L’ART D’ÉCOU­TER

Ja­nette Ber­trand, pion­nière dans l’aide aux gens en dif­fi­cul­té, consi­dère qu’être écou­tante à Tel-aide l’a beau­coup ai­dée dans sa vie. Avec sa gen­tillesse lé­gen­daire, elle a ac­cep­té d’être porte-pa­role du cha­pitre qué­bé­cois de l’or­ga­nisme, qui cé­lèbre cet

Le Journal de Quebec - Weekend - - PLANÈTE WEB - Ma­rie-france Bornais Le Jour­nal de Qué­bec Ja­nette Ber­trand est porte-pa­role de TelAide Qué­bec pour son 40e an­ni­ver­saire. Les per­sonnes in­té­res­sées à de­ve­nir bé­né­voles ou à faire un don peuvent ap­pe­ler au 4186835079 ou vi­si­ter le site www­te­laide.qc.ca.

« J’ai été écou­tante à Tel-Aide et ça m’a tel­le­ment ai­dée dans ma vie! J’ai com­pris qu’il y avait des gens qui étaient en dé­tresse et qui n’avaient per­sonne à qui par­ler, dans les grandes villes et dans les pe­tites villes.

« T’as per­sonne à qui par­ler de cer­taines choses. Alors, tu prends le té­lé­phone, tu ap­pelles Tel-Aide et tu peux te confier, dire les vraies choses. On ne donne pas de con­seils − on re­for­mule. En très peu de temps, la co­lère de la per­sonne di­mi­nue et elle dit: “Mer­ci, ça m’a as­sez fait du bien de dire ça à quel­qu’un!” » com­mente-t-elle en en­tre­vue, lors de son pas­sage à Qué­bec.

Ja­nette Ber­trand, avec sa vi­va­ci­té, son éner­gie, son sou­rire ai­mable, son ton de voix si cha­leu­reux et son rire ini­mi­table, maî­trise l’art de conver­ser en ac­cor­dant toute son at­ten­tion à son in­ter­lo­cu­teur. C’est qu’elle sait écou­ter.

Cla­ra, le per­son­nage prin­ci­pal de son nou­veau ro­man, le best-sel­ler Lit double, re­flète tant le ta­lent de Ja­nette que la grande ca­pa­ci­té d’écoute qu’elle a dé­ve­lop­pée en étant bé­né­vole, quelques heures par se­maine, à Tel-Aide.

« Cla­ra, c’est une femme à qui on se confie. Et on se confie pour­quoi? Parce qu’elle sait écou­ter. Et il y a des Ja­nette et des Cla­ra par­tout. Ça peut être une femme ou un homme, mais il y a des gens qui at­tirent les confi­dences. Moi, j’at­tire les confi­dences, et pas à peu près! Quand je prends un taxi, en deux mi­nutes, si c’est un Qué­bé­cois, je suis faite: il va me conter sa vie! Im­mé­dia­te­ment. Parce que je ne juge pas. À Tel-Aide, t’ap­prends à ne pas ju­ger. »

SA­VOIR TRANS­PO­SÉ

Tout ce qu’elle a ap­pris, com­pris et em­ma­ga­si­né au fil des an­nées s’est trans­po­sé dans son écri­ture dra­ma­tique, dans ses ro­mans, dans les émis­sions té­lé­vi­sées. « Pour­quoi je sais tant de choses? C’est que j’ai pris le temps d’écou­ter et que j’ai eu énor­mé­ment de confi­dences. » Ja­nette Ber­trand constate qu’au fil des an­nées les pro­blèmes changent... mais pas la na­ture hu­maine. « On veut tous de l’amour, on veut tous être res­pec­té, et quand ça marche pas, on a be­soin de le dire. »

DÉ­VE­LOP­PER L’EM­PA­THIE

Éton­nam­ment, elle as­sure qu’elle a dé­ve­lop­pé l’em­pa­thie avec les an­nées, puis­qu’elle af­firme qu’elle n’avait pas cette qua­li­té. « L’em­pa­thie, c’est la ca­pa­ci­té de te mettre à la place des gens. Et je ne l’avais pas. Pas tel­le­ment. Mais ça s’est dé­ve­lop­pé en étant écou­tante. C’est une grande école. Quand j’ai pos­tu­lé pour être écou­tante, on m’avait de­man­dé pour­quoi je le fai­sais. J’avais dit: pour ap­prendre. » À 20 ans, se confie-t-elle, ce qu’elle vou­lait avant tout, c’était d’ailleurs sor­tir de l’igno­rance.

« J’étais dans les an­nées de la grande noir­ceur et je vou­lais sor­tir de l’igno­rance. Je vou­lais com­prendre. » Com­prendre... et com­mu­ni­quer au plus large pu­blic les ré­ponses qu’elle ob­te­nait à toutes ses ques­tions. « Dans mon quar­tier, coin On­ta­rio et Fron­te­nac, à Mon­tréal, un quar­tier très dé­fa­vo­ri­sé, mon père avait un ma­ga­sin pour homme et j’étais dans les fa­vo­ri­sés des dé­fa­vo­ri­sés. Quand j’ai ter­mi­né mon école pri­maire, je suis al­lée dans un couvent. Après le couvent, je suis al­lée à l’uni­ver­si­té. Les pe­tites filles qui étaient dans ma classe al­laient tra­vailler chez McDo­nald To­bac­co. C’était leur ave­nir. Et je me di­sais: c’est tel­le­ment in­juste que, moi, je vais ap­prendre des af­faires et je vais les par­ta­ger. Ça a tou­jours été ça, mon but. »

JA­NETTE BER­TRAND

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.