­nonce des fian­çailles du couple.

AN­NÉES 80

En tant que réa­li­sa­teur de L’ère du

rock, Shank­man est ce­lui qui a pous­sé Tom Cruise à sa mé­ta­mor­phose en bête de scène et en dieu du rock. L’ère

du rock est une co­mé­die mu­si­cale qui a pour fond la scène mu­si­cale de Los An­geles des an­nées 80 et de jeunes ar­tistes pro­met­teurs qui y conver­geaient, en quête de réus­site. Ju­lianne Hough et Die­go Bo­ne­ta sont Sher­rie et Drew, deux jeunes en amour qui rêvent d’ex­po­ser leurs ta­lents au reste du monde. Cruise est la ve­dette de rock bla­sée Sta­cee Jaxx, et oui, c’est vrai­ment lui qui chante.

Cruise et Shank­man ont fait connais­sance à l’oc­ca­sion d’un évé­ne­ment ca­ri­ta­tif que sou­tient Shank­man.

« Il vou­lait sa­voir si nous al­lions faire une co­mé­die mu­si­cale en­semble. Je ne l’ai pas pris trop au sé­rieux, mais il a men­tion­né que sa fille Su­ri et lui avaient ado­ré

Hairs­pray (Shank­man a pro­duit et réa­li­sé ce film). Quand est ve­nu le temps de faire L’ère du rock, j’ai contac­té Tom et il a ré­pon­du, “Sé­rieu­se­ment?” »

PO­TEN­TIEL VO­CAL

Shank­man pré­cise que Cruise ve­nait tout juste de ter­mi­ner le tour­nage de

Ton­nerre sous les tro­piques. « J’étais donc convain­cu qu’il avait tout ce qu’il fal­lait pour ani­mer le per­son­nage et qu’il s’en­ga­ge­rait à fond dans le pro­jet. Il ve­nait aus­si de par­ti­ci­per aux prix MTV, où il a dan­sé de fa­çon convain­cante avec Jen­ni­fer Lo­pez. »

Par contre, per­sonne ne sa­vait si Cruise sa­vait chan­ter. « Même lui l’igno­rait, a dit Shank­man. L’idée de faire le film lui plai­sait tel­le­ment qu’il n’a pu re­fu­ser, mais en même temps, nous avions une sorte d’en­tente ta­cite vou­lant que s’il n’était pas à la hau­teur des exi­gences vo­cales du rôle, nous pas­sions à autre chose et tout ce­la n’au­rait été que dis­cus­sions. »

Ce­pen­dant, le po­ten­tiel vo­cal de Cruise s’est im­po­sé ra­pi­de­ment. L’ac­teur a pas­sé les quatre mois sui­vants à s’en­traî­ner vo­ca­le­ment, de quatre à cinq heures par jour.

« J’ai cette foi aveugle qui me per­met de croire que Tom Cruise peut ac­com­plir tout ce qu’il veut, a dit Shank­man en riant. Après l’avoir vu des­cendre à la course le plus haut gratte-ciel du monde, je sa­vais qu’il sau­rait ti­rer son épingle du jeu, dans cette his­toire. »

L’ac­teur s’est donc in­ves­ti à 100 % dans le rôle ? « Avec Tom, il n’y a pas de 100 %, a cor­ri­gé Shank­man. C’est plu­tôt de l’ordre d’un mil­lion de pour cent. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.